Corse : au Parc Galea la disruption du transhumanisme.

La philosophie européenne observe la "disruption" d'un transhumanisme mondialisé. Invité par le Parc Galea, le professeur Jean-Michel Besnier médite sur le monde futur des "post-humains", gouvernés par l'intelligence artificielle, la robotique, la médecine connectée, les algorithmes dans le contexte de la numérisation (probable) de nos cerveaux !

re-gal-jmbesnier
Un dimanche après-midi en Corse au Parc Galéa (Taglio-Isulaccia). Une salle archi comble, un public d’habitués passionnés, une sensation d’allegresse de la connaissance et Fabrice Fenouillère, homme orchestre du Parc Galea, qui programme et anime avec maestria des conférences à la fois populaires et savantes. Ainsi dans les prochains mois, on parlera ici de « l’Anthropocène », de « l’Ere numérique nouvel âge de l’humanité ? » , des « Mathématiques et du Nombre d’or » ou encore de la « Mission SolarStratos ». Fabrice Fenouillère ne recule devant aucun sujet si ardu soit-il. Alors ce 25 mars, pour qui et pourquoi ce ramdam et cette soif de savoir ? Pour Jean-Michel Besnier, agrégé de philosophie, docteur en sciences politiques, professeur à Paris-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’impact sociologique des sciences et technologies cognitives.
galea-jmbesnier
« Demain les post-humains. »
Aujourd’hui à Galea Jean-Michel Besnier nous propose de méditer sur le "post-humanisme", autre appellation du transhumanisme. C’est à dire rien de moins que l’avenir de « l’humanité augmentée » au seuil d’une « rupture » annoncée par de nombreux chercheurs et préparée déjà par une multitude de start-up oeuvrant partout dans le monde dans les domaines parallèles et/ou convergents des bio-technologies, de l’intelligence artificielle, du cerveau global, de la robotique, du transfert de conscience et de l’immortalité.
Cette fameuse « Singularity » ( rupture singulière au sens mathématique du terme), est la prédiction formulée par chief scientist de Google Ray Kurzweil selon laquelle en 2045 « La Terre se transformera en ordinateur gigantesque ». Un moment de l’humanité qui aura déjà connu en 2041 « le débit internet maximal 500 millions de fois plus élevé qu’aujourd’hui. » . Et aussi en 2042 : « la première réalisation potentielle de l’immortalité grâce aux nanorobots qui compléteront le système immunitaire. » Le plus de Jean-Michel Besnier ?
hominisation
Son cours magistral (qui replace le transhumanisme dans sa dimension philosophique) est aussi limpide, précis et pédagogique qu’une leçon de Michel Foucault. J.-M. Besnier prédit aussi que la médecine du futur, préventive et connectée, sera le Cheval de Troie du transhumanisme. Quand on l’écoute tout semble évident et pourtant J.-M. Besnier ne mâche pas ses mots pour critiquer les posthumanistes rebaptisés « techno-progressistes ». Ayant « annexé » les bio-technologies, ils voudraient« en finir avec l’humain » préférant « l’artifice » aux dépens de la Nature.
ffenouillere


galea-mains
L'immortalité numérique. En effet tout semblait si simple avant … lors des prémisses d’une hominisation basique générée par la parole et les outils simples d’abord puis de plus en plus complexes. Tout était plus simple dans un monde bien ordonné loin de l’effervescence des Gafa et de leur prétention à l’omnipotence issue d’algorythmes et de données gigantesques extraites de notre activité numérique. Et il se trouve que l’accélération inexorable qui a suivi l’avènement de l’homo sapiens du néolithique a, in fine, aboutit à l’explosion hi tech actuelle, au croisement des bio-technologies et de la médecine du futur avec les recherches notamment du Humain Brain Project basé à Lausanne. Objectif ? D’ici à 2024 parvenir à simuler le fonctionnement du cerveau humain grâce à un superordinateur, les résultats visant à développer de nouvelles thérapies médicales sur les maladies neurologiques. ». Sur l’interfaçage entre l’humain et l’informatique, un autre projet ( parmi des milliers) est développé chez Neuralink ( propriétaire E. Musk) axé sur les nouvelles interfaces homme- machines implantées dans le cerveau.
galea-adn
Aussi dans l’actualité la proposition de Nectome ( Californie) qui pourrait « créer une version dématérialisée de l’esprit humain, faisant miroiter à de potentiels clients l’espoir de pouvoir être ressuscité dans le futur. » (Le Monde 26/03) Comment ? Via la technique de la « vitrifixation » à moins -122°C qui intervient après la mort ( par euthanasie ou suicide assisté voyez comme c’est rigolo !). Conservé dans le froid, le cerveau pourrait être préservé pendant des centaines d’années afin d’être « numérisé puis téléchargé » un jour ( selon les avancées technologiques du futur). C’est l’immortalité numérique.
tete-transhumanisme
Ce qui reste en filigrane de cette conférence très complête de J.-M. Besnier, c’est la sensation d’un déploiement incontrôlé et incontrôlable d’applications qui déjà, sont la préfiguration d’un humain hybridé presque déjà un cyborg. En effet, quand on consulte l’ensemble des textes et des communications sur le transhumanisme (l'excellent site IA transhumanisme ), le plus difficile reste de définir le moment exact du transhumanisme sur la flèche du temps. Sommes-nous déjà dans la Singularité ? Ce moment précis prédit par les futurologues, va-t-il réellement advenir et quand ? (A ce propos et pour en savoir plus sur le temps qui s’enfuit, il suffisait d’assister à Galéa à la conférence en ouverture de la saison intitulée « Le Temps existe-t-il ? ».)
accident-uber
galea-google
Qui peut, quel être humain, quelle start up, quel géant de la Silicon Valley peut prétendre avec exactitude, observer et analyser les évolutions vécues et bien réelles de nos vies connectées ? Qui peut aujourd’hui disposer d’une vue d’ensemble de l’évolution de l’humanité, qui déjà se situerait peut-être dans le contexte d’une singularité qui avance et dont personne ne peut réellement définir ni la dimension exacte, ni les dangers, ni les excès, ni les frontières? Si le cerveau humain, machine qui pense, est incapable de visualiser son propre fonctionnement global… pourquoi le cerveau informatique global de l’humanité, serait-il lui, capable de « prendre conscience » de sa propre existence? Et devenir ce monstre anti-humain et ultra puissant, capable de prendre le pouvoir ? Frédéric Beigbeder qui vient d’enquêter sur « La vie sans fin » (Ed. Grasset) s’inquiète à propos de certains drônes militaires, des engins qui ne sont plus commandés par des opérateurs humains… mais qui prennent,  seuls , les décisions avec " leur " intelligence artificielle.
galea-decor-vegetal-1
Au Parc Galéa les questions nombreuses du public ont permis à J.-M. Besnier de tâcler les transhumanistes sur les questions liées à la démocratie, à la liberté individuelle, à l’autisme, au mythe grec de Sisiphe, aux implications dangereuses liées aux futurs cyborgs. Les machines n’ont aucun état d’âme ( ni aucune âme non plus) et contrairement aux êtres humains, elles ne montrent pas d’empathie et ne possèdent pas « d’inhibiteurs de violence » explique J.-M. Besnier. Les prochaines années seront-elles consacrées à placer des barrières morales et légales à la toute puissance de la machine dotée d’intelligence? C’est aussi et déjà dans l’actualité : le 19 mars une voiture autonome sans conducteur a tué une passante qui traversait hors des passage piétons à Tempe (Arizona, Etats-Unis). Une ville où Uber exploite un service de véhicule sans chauffeurs… et sans capteurs de sécurité capable de fonctionner non plus !
galea-rkurzweil-1
galea-robotique-1
Pour continuer à cogiter les Editions du CNRS publient « L’humain augmenté » Collection Essentiels Hermès. Cet ouvrage propose, comme J.-M. Besnier, de positionner la question philosophique en garde-fou… mais hélas, il semblerait que, en tous cas aujourd’hui, les consommateurs comme les investisseurs aient décidé de tester d’abord et de réfléchir ensuite ! Voici le questionnement de cet ouvrage « Augmenter l’humain, devenir plus fort, plus rapide, plus intelligent, plus connecté, vivre plus vieux et en meilleure santé, repousser les limites de la souffrance et de la mort. Le développement technologique porte la promesse d’un être meilleur. Mais cet amour de l’homme du futur ne cache-t-il pas une haine de l’homme du présent, de ses limites et de sa finitude ? (…) Lorsqu’on parle d’humain augmenté, on sous-entend en général un individu plus fort, plus intelligent, à la longévité plus longue, etc. Autrement dit, on pense à une augmentation de ses capacités. Dès lors, l’individu se trouve réduit à un ensemble de fonctions motrices, cognitives, etc. L’altérité disparaît… »  
images
Autre occurence: la semaine dernière le Président Emmanuel Macron a donné un interview au magazine Wired. Il y dévoile la stratégie française pour développer le secteur de l’intelligence artificielle ainsi qu’une dotation de 1,5 Milliards d’€.
images-2
« Cette énorme révolution technologique est en fait une révolution politique. »
Il ajoute : « L’IA va soulever beaucoup de questions éthiques, politiques, elle va questionner notre démocratie et nos choix collectifs. Je pense que l’Europe est l’endroit où nous serons capables de faire des choix collectifs et de les accorder avec des valeurs universelles. L’Europe est le lieu où l’ADN de la démocratie a été façonné. ». Le mot inquiétant de « disruption » a aussi été employé pour qualifier l’offensive technologique et entrepreneuriale des « géants américains et chinois » qui déjà balisent le domaine de l’intelligence artificielle.

 

LV

 

________

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.