CORSE et FONDS EUROPEENS. Dotation équitable ou « hold up de l’Etat sur la Corse » ?

Fonds européens 2014-2020 . La République est-elle équitable avec ses Régions ? L'eurodéputé François Alfonsi parle d'un « hold up de l’Etat sur la Corse » . Alors que Paul Giacobbi député et Président du Conseil Exécutif de Corse estime que la répartition est juste.
"De facto dit-il la Corse aura à sa disposition une dotation plus conséquente qu’auparavant en additionnant tous les fonds européens dont elle bénéficie FSE, FEDER FEADER ."  L’île de Corse « région de transition » est-elle  défavorisée au profit… de l’Ile de France ? 

La démonstration de François Alfonsi est limpide , tout comme la riposte de Paul Giacobbi qui publie prochainement une synthèse à destination des élus de Corse. Sur les 325 milliards d'euros (2014-2020) répartis ( entre 28 Etats-membres) la dotation globale de la France est en augmentation. Soit 13 milliards d’€ (un milliard de plus qu’en 2006). Grâce au Parlement Européen, la France est avantagée par cette catégorie nouvelle dite de « région de transition ».  Les élus européens dont François Alfonsi ont lutté pour ce résultat … mais la Corse est lèsée. En effet, pour ces 10 « régions de transition » : la dotation globale est augmentée. Mais suite à une répartition interne injuste, de l'Etat français : la Corse seule voit diminuer sa dotation en baisse dans sa catégorie. Ses crédits sont amputés : soit moins − 9,9% pour la Corse.

Des régions stagnent : 

Auvergne +0,7%, 

Limousin +1,1%, 

Basse-Normandie +1,9%.

Huit bénéficient d'un coup de pouce : 

Franche-Comté + 4,7%, 

Lorraine +7,4%, 

Poitou- Charentes +7,5%, 

PACA + 7,3% ( catégorie "région plus développée" )

Nord-Pas de Calais +8,3%, 

Picardie +11%.

Languedoc-Roussillon, +21,4%.

Ile de France : + 25,2% ( catégorie "région plus développée" )

Dotation en baisse

CORSE: - 9,9%

«  Encore plus troublant constate François Alfonsi , les évolutions dans les « régions plus développées ». La plupart reculent et stagnent. PACA perçevra +7,3%… Et l'Ile de France sera augmentée de plus+ 25,2% ! » Pour éclairer ces disparités qui font scandale et contredisent le pacte républicain , sachez que le PIB par habitant de la Corse est à 86,6% du PIB moyen européen. Alors que le PIB/par hab de l’Ile de France s'élève au double de celui de la Corse soit 174,4% du PIB moyen européen ! 

PIB par habitant 

CORSE : 86,6 % du PIB moyen européen

ILE DE FRANCE : 174,4% du PIB moyen européen.

François Alfonsi : « la procédure de décision est opaque, la Corse a été tenue à l'écart. Cette proposition de dotation émane de la DATAR, temple de la bureaucratie jacobine. Elle dépend en théorie du Ministère de l'Egalité des Territoires mais elle agit avec une grande autonomie, en lien direct avec Matignon. Cette maquette a été proposée au Secrétariat Général des Affaires Européennes SGAE. Ce dernier, après consultation de l'ARFAssociation des Régions de France , l’a validé et transmise à Bruxelles  le 31 déc. 2013. »
 
La Collectivité Territoriale de Corse a-t-elle été tenue à l'écart de la phase de consultation de l'ARF ? Peut-on parler de détournement des flexibilités consenties par Bruxelles ? Pourquoi les Etats peuvent-ils « surdoter » ou « sousdoter » une région ? François Alfonsi : « Visiblement, pour la DATAR, et pour le gouvernement, la seule région insulaire à prendre en compte s'appelle l'Ile de France !  " Affaire dans l’affaire : c’est François, Alfonsi qui, durant cette mandature, avait  lancé ce concept nouveau de "régions intermédiaires ». Après des dizaines d’heures de débats : l’idée est enfin reprise par la Commission sous la notion  "régions de transition ». Malheureusement, les arbitrages de l'Etat ont discriminé la Corse alors qu’elle aurait du en être la première  bénéficiaire.
Au micro de Corse Net Infos François Alfonsi précise : « Pourquoi l’Etat a-t-il pris une telle décision ? Je ne sais pas. La DATAR a fait cette proposition. Le 1er ministre l’a validée. Ils n’ont montré aucun intérêt pour la Corse ! La procédure de décision est opaque. La Corse a été tenue à l’écart et régresse dans des conditions considérables. Un scandale que j’ai voulu dénoncer ! Et nous n’avons plus le temps, maintenant, de courir les cabinets parce que les répartitions deviennent définitives fin mars. Il s’agit de s’en occuper vite et fort. Dès que j’ai pris connaissance de ces chiffres-là, j’ai alerté les Corses. C’est, légitimement, maintenant, à l’Assemblée de Corse d’interpeller le gouvernement. » 
Dernière minute le 11 mars. Contestant l'analyse de l'eurodéputé François Alfonsi , Paul Giacobbi député et Président du Conseil Exécutif de Corse s'est exprimé au micro de Julien Pernici (Radio Alta Frequenza) : " dire que la Corse bénéficiera de moins de fonds européens sur cette période est rigoureusement faux. Il y aura bien une baisse du FEDER et du FSE, celle-ci sera inférieure à l’augmentation de la dotation du FEADER pour la Corse. De facto, la Corse aura à sa disposition une dotation plus conséquente qu’auparavant en additionnant tous les fonds européens dont elle bénéficie. Le plus important n’est pas, quelque part, de savoir combien on va pouvoir dépenser, mais d’utiliser la totalité des sommes au final." Un rapport à destination des élus territoriaux sera publié prochainement.

 Liliane Vittori


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.