Liem Hoang Ngoc
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2017

Le PS se meurt, le vent de l’insoumission se lève

La campagne présidentielle du PS résonne désormais comme le chant d’un cygne agonisant. Hiérarques et oligarques quittent, un par un, un pédalo sans capitaine.

Liem Hoang Ngoc
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Liêm Hoang Ngoc (Orateur national de la France insoumise, ancien député européen socialiste, dernier ouvrage paru : Un insoumis devrait dire ça…,  éditions du cerf)   

Le Parti socialiste se meurt. Bâti à Epinay en 1971 pour rompre avec le capitalisme, il avait commencé à appliquer en 1981 un programme commun censé étendre les îlots de socialisme que le programme du Conseil National de la Résistance avait fait émerger à la Libération. A partir de 1983, il commença à dénigrer ce modèle, puis à faire l’apologie d’une construction européenne ordo-libérale. A chaque campagne, le PS faisait vibrer sa fibre socialiste, pour mieux la contredire une fois les élections passées. En 2012, François Hollande nous fit ainsi « le coup du Bourget », en désignant un adversaire qu’il ne combattra jamais. Dès son élection, comme pour expurger une fois pour toutes le pêché originel (croquer à gauche pour gouverner à droite), l’ancien premier secrétaire assumait au grand jour sa foi en la politique de l’offre, ouvrant la voie à Manuel Valls, doublé depuis par Emanuel Macron. Le quinquennat Hollande, que le Parti socialiste fut condamné à accompagner, aura été marqué du sceau de la rupture avec le socialisme, malgré la résistance des frondeurs. 

La campagne présidentielle du PS résonne désormais comme le chant d’un cygne agonisant. Hiérarques et oligarques quittent, un par un, un pédalo sans capitaine. Ils fonderont probablement un parti démocrate à l’italienne. Quant aux derniers gardiens du temple, leur déroute annoncée les affaiblit déjà dans la phase de recomposition qui s’annonce. La candidature de Benoît Hamon devient d’autant plus inutile que Jean-Luc Mélenchon capte désormais les intentions de vote d’un nombre croissant de déçus du PS. Il a su, avec la France insoumise, renouveler profondément le paysage et les pratiques politiques. Lors de la campagne du « non » au traité constitutionnel de 2005, les salles faisaient le plein de militants organisés. Lors de l’actuelle campagne, les salles regorgent de citoyens venant pour la première fois à la politique, s’organisant spontanément et horizontalement dans des groupes d’appui, simplement coordonnés par un site internet, sans qu’aucune bureaucratie ne vienne confisquer leur volonté. L’expression sur la chaîne You Tube confère au mouvement une portée bien plus grande que l’apparition contrainte dans les médias traditionnels.

La dynamique est clairement du côté de la France insoumise, qui incarne la nouveauté de cette campagne. Celle-ci est non seulement illustrée par des formes d’action inédites, elle tient également dans la manière interactive par laquelle le programme a été élaboré, en partant des contributions des insoumis rassemblées sur le site internet. Est-il étonnant que le programme soit, dès lors, adapté aux urgences sociale, environnementale et démocratique du moment ? Le chiffrage du programme lui-même n’a été fait que dans un dernier temps, une fois identifiées les priorités retenues par la méthode interactive. Ce programme organise la transition écologique et la redistribution des richesses. Il est totalement réaliste, dans le cadre de l’euro ou en dehors, au cas où.

La France insoumise intéresse une partie croissante de la population qui s’était résignée à chaque élection à l’abstention, lasse d’observer que rien ne change au gré des alternances. Le score potentiel de son porte-drapeau le place en position centrale pour incarner le Bernie Sanders que les Français sauront investir au premier tour. Au second tour, Mélenchon, qui sait parler au peuple, est bien mieux armé que Macron, le candidat du système (symbolisée lors du dernier scrutin américain par Hilary Clinton), pour battre la French Trump vers qui la droite dure traditionnelle lorgne déjà. Pour les citoyens désireux de fonder la prochaine République, le vent se lève enfin.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart