Votez Fillon par charité... l'pauvret !

Sa vie de château lui coûte une blinde, il n'peut même pas mettre un € de côté.. va être obligé d'arrêter son sport favori la course automobile... vendre son jouet : le drône.. et si pas président, rendre les sous de sa femme qui n'a pas mérité son gros salaire... zut... un zeste de compassion Mrde !

Vous pouvez faire plus, pour lui... accepter son programme pour votre bien :

Travailler plus pour le même salaire 39h payées 35h

Servir de cobayes aux laboratoires pour qu'ils aient moins de contraintes et contrôles pour la mise sur le marché de leurs médocs. Trop de test avant mise sur le marché ça coute cher !("résumé" d'un point du programmes des primaires de la droite)

La sécurité sociale va être privatisé, vendue a des groupes d'assurance donc : payez vous même les frais médicaux de vos "petites et moyennes maladies". Prise en charge uniquement des grosses maladies plutôt mortelle... bah, un peu d'humanité n'est ce pas gentil ?

Cool non ?  Si vous êtes riches les assurances privées vous prendrons en charge... si vous payez vos cotisations !

Si vous êtes pauvres, bah.. z'aviez qu'a être assez riche !

Et pour ce qui est de la dette de la France... il regrette avec Sarkozy ils l'ont creusé de 600 milliards soit 25 % de plus (soit autant que 2 septennat de Mitterrant et 1  J. Chirac, réunis...) il promet de faire mieux la prochaine fois !

Pour finir : les grands patrons sont au bord d'organiser des "Jets people" ( a l'instar des boats peoples) vont se noyer dans le champagne ou s'échouer a Dubaï... sauvez les !

en cadeau une petite photo du sportif :

http://www.20minutes.fr/sport/1970707-20161129-presidentielle-francois-fillon-candidat-prefere-etre-pilote-course

Allez ne soyez pas si blasés, au point de chercher l'exemplarité, l'honnêteté ou la morale en politique, c'est désuet, pas à la mode  !

Avouez, vous préférez voter le pire, car le meilleur c'est l'inconnu, ça fait peur !

Non ?

Vous préférez êtres soumis !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.