"BASTIA NID D'ESPIONS": le festival ARTE MARE décrypte un monde en crise.

Déferlante du FESTIVAL ARTE MARE 2019. En ouverture : le Grand débat avec d'authentiques ex maîtres espions, puis des films cultes, du cinéma corse, des écrivains, des avant-premières, des compétitions, des appuntamenti. Un oeil sur notre monde que les agents de renseignements scrutent H24 pour assurer notre sécurité.

 

images-1
Vous êtes patriote, expert en informatique, sportif, diplômé en philosophie, doté d’une mémoire phénoménale et prêt à vivre dangereusement ? Aucun doute, homme ou femme, vous avez le bon profil et vous serez peut-être approché discrètement pour une carrière d’espion ! Alors, pour décrypter en toute sécurité et dans un fauteuil de velours, l’univers du renseignement et de la diplomatie parallèle: une seule adresse Bastia, transformée en « Nid d’espions » (du 5 au12 oct.) par la grâce de la 37 ème édition du Festival du film méditerranéen Arte Mare. 
bastia

Ecouter un ex « officier traitant »? En savoir plus sur la vie réelle des « agents infiltrés » dans un pays à risque ? En ouverture du festival, le Grand Débat (16h) offre un plateau prestigieux… même si un authentique ancien colonel du KGB a finalement renoncé à faire le voyage vers la Corse.

download-2
Car les invités de Michele Corrotti Présidente d’Arte Mare ont été des maîtres espions ayant opéré dans les secteurs de la géopolitique, de la lutte antiterroriste, de la cyber défense, de l’exploitation opérationnelle de la psychologie, de l’analyse fine de la propagande et de l’influence dans les guerre de l’information. Autour de Eric Denecé directeur du Centre Français de la recherche et du renseignement (CF2R) sont réunis : Roland Pietrini un ex-agent DGSE, Jacques Neriah ancien agent israélien,  Yves Bonnet ex directeur de la Direction de la Sécurité du Territoire (DST). M. Corrotti : « nous avons mené l’enquête, en invitant, non seulement des cinéastes, des écrivains sensibles au thème de l’espionnage, mais aussi d’authentiques agents de renseignement qui n’acceptent de parler que parce qu’ils se sont éloignés de cet univers.  ». Pourquoi ont-il répondu oui à Arte Mare ? M. Corrotti : « organiser ce débat n’a pas une mince affaire, on est fier du résultat, nous avons à la manoeuvre des partenaires de qualité dont notre conseiller éditorial Christophe Bourseiller. Avoir Jacques Neriah ancien conseiller diplomatique et politique d’Yitzhak Rabin c’est énorme ! Idem pour Roland Pietrini, qui a souvent passé clandestinement le Rideau de fer pendant la Guerre froide. Quel cursus pour ces hommes qui sont docteurs en philosophie ou en sciences politiques. Et puis Eric Denécé s’est donné pour mission de communiquer sur ce métier, qui est par principe occulté, déprécié ou au contraire cantonné aux rôles de super-héros de cinéma. Mais l’espionnage est sorti définitivement du stade artisanal. Revenant au sens premier du mot intelligence, pour être espion, il faut des  connaissances et des convictions. ». Eric Denécé confirme : « le renseignement occupe une place importante dans la sécurité de nos Etats. Dans le monde incertain du XXIe siècle, les grands acteurs internationaux savent que pour garantir la paix, anticiper les nouvelles menaces ou sortir vainqueur des rivalités mondiales, il faut des services performants, s’appuyant sur une culture du renseignement diffusée dans l’administration, les entreprises,la société civile. Les élites politiques comme le public, ne connaissent de ces activités que quelques sombres affaires, peu représentatives de la réalité. Ils tolèrent l’existence des services parce que ceux-ci apparaissent comme un mal nécessaire à nos sociétés, mais ils s’en défient. Souvent présentés comme des activités secrètes – voire inavouables - les métiers du renseignement souffrent d’un manque de considération. Peu connaissent leurs pratiques professionnelles, rigoureuses et codifiées, qui n’ont cessé de se perfectionner au cours des siècles. ». Pour prolonger la thématique de l’espionnage
download
Arte Mare propose des films dont le suspense, pile dans l’actualité, de The Operative (Y. Adler 2019). Ou des monuments cultes du cinéma : L’Œil du Monocle (G. Lautner tourné à Bonifacio, en 1962 et commenté par le réalisateur corse Gérard Guerrieri). Autre film à déguster : Salonique, nid d'espions Mademoiselle Docteur (G. W. Pabst 1937) présenté par la Cinémathèque de Corse. Plus des rencontres quotidiennes (18h - Una Volta) avec le réalisateur Nicolas Saada pour Espion (s),
download-3
l’actrice Laetitia Eido (série israélienne Fauda), les écrivains Slobodan Despot et Percy Kemp.

