E. Snowden et L.Micheli engagés pour la démocratie au péril de leur vie.

Passion de la vérité historique et de la politique, libertés fondamentales, respect de la Constitution : Leo Micheli Résistant corse en 1943 et Edward Snowden lanceur d'alerte en 2013 sont des jumeaux de l'Histoire.

 

ok-e-snowden-l-micheli
Leo Micheli (né en 1923) et Edward Snowden (né 1983) se ressemblent. Une évidence au vu de leurs portraits en couvertures de « Mémoires Vives » de Edward Snowden (Points-Seuil), et de « Leo Micheli Un Homme libre » (Dominique Lanzalavi - Albiana). Avec ce même regard droit, intelligent, mais implacable et triste : qu’ont -ils perçu, tous les deux, de notre monde à près de 60 années de distance? Humanistes, ils ont combattu  pour la démocratie, au péril de leur vie. Contre les crimes nazis et la police de Mussolini pour Leo Micheli jeune Résistant en Corse, île libérée "par son peuple" et en
leo-micheli
anticipation, mais désaprouvée par Giraud et de Gaulle, suite à un appel à l'insurrection populaire. Même discernement politique du côté d'Edward Snowden, ex ingénieur système CIA et NSA, qui a tout risqué pour révéler les moyens de la surveillance de masse aux Etats-Unis et au-delà.
R
éfugié en Russie, il reste le lanceur d’alerte le plus célèbre au monde depuis 2013. I
edward-snowden-2019-web-summit-lisbonne
l explique que ces programmes secrets, ces documents classifiés qu'il a rendus publics, signifient le contrôle du quotidien et des vies, notamment via la "traque des identifiants", le traitement des méta données et les "backdoors" implémentées dans les technologies américaines. Ces programmes ont ensuite été déclarés illégaux en 2020 , par la Cour d'Appel fédérale (9eme San Francisco). Leo et Edward, qu’ont-ils en commun en terme de clairvoyance, de courage, de compétence et d’analyse de nos systèmes politiques ?
download-2
Malgré leurs engagements ultra risqués au service de la démocratie, on constate que, ni l’un ni l’autre ne sont aveuglés par les idéologies et la valse des certitudes certaines éphémères.
E. Snowden : «à 22 ans comme la plupart des jeunes , j’avais de solides convictions mais il n’était pas question d’admettre qu’il s’agissait d’un ensemble de principes contradictoires, qu’on m’avait transmis et que je ne pouvais pas revendiquer comme les miens. En moi, se mêlaient, confusément, les valeurs inculquées dans mon éducation et les idéaux découvert sur Internet. ». Même distance et même humilité chez Leo Micheli quand il revient sur le socle philosophique - marxiste-  de son parcours de militant communiste: « j’essaie de porter en moi, comme dit Montesquieu, un certain contraire. J’essaie de dialoguer avec moi-même et de me porter la contradiction au maximum. En cela je suis fidèle à notre conception de la pensée et de l’action révolutionnaire qui consiste à se remettre constamment en cause (…). Je me sens investi d
le-patriote-copie
’un devoir de dire ce que j’ai à dire même si ce n’est pas toujours juste. Je ne suis pas un missionnaire , je parle en disant non pas je sais, mais je crois. Je dois faire un travail c
images-5
ritique sur mes pensées, et rester dans un certain doute qui ne me procure pas beaucoup de tranquilité. » 
E. Snowden dans les années 2000, évolue au coeur des promesses  de bonheur de la culture numérique, une « nouvelle frontière » très vite colonisée dit-il par les « Etats et les intérêts  privés ».
clavier
E. Snowden : « plus mes compétences se développaient, plus j’agissais de manière réfléchie, je pensais que les technologies de la communications avaient des chances de réussir, là ou les technologies de la violence avaient échoué. (…). C’était exaltant, de contribuer à l’émergence d’une nouvelle société, qui ne se
elz-vklwkaavtf8
fondait pas sur notre naissance, notre éducation, notre popularité à l’école
download-2
mais sur nos compétences informatiques. On m’avait fait apprendre par coeur le préambule de la Constitution américaine désormais elle voisinait avec la déclaration d’indépendance du Cyberespace  de
John Barlow. (*) »

