Liette
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 févr. 2022

CHAP'TI VA LOIN

Poème de campagne

Liette
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce qui compte

c’est pas seulement la taille du poireau

c’est

comment il a grandi

c’est

comment le voisin partage sa récolte

(bio, sur terre labourée)

et puis comment toi tu nourris ton sol

ou plutôt comment tu le laisses se nourrir tout seul

sans l’éventrer

en le chouchoutant sous la main cajoleuse de la paille

sans rien y faire

(bio, sur sol pas labouré)

seulement pour l’instant, t’as rien à donner au voisin

tes ptis poireaux font tout juste kémia vapeur et vinaigrette

les siens font potage ou asperges du pauvre, mais ils font tout un plat.

Il t’en donne à foison : « t’as qu’à mettre tes bottes et prendre ma fourche et hop, au champ, camarade, le marché est à tes pieds, sers-toi, j’ai un cent de poireaux de trop, ma mère ne cuisine plus »

Bon.

Entre le dire et le faire, y a tout un univers

et ça tombe bien

« Chap’ti va loin »

elle dit, Madeleine, la maman du voisin

depuis sa toute petite silhouette en cristal

qui ne peut plus trottiner

qui ne peut plus planter les poireaux

qui ne peut plus cuisiner

qui regarde tes zones de culture

encore glabres de vert

c’est normal, c’est l’hiver

crottinées, paillées, bichonnées

en vue du printemps qui va ramener sa fraise

bientôt

un poil interrogative

« C’est pour quoi faire ? »

tu dis

« Je laboure pas. J’essaye. Je vais planter là. On verra bien. »

elle dit

« Bah oui. Pourquoi pas ? Y a plein de façons. Y a pas de raisons »

tu dis

« Pour l’instant, j’ai fait que préparer les zones »

elle dit

« Faut bien commencer par un bout. Chap’ti va loin »

On verra cet été si les courges y poussent dodues.

Les aminches de Graines de troc ont dit « tout accès à la terre se fête »

Alors on fête.

Tes poireaux minuscules et tes zones de culture glabres.

La fourche qui te pousse en travers de la main

à la place d’un manche de guitare.

« Les ails qui sont nées » comme elle dit Madeleine

Tes médiators qui jonchent le sol comme des pétales de coquelicot, tombés

(Je t’aime un peu beaucoup passionnément)

et ta marmite norvégienne.

On fête.

À la salade, je suis malade, c’est l’hiver mais les semis lèvent tout doux

quand même

nonobstant les aléas

de la constitution

des simagrées médiatiques

des infiltrations sournoises de groupes fermés presque placides pour distiller des murs, des barbelés et de la haine enragée (comme si la vache ne suffisait plus)

alors

il perle des boucs-émissaires au bout de l’alambic, tu parles d’une liqueur !

Mais on ne boit pas de ce pain-là

ici

chez les gens de peu, comme on dit,

ou de pas grand-chose

les bac moins quelque chose

Ici, quoique maigre, la pension de retraite baisse encore d’un millimètre

- y a pas de petits profits pour l’État scélérat -

nonobstant

les gens de peu

partagent les poireaux et les œufs, y a pas un micro-gramme d’intolérance pour distiller du bouc-émissaire

pendant ce temps, par journalistes interposés, les couteaux dans le dos

les duels fratricides qui n’ont de frère que dalle

les empires médiatiques, main basse et torsion les cerveaux, neurosciences à l’appui, rho, les belles synapses

versant papier glacé pour la haute,

versant taupe-fiel-troll pour le populo

Nonobstant, donc,

nous, les œufs, les poireaux

à la laitue, rien n’est foutu

à la tortue, rien n’est perdu

le printemps se lève en avril

comme les salades, les radis,

les prunelliers déjà sont en fleur

les fèves et l’ail sont debout

on n’attend plus que nous

nous, tout le monde,

c’est te dire si ça en fait,

les gens de peu

ils sont beaucoup.

« Chap’ti va loin », elle dit, Madeleine

en attendant on partage les savoir, les savoir-faire

mine de rien

les cultures, les poireaux, les chansons, le patois saintongeais,

(j’y entrave que dalle pourtant)

c’est ténu

mais ça revient,

l’espoir

à dos de savoir-petit

à dos de carapace-sagace

ça avance

chap’ti

chap’ti

Ce qui compte

c’est pas seulement la taille du poireau

c’est

comment il a grandi

et comment

on partagera

les récoltes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm