L’île-montagne passera-t-elle (ou pas?) en mode cluster pour freiner l'épidémie ?

Un zonage cluster Covid19 étendu à toute la Corse? Voici 10 mesures contre le coronavirus proposées par G. Simeoni Pd du Conseil Exécutif. Taiwan et la Sardaigne parviennent à freiner localement l’épidémie alors pourquoi pas la Corse?

ouv-gilles-simeoni-sur-cnews
Toute l’île-montagne passera-t-elle (ou pas?) en cluster comme la Corse-du-Sud ? C’est à dire en zone de foyer autochtone à forte transmission du coronavirus Covid19 et donc soumis à un régime de confinement plus ou moins renforcé? Incluant la fermeture des crèches, des établissements scolaires, dont l’Université de Corse. Et comme à Ajaccio, la possibilité pour les salariés des transports publics de faire valoir leur droit de retrait ? Sans oublier le report des spectacles et des compétitions sportives. Jérôme Salomon Directeur de la santé publique confirme 1 412 cas (bilan à 15h). Et un nouveau cluster à #Ajaccio. 38 cas en tout en #Corse. Le passage en cluster est-il indispensable pour toute l’île? Le Président du Conseil Exécutif Gilles Simeoni a émis ce 9 mars, un diagnostic percutant. Il propose 10 mesures pour éviter que l’épidémie ne flambe en Corse, comme elle le fait déjà en Italie, dans l’Oise et en Alsace, avec de nombreux décès et des hôpitaux saturés qui renvoient les malades sans les dépister faute de moyens cliniques en soignants et en matériel. La situation dans les hôpitaux italiens serait hors de contrôle. Des messages remonteraient au niveau européen demandant de l'aide d'urgence et informant les partenaires que la crise sanitaire est bien plus grave que prévue
download-1

La situation en Corse? "L’île présente huit caractéristiques qui la distinguent, dans son rapport à l’épidémie, d’un territoire continental ». Les plus préoccupantes?  L’insularité, la très forte proximité avec l’Italie, « les points d’entrées centralisés ports et aéroports ».

download-2
download-3
Et plus grave « l’absence de CHU et un système de santé publique dont la capacité reste limitée en équipements, en lits, en personnels ». Les continentaux qui viennent en vacances ne le savent pas…mais ici toute l’année, bon an mal an, les malades insulaires sont envoyés en flux tendu vers les hôpitaux de Nice, Toulon, Marseille ! Plus que partout en France : le système de santé publique en Corse est à bout de souffle, endommagé par des dettes récurrentes, des services dégradés, des locaux délabrés. Comment sera géré le pic de l’épidémie en Corse et une possible surmortalité vu la population vieillissante de l’île? Le Conseil exécutif de Corse propose un plan en 10 mesures pour « limiter au maximum, la propagation du coronavirus. Et pour gagner le temps nécessaire à la montée en puissance des moyens de lutte mis en œuvre par les acteurs publics et privés contre l’épidémie ». Les 10 mesures ? La prise en compte gouvernementale, de la nature d’île-montagne de la Corse. Plus la désignation d’une mission « chargée de participer, en concertation avec le Représentant de l’Etat et l’ARS ainsi qu’avec la Collectivité de Corse et les acteurs de la santé insulaire, au suivi des mesures spécifiques de lutte contre le coronavirus que le statut d’île-montagne de la Corse commande ». Limiter au maximum la circulation du virus dans l’île?
images-1
Le Conseil Exécutif  souhaite « étendre à la Corse tout entière les mesures prises de prévention hier par le Préfet pour Aiacciu, ceci pour 14 jours. L’exiguïté du territoire de la Corse, la densité des échanges entre les villes, villages et régions de Corse imposent d’ériger tout le territoire de l’île en zone cluster, au moins pour les 14 jours à venir. » 
images-2

Autre mesure phare?  « Renforcer les contrôles dans les ports et aéroports. Les exemples taiwanais et sardes laissent à penser que ces mesures sont efficaces. Des mesures de contrôle des passagers avaient également été mobilisées par la France face au virus Ebola en 2014. » Gilles Simeoni : «  Taiwan semble avoir endigué l’épidémie tandis que la Sardaigne voit son nombre de cas très limité et sans augmentation, par application stricte des mesures de confinement généralisées, des fermetures d’écoles et lieux publics et ce à minima jusqu’au 15 mars. Le Conseil exécutif de Corse demande un contrôle des historiques de voyage, des passagers, des confinements systématiques des passagers arrivant des zones à risque, ou présentant des symptômes suspects. ». Les autres préconisations portent sur la " limitation des embarquements et débarquements en simultané ( ports et aéroports), les dispositifs de dépistages sur place et les moyens en soins intensifs dans les hôpitaux", jugés actuellement faibles en regard des prévisions. 

download
Autre piste ? Le renforcement des moyens des professionnels de santé du secteur privé ( médecins,  pharmaciens, aides à domicile etc...) qui «seront en première ligne pour la prise en charge des malades les moins graves, soit 80 % des cas » . Et ce, dans le contexte de rupture de stock des masques FF2P qui perdure ! Selon un médecin urgentiste « le gouvernement français court derrière le COVID19 plutôt que d’anticiper sur les contaminations ». Les ministres de la santé successifs n’ont pas prévu les ruptures de stocks (gel désinfectant et masques), non plus que les places manquantes en hospitalisations, non plus que le chiffre effarant des personnels hospitaliers infectés ou  encore l’absence de soutien aux médecins libéraux livrés à eux-même sans matériel et sans consigne précise.

Sur twitter les oiseaux de mauvais augure s'esclaffent : "Ils veulent éviter la panique pour éviter la crise économique. Ils récolteront et la panique et la crise économique". Dans le contexte d'une récession économique gravissime , la gouvernance France est-elle, à tort ou à raison, trop focalisée sur l'économie au détriment de l'épidémique ? Qui vivra verra... La réponse du gouvernement se veut adaptée et phasée en fonction de l'état de chaque  ville ou département. Que dire de cette navigation à vue au jour le jour ? Elle se résume ce lundi ( sans préjuger des déclarations ministérielles de demain) à ceci  : " La France est actuellement au stade 2 de la gestion de l’infection au Coronavirus COVID-19. A ce jour, le virus est présent dans certains territoires et circule, même s’il n’est pas présent partout sur le territoire. La priorité est de ralentir la circulation et la propagation du virus sur le territoire. Pour cela, la mesure la plus simple est la plus efficace est d’appliquer tous les gestes barrières. Ces gestes vont permettre de réduire l’augmentation du nombre de cas, la transmission du virus et d’atténuer le pic épidémique. » . Ce lundi 9 Mars 2020, on dénombre 1 191 cas confirmés. Deux personnes supplémentaires sont décédées, en Corse et Auvergne-Rhône-Alpes, portant le chiffre à 21. Le Pr Jerôme Salomon Directeur général de la Santé : « Le système de santé se prépare à faire face aux besoins à venir. Les établissements de santé et médico-sociaux anticipent le passage en plan blanc. Les plans Blanc (hôpitaux et cliniques) et Bleu (les EHPAD) seront déclenchés par le directeur de l’établissement de santé en lien avec les Agences Régionales de Santé. En anticipation des besoins à venir, la réserve sanitaire est mobilisée par les Agences Régionales de Santé qui en font la demande, en renfort des établissements de santé. »

 

LV

 

________

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.