D’abord, c’est l’origine de son engagement, E. Snowden s’intéresse très jeune, au fonctionnement global d’une entreprise informatisée,

images-1
il veut aller au delà des métiers basiques de développeur, programmeur, ingénieur réseau, administrateur système. Pédagogue il explique : « m’investir dans les niveaux les plus élevés d’intégration en matière d’informatique exerçait une influence considérable sur mes convictions politiques. ». Fils de militaire et de fonctionnaire,
images-4
puis salarié contractuel des sous-traitants de la CIA détenant tous les secrets, il constate : « l’honneur du service public, s’était effacé, devant la cupidité du secteur privé, et le pacte sacré du soldat,  de l’officier, du fonctionnaire, avait cédé la place au marché malsain l’Homo Constractus. » 

images-1
 Tout comme Leo Micheli à 19 ans, Edward Snowden au même âge, est capable de visualiser les rouages d'une organisation, d'un système. Dans le sérail des administrations centrales américaines depuis ses 19 ans ( toujours en tant qu’informaticien non titulaire, contractuel  mais badgé et habilité sécurité top secret ): E. Snowden gravit tous les échelons des responsabilités essentielles…au service de l’Etat américain et ses dirigeants, tous d’une autre génération.
fils-cables
C’est à dire en majorité  incapables d’exploiter les avancées fulgurantes de l’informatique en matière de renseignement. Mais Edward Snowden fait son chemin, guidé par la volonté de décrypter les arcanes de ce qu’il appelle « l’Etat profond » et ses failles. En cela il mérite plusieurs médailles et pourquoi pas de nouvelles responsabilités aux Etats-Unis plutôt qu'un procès et la prison. Après tout, les élections américaines se déroulent cette semaine avec Joe Biden en favori et sa fameuse bataille
couloir
planete-cablee
« pour  restaurer l’âme du pays ». Alors, architecture internationale globale des réseaux de renseignement « SIGINT » et « HUMINT » et gestion des ultimes clés de chiffrages CIA et NSA: E. Snowden fait des découvertes parfois rocambolesques à la John LeCarre au siège de la CIA (dont cette vieille bande magnétique sans âge dite de sécurité qui, au fond d’un couloir poussièreux, enregistre chaque nuit, l’ensemble des opérations). Puis il assure diverses mission dans les ambassades à Genève, au Japon et enfin Hawaï, lieu de la rupture d’un homme terriblement efficace, parfaitement loyal, puis rebelle et prototype des whistleblowers.
download
corse-prem-dep-libere-copie

De son côté, Leo Micheli est un fils de docker syndicaliste bastiais, devenu dirigeant de la Résistance insulaire, puis à Paris conseiller et certainement plume de talent de Jacques Duclos Premier secrétaire du PC français. Il  nous livre des descriptions savoureuses de la vie politique en Corse au seuil de la guerre 39-45. Et comme Snowden, même carrière brillantissime pour Leo au sein de la direction de la Résistance insulaire, c’est à dire dans la clandestinité dont il est aujourd’hui un survivant prestigieux et précieux de 97 ans. A Bastia, ville très politisée, et après son entrée à 15 ans dans les Jeunesses Communistes oû il est élu bibliothécaire, Leo est plongé ans les débats sur le « danger du fascisme italien qui voulait une Corse italienne. Il y avait en France une donnée anti-front populaire. On réprimait le mouvement ouvrier comme fascisme avait réprimé le mouvement révolutionnaire en Italie. (…)

bastia-mdp
lib-vendetta
Les fascistes souhaitent reprendre leurs terres « irredente », et résoudre leurs problèmes démographiques et économiques en acquérant des terres étrangères. (…). C’était sérieux cette affaire car il s’agissait du combat pour la Corse française et l’on retrouvera ce même mot d’ordre dans la Résistance Corse libre et française. »

leo-micheli-re-mdp-porri-2013-copie
La Libération de la Corse sera l’oeuvre du peuple corse lui-même ».   Leo Micheli est sur tous les fronts  et doté comme Snowden, de responsabilités à 19 ans. En 1942,  il crée le Front Patriotique des Jeunes, il est aussi membre dirigeant du PC et principal rédacteur de « L’Avant Garde » et de « Le Jeune Corse Patriote » et de l’appel du 1er mai 1943 « Vive la lutte armée de masse, par tous les moyens. La Libération de la Corse sera l’oeuvre du peuple corse lui-même ». Le Parti communiste ( dissous) de Corse le nomme même « responsable aux cadres »  poste réservé aux militants chevronnés,
corse-liberee
Ensuite au coeur de tous les secrets et de toutes les opérations, il est membre de la « troïka » de direction du PC de Corse et du Front National de Libération. Mise à feu de dépôts d’armes italiens, coupures des lignes téléphoniques italiennes, imprimeries cachées dans le maquis, manifestations pour le pain, arrestations, fuites, embuscades, tractages sauvages
leo
en ville puis conférence clandestine de Porri-di-Casinca , appel à l’insurrection armée dans l’île, enfin Libération éclair de l’île en octobre 1943.
Leo est bien l’un des artisans majeurs de la Corse premier département français libéré.  : « nous avons libéré une île qui comptait 200 000 habitants, occupée par 80 000 soldats italiens. La Corse s’est libérée en dépit des indications expresses de Giraud et de Gaulle. Elle donnait un exemple extraordinaire à l’ensemble de la Résistance métropolitaine, qui allait se servir de ce que les Résistants appelaient « l’exemple corse ».  Notons que le 25 août 44 lors de l
de-gaulle-paris
a libération de Paris, le général de Gaulle prononce un discours où il est question de "peuple"... comme dans l'appel du Front National rédigé en mai 1943 en partie par Leo Micheli... 
De Gaulle : "Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! libéré par lui-même, libéré par son peuple ....etc"

Autre point de rencontre entre Micheli et Snowden , la capacité phénomènale à décrypter un système, un groupe, un fonctionnement. Leo en tant que dirigeant de la Résistance, avait alerté sur les consignes de sécurité vitales : « je crois avoir été l’un de ceux, qui ont le plus insisté sur le cloisonnement. En Corse, notre organisation s’étendait et gagnait toutes les couches de la population mais cela avait un revers. Plus l’organisation s’élargissait, et moins les rêgles strictes étaient faciles à faire respecter. Si l’on y ajoute la délation, dont nous avons été victimes, il est évident que seul le respect absolu du cloisonnement, en assumant les risques de la clandestinité, pouvait nous mettre à l’abri des arrestations. A la veille de l’insurrection, avec 10 000 combattants il était difficile de garder une organisation fermée. »

download-2-1
La Constitution américaine, un l’un des points de rencontre, entre le Résistant corse Leo Micheli et Edward Snowden, l’as des as des ingénieurs système habilité CIA et NSA, c’est à dire des agences de renseignement les plus performantes au monde, adossés aux monopoles des Gafa ( Google, Amazon, Facebook, Apple). Autre croisement entre Leo et Edward : intervient la rencontre entre Snowden et la Constitution américaine… elle-même inspirée directement de la Constitution corse de Pascal Paoli de 1755. Cette vérité historique, méconnue mais incontestable, éclaire sur les principes démocratiques tels qu’ils sont défendus par Micheli et Snowden. D’autant que Leo est aussi à l’origine du slogan de la Résistance, directement inspiré de la devise de Paoli «  Forti saremu si saremu  uniti » (Nous serons forts si nous sommes unis). Leo Micheli : «cette devise, soyons unis nous seront plus forts contre les oppresseurs. Lorsque nous avons imprimé dans la clandestinité, des numéros de Terre Corse, nous avons choisi de la mettre en tête car elle s’imposait dans la lutte antifasciste, comme elle s’était imposée à Paoli, lorsqu’il s’était battu pour la liberté. » Que reste-t-il des liens entre La Corse de Paoli et les révolutionnaires américains de 1787 les Insurgents? A Paoli-City (Pennsylvanie) des habitants fêtent chaque année la naissance de Pascal Paoli, Général de la Nation corse, tradition qui perdure depuis 292 ans, assortie de voyages pour les jeunes corses et des partenariats économiques et touristiques. La gare de Paoli City, est un noeud ferroviaire qui dessert Philadelphie, et c’est ici que fût  fondée au XVIIIè siècle, la « Taverne de Paoli » lieu de réunion des futurs constitutionnels américains en lutte contre la tutelle anglaise. Ces révolutionnaires admiraient tant le Général de la Nation Corse ( comme ils lisaient aussi Voltaire et Rousseau), au point de perpétuer le nom Paoli dans leur toponymie locale. En droite ligne du manifeste John Barlow un des pères de l’internet qui écrit : «  nous créons un monde où tous peuvent entrer, sans privilège, sans préjugé dicté par la race, le pouvoir économique, la force militaire. Nous créons un monde, où n’importe qui, n’importe où, peut exprimer ses croyances, sans craindre d’être réduit au silence ou à la conformité. » « We the people… » Quand à Edward Snowden, il adore la Constitution américaine (de 1787 « la plus ancienne constitution encore en usage dans le monde ». Son exploit inédit, inégalé, consistant à exfiltrer en 2013, des milliers de documents américains ultra confidentiels mais abusifs, afin de les diffuser publiquement. Ce qui le place dans le peloton de tête des démocrates entrés dans l’histoire planétaire du XXIè siècle. Il raconte, cela se passe à la cafétéria de la NSA d’Hawaï : « j’aimais lire la Constitution, les idées qui y étaient développées étaient géniales, le texte était remarquablement écrit, et surtout parce que cela faisait flipper les collègues. Dans un bureau où tout doit passer à la déchiqueteuse, un vrai livre posé sur une table constitue une source d’étonnement ». 

elcdc-bxgawtt79
Ce 2 novembre 2020, Edward Snowden demande la nationalité russe, sans renoncer à sa citoyenneté américaine. Réfugié en Russie depuis 2013, il a été rejoint par son épouse et ils attendent un bébé. Sur Twitter, l’ancien ingénieur de la NSA ( National Sécurité Agency) espère obtenir la nationalité russe: « après des années de séparation avec nos parents, nous n’avons aucune intention d’être séparés de notre fils. C’est pourquoi en cette période de pandémie et de fermeture des frontières, nous demandons la double nationalité. » et affirme « vouloir élever son fils conformément aux valeurs américaines que nous aimons, y compris la liberté d’expression ». Le lanceur d’alerte, même en cas de procès équitable, risque jusqu’à 30 années de prison aux Etats-Unis.

Peut-on parler de correspondances entre ces deux militants? Michel Stefani Secrétaire régional du Parti communiste Français : « surprenant ce rapprochement entre ces deux jeunes hommes , confrontés à une situation exceptionnelle. Oui leurs engagements peuvent être comparés. D’un point de vue personnel et politique, cela implique, pour eux, d’être face à des

leo-micheli-et-michel-stefani
dangers réels. C’est le combat contre le fascisme et le combat contre Big Brother et les risques évidents sur l’intégrité, la sécurité. Ce sont des parcours de vie dans des contextes, révélateurs des personnalités qui contribuent à forger le caractère. »
Le combat des militants anti-fascistes préfigure celui des actuels lanceurs d’alerte, tous opposés aux excès de la technostructure.

Liliane Vittori

 

__________

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.