A Pianellu une profanation antisémite.

A Pianellu le « Marronnier d’Anne Frank », symbole et monument mémoriel, victime d’une profanation antisémite avant la journée dédiée à la Shoah.

ouv-pianellu
Bouleversés et interloqués, les invités de Terra Eretz Corsica Israël, les élus, les animateurs du Foyer Rural de Pianellu et Ronan Léaustic sous-Préfet de Corté ont constaté l’agression contre le Marronnier d’Anne Frank.
chant-kovenji
L’arbre, symbole et monument mémoriel, a été écorché, la veille de la journée dédiée aux victimes de la Shoah, la mairie porte plainte. Ce type de profanation contre un arbre, au coeur de la Châtaigneraie insulaire c’est du jamais vu! Ici, abasourdis mais peu étonnés, toutes et tous l’ont vécu, comme un acte antisémite incontestable qui rappelle que la barbarie antisémite n’a jamais cessé. Il ne s’agit pas d’une bêtise, d’un acte isolé mais d’une alerte. Présente à Pianellu, Me Muriel Ouaknine-Melki avocate de la famille de Sarah Halimi (assassinée chez elle au cri de « Allah Akbar ») n’a pas laissé subsister le moindre doute. « Je venais paisible et tranquille en Corse, l’Ile des Justes, et c’est un rappel cuisant. L’antisémitisme n’a jamais cessé. J’ai ressenti beaucoup d’émotion et aussi la chance d’être ici pour porter ce combat que nous menons quotidiennement en France. La chance d’être dans cet endroit si beau, tellement pur, et en même temps, de vivre ici le rappel de notre combat essentiel, vital. Nous sommes face à une montée terrible de l’antisémitisme partout dans le monde. Même ici sur l’île des Justes nous assistons à la profanation de l’arbre planté à la mémoire d’Anne Frank. Je ne considère pas que c’est une bêtise, un acte isolé, c’est une alarme ». 
arbre-ecorche
Caroline Tharot, Procureure de la République de Bastia communique : "il n'y a aucune revendication , aucune inscription , juste une degradation d'une grande partie du tronc de l'arbre." Une enquête pour dégradation volontaire d'un bien public à été confiée à la Gendarmerie. 

Tous ensemble à Pianellu, dans la montagne corse, on a ressenti, et pour certains c’est la première fois, ce que signifie être attaqué dans sa chair parce que juif, comme l’ont été Anne Frank et des millions de victimes juives dont beaucoup d’enfants. Me Ouaknine-Melki  qui est aussi présidente de l’OJE ( Organisation Juive Européenne) précise : « l’antisémitisme ne s’est jamais éteint et je ne considère pas qu’enseigner la Shoah c’est de l’Histoire, pour nous c’est contemporain. La majorité des actes antisémites commis en France et dans le monde, sont le fait d’une mouvance radicale jihadiste mais je suis inquiète aussi par les actes antisémites commis par des groupes néonazis. » Outre le terrorisme islamique associé parfois à l’anti sionisme, la communauté juive de France est prise en étau, entre radicalisme d’extrême gauche et d’extrême droite.

discours-pianellu
Consterné et très ému, Frederic Bianchi président de Terra Eretz Corsica Israël : « l’histoire du peuple juif est comparable à un grand arbre, dont les racines seraient les Patriarches, et elles se développent jusqu’à la fin des temps. Avec cet arbre, martyrisé dans sa chair, c’est tout un symbole qui est attaqué. Nous portons plainte. Des gens sont venus détruire. Alors je demande, que se passe-t-il dans la tête d’un individu pour venir écorcher un arbre? »

Pascal Agostini Pd du Foyer Rural A Techja di Pianellu témoigne: « nous nous réunissons tous les ans, autour de cet arbre d’Anne Frank, planté il y a dix ans, contre la barbarie. C’est le message universel, à véhiculer, à partager depuis Pianello. On va essayer de soigner, de sauver l’arbre ». Jean-François Paoli maire de Pianellu« en attaque ce qui est devenu pour nous un symbole de la tolérance et un souvenir de la tragédie passée les mots manquent ! Mais nous ferons tout pour que cet arbre survive! » 

elie-axas
Les participants ont promis de venir chercher des boutures du marronnier d’Anne Frank… pour replanter si possible une centaines de descendants.
quatuor
Après les discours, la journée s’est déroulée consacrée à la mémoire de la Shoah, à l’histoire, au droit, à la culture, à la musique. La comédienne Elie Axas a lu des passages bouleversants mais peu connus du Journal d’Anne Frank. Cette jeune fille visionnaire qui souhaitait être éditée, découvre son talent d’écrivain en même temps que les persécutions et les crimes nazis. Sandrine Szwarc a donné une phénoménale conférence sur Eliane Amado-Levy-Valensi et Me Ouaknine-Melki est revenue sur son combat contre l’antisémitisme. Katarina Kovenji mezzo soprano a offert un splendide concert de chants corses, yiddish et hébreux.

 

 

Liliane Vittori

 

 

————

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.