La nonviolence une inconnue, marginalisée par les médias dominants.

Bastia. 4è Univ. de la nonviolence. L'action nonviolente de protestation reste peu relayée par les grands médias. Pourtant l’humanité n'a cessé de traverser des conflits … sans formation, sans cursus éducatif pour les dépasser. De ce constat, est née la politique de la nonviolence (Inde avec Gandhi) , Usa avec les luttes pour les Droits Civiques du pasteur ML King.

 La nonviolence est un « outil pour le XXIe siècle » annoncent Jean-François Bernardini et les militants de ce savoir-faire très technique et vital.Lequel grandit dans l'opinion, à l’insu des médias dominants qui restent focalisés sur les dérives violentes. A Bastia se tient la 4eme Università di a nò-viulenza (en présence de Michel Rocard) pour évoquer les « sit-in et die-in", « l’heure de silence », le boycott, la désobeissance civile, les actions spectaculaires de Greenpeace et du mouvement anti-pub, la « médiation avec la police », les provocateurs, la grêve de la faim, « l’obstruction et l’enchaînement »


Une panoplie pour se faire entendre, se faire respecter… et changer le monde. 
La nonviolence ça s’apprend. Les actions réussies ça se prépare. Un mouvement ça s’organise. 
« La nonviolence est une inconnue en France, elle n’est pas sur la place publique ! Pour de multiples raisons, elle est une force, le pouvoir des sans-pouvoir. La totalité des grands penseurs de la nonviolence en France restent marginalisés par les médias. Depuis les tragiques évènements de janvier 2015, la nonviolence est de plus en plus interrogée.
Sa pertinence, son utilité, sa manière à elle de répondre en font un outil puissant face au questions sociétales. En France, comme ailleurs dans le monde, c’est l’équipement du XXIe siècle ! Nous menons ce travail d’ensemencement. »
explique Jean-François Bernardini. Il parcourt le monde, non seulement avec son groupe I Muvrini, mais en donnant des conférences qui tombent à pic. Comme à l’IUT de St-Denis (93 avec les Lycées P. Eluard et Suger) ou à St-Etienne avec le Club de football AS. Celui qui initia et fonda en Corse AFC-UMANI ( association humanitaire et de développement ) sait de quoi il parle et il est de plus en plus écouté. 
A l’IUT de St-Denis, sa conférence archi-comble en mars a immédiatement engendré en juin, un colloque au succès lui-aussi phénoménal « Changement d’époque :
la force de la nonviolence ».
Et ce, dans un contexte tendu de « violence avérée » au sein de l’établissement avec menaces de morts sur certains personnels dont le directeur. Une opération exceptionnelle en France dans le milieu universitaire, menée grâce à une volonté de construction des équipes pédagogiques et des étudiants, une dynamique positive et l’objectif commun et tenace de tourner la page. Mélanie David Chargée de communication (IUT de St-Denis): « le 11 juin nous avons été nous-mêmes très surpris, nous avons eu des demandes venues de tous bords, plus de 100 étudiants inscrits qui ont participé. Cela a été une journée magnifique,
nous sommes ressortis enchantés, et pleins d’espoir ».
Pourquoi ? Parce que Jean-François Bernardini, les philosophes de MAN et de Alternatives Non Violentes proposent des méthodes, un apprentissage, tout  un « équipement » pour désamorcer les explosions de violences.
Ils répètent tous que, loin du pacifisme ou de l’occultation des conflits : « la nonviolence  est un combat » qui se prépare. Un face à face
dans lequel les adversaires sont censés se respecter. Il faut «  savoir entrer, dans un nouveau rapport de force » et experimenter la gamme de la communication nonviolente et de la résolution nonviolente des conflits.  Jean-François Bernardini : « A St Denis nous avons parlé à l’IUT, là où le directeur et 6 autres personnes ont été menacés de mort ! La nonviolence y est donc reçue avec une bénédiction, elle apporte de multiples réponses pour dépiéger, elle propose une sortie de cet enfermement, je dirais de cet enfer ». A Bastia, se tient la « 4ème Université di a Noviulenza » (IUFM Borgo), qui recevra Michel Rocard ancien Premier Ministre (10 et 11 Juillet).  François Vaillant philosophe : « nous souhaitons que les participants intégrent bien tous les tenants et aboutissants d’une action non-violente, qu'ils apprennent à rester centrés sur l’objectif, qu’ils soient capables d’argumenter, d’en parler y compris à la presse, de comprendre les réactions des médias qui masquent souvent les motifs et les revendications, en restant polarisés sur l’expression des dérives violentes».
En Corse la nonviolence s’installe peu à peu dans le paysage social « avec plus de 9000 personnes sensibilisées et initiées, ajoute J-F Bernardini, une brigade de 13 formateurs, qui agissent sur tout le territoire, qui innovent dans les entreprises, les écoles, auprès des associations de parents. Et des centaines d’animations avec les Parcours-Expo. ici la demande spontanée ne cesse de croitre, venant des milieux ruraux comme urbains. J’ai moi-même organisé dans l’île, plus 50 rencontres. On  m’aurait dit, il y a 4 ans, que le mouvement prendrait cette dimension-là ? J’aurais répondu impossible c’est du domaine de l’utopie, de l’irréalisable ! Pourtant les actes sont posés. Et que révèlent-ils ? Une histoire, la justesse de la notion, de la philosophie de la nonviolence par rapport aux réalités vécues. Il y a comme une famine. Nous voulons sortir du piège résignation ou violence. Nous ne sommes pas condamnés à la peste ou le choléra. Il existe autre voie, cela s’apprend ! Quand tu dis à la société de dire non à la violence, on te répond mais alors on fait quoi ? Cette reéducation est nécessaire» . 
Visionnaire  le leader d’I Muvrini ajoute : « le conflit fait partie de la vie mais nous ne sommes pas éduqués. On le refoule, on le cache, partout dans le monde ! Apprenons à le réguler, il y a toute une batterie d’exercices à notre portée, inventifs, médiatiques, qui permettent aux hommes, aux femmes, aux enfants de prendre part à l’action nonviolente. »

 

 

LV

 

_____________

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.