download
Après cette première journée Arte Mare place aux autres festivités dont la soirée d’ouverture avec le film « La fille au bracelet »de Stéphane Demoustier en présence du réalisateur, de M. Guers et de P.-P.Garbarini. Lise 18 ans bachelière est accusée d’avoir assassiné sa meilleure amie et comme l’indique le dossier de presse : « après les secrets d’Etat on s’interroge sur les secrets intimes. » Ensuite jusqu’au samedi 12 octobre vont se décliner toutes les compétitions dont celle du film méditerranéen qui est l’ADN d’Arte Mare, connu et reconnu en Méditerranée.
download-1
On verra,  en présence de la réalisatrice, « Papicha » ( Algérie - Mounia Meddour), puis venu de Bucarest le film « Les siffleurs (Roumanie - C. Porumboiu), et aussi
download-3
« Technoboss » (João Nicolau) , « Martin Eden » (Italie- P. Marcello), « It Must Be Heaven » (Elia Suleiman- Prix spécial du jury à Cannes), « Le miracle du Saint » (d’Alaa Eddine Aljem) et enfin « Un monde plus grand » (France- Fabienne Berthaud)
en présence de l’équipe du film.

Autre prix décerné par Arte Mare celui de la compétition du film corse. M. Corrotti : « A Arte Mare on a voulu évoluer en même temps que la production corse. Cela se traduit par une vraie compétition avec des règles dont un véritable comité de sélection. On a eu beaucoup de propositions et on a a retenu 5 fictions et 5 documentaires. Cela nous astreint à un exercice , pour nous plus violent que le simple accueil à bras ouverts d’une programmation. Nous sommes obligés de ne pas choisir, des films pourtant passionnant et réussis ». Alors comment parvenir à une sélection équitable ? pour sélectionner? M. Corrotti: « c’est la glorieuse incertitude de tout comité de sélection qui navigue entre la subjectivité mais aussi des critères, les sujets, les écritures plus ou moins abouties. Alors il faut espérer que les subjectivités personnelles s’annulent. Les films non sélectionnés ne déméritent pas. « . Arte Mare reste le témoin et le partenaire de l’évolution du cinéma corse.  M. Corrotti: « un

michelle-corroti
épanouissement du à la politique de la Collectivité de Corse qui depuis des années a soutenu, accompagné de jeunes réalisateurs insulaires. Il y a ici des fonctionnaires compétents , attentifs dont Jean-Francois Vincenti conseiller cinéma qui est un ancien producteur. Certes on peut s’interroger sur la pertinence d’attribuer un Prix du film corse qui ne consiste pas à noyer le film corse dans la Méditerranée. Pour les jeunes créateurs de l’île, avoir ce prix c’est parfois le premier qu’ils récoltent. Avoir une reconnaissance ici ça les conforte, ça les soutient, le film peut arriver ailleurs auréolé de ce prix Arte Mare. Enormément  de réalisateurs corses envoient leurs films dans le monde entier et ils obtiennent des récompenses, c’est très réjouissant. »

La sélection du film corse.

Fictions : SUR LA TERRE NUE (Julie Perreard ), FDP (Stephan Regoli), AIÒ ZITELLI (Jean-Marie Antonini), LA NUIT EST LÀ (Delphine Leoni), FÉEROCE (Fabien Ara),  Documentaires :  JÉRÔME FERRARI, UNE VIE APRES LE GONCOURT (Sébastien Bonifay), RN 193 (Lionel Dumas Perini ), INCERTAINS VOYAGES (Anne De Giafferri),  CORSE DE CASES EN BULLES (David Olivesi , Maeva Gannac ) , CORSI-AMERICANI (Jean-Dominique Bertoni ).

 

LV

LE GRAND DEBAT Théâtre de Bastia 5 octobre 16H avec

- JACQUES NERIAH, docteur en Philosophie, conseiller diplomatique et politique d’Yitzhak Rabin, ancien colonel des renseignements de l’armée israélienne, auteur de nombreux ouvrages sur le Moyen-Orient, entre autres Entre Rabin et Arafat.

- YVES BONNET, ancien Directeur de la DST, homme politique, auteur d’ouvrages qui vont du document d’enquête au roman d’espionnage dont Les grandes oreilles du Président, La deuxième guerre d’Algérie: les zones d’ombre de la tragédie des moines de Tibhirine enfin levées.

- ÉRIC DENÉCÉ, docteur en Science Politique, directeur du Centre Fran- çais de Recherche sur le Renseignement, auteur de nombreux ouvrages dont Le renseignement au service de la démocratie, articles et rapports consacrés au renseignement, à l’intelligence économique, au terrorisme et aux opéra- tions spéciales.

- ROLAND PIETRINI, Officier de réserve, consultant opérationnel, sa carrière militaire est fortement marquée jusqu’à la chute de l’URSS par une présence active de renseignement au-delà du Rideau de Fer, auteur de Vos- tok- Missions de renseignement au coeur de ma Guerre froide et de Piège au Levant.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.