light driver
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mars 2015

light driver
Abonné·e de Mediapart

Rohingyas, les oubliés

light driver
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon les Nations Unies (ONU), les musulmans Rohingyas dans l'Etat d'Arakan, en Birmanie sont une des minorités les plus persécutées à travers le monde.

Bien qu'ayant été reconnu comme une communauté ethnique autochtone en Birmanie après avoir obtenu son indépendance de l'Empire britannique en 1948, la loi sur la citoyenneté 1982 nie la citoyenneté de nombreux musulmans Rohingyas. Les Rohingyas sont largement considérés en Birmanie comme des immigrants illégaux en provenance du Bangladesh.

Avec près de 1,3 million de musulmans Rohingyas en Birmanie.La majorité d'entre eux vivent en Arakan (Rakhine) l'état du Myanmar, qui est limitrophe du Bangladesh et de l'Inde. Cependant, ils continuent à se battre pour avoir accès aux services de base de l’État. Depuis 2012, des vagues de violence et d'actes islamophobes contre les Rohingyas, laissant des centaines d'entre eux tués et blessés, et certains sont même contraints de fuir leurs foyers et leurs pays

D'après le Dr Than Aung, près de 150.000 Rohingyas sont piégées dans des camps de réfugier et sont interdits de quitter. En 1993, le régime militaire birman a mis en place des cartes d'identité temporaires (aussi appelés Cartes blanches) exclusivement destiné aux Rohingyas musulmans de l'état d'Arakan. Ces cartes devaient être remplacées par des cartes dites de « citoyenneté d'examen ». Mais le fait que ces derniers soient musulmans et différents de la majorité, ces cartes ne fut pas remplacés.

En décembre 2014, l'ONU a adopté une résolution invitant le gouvernement birman à accorder aux Rohingyas les pleins droits de citoyenneté, mais le régime birman a immédiatement rejeté la résolution. L'organisation de défense des droits de l'homme, Humans Right Watch accuse la Birmanie de sa participation dans ce massacre, devrait-on dire un apartheid. Au point ou l'un de leurs rapports a pour titre « Le gouvernement aurait pu arrêter ça», c'est donc un massacre orchestré de cette minorité dans le silence absolu de la communauté internationale.

De nombreux ONG n'ont plus le droit d'accéder au sein du territoire birmans pour venir en aide à ce peuple persécuté comme ce fut le cas de Médecin sans Frontières.

En outre, le 10 Février, le bureau du président birman a publié une déclaration disant que les détenteurs de la Carte Blanche ont deux mois à compter de la date d'expiration de leurs cartes, qui est le 31 Mars de les remettre aux autorités, qui serait alors évalué leur statut de la citoyenneté en vertu des lois sur la citoyenneté du pays en cours.

A. Light Driver Straight

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI