Piazza Dominique Lucchini dettu «  Ribeddu »

Bastia 9 sept. 2017 : inauguration d'une place baptisée Dominique Lucchini dettu «  Ribeddu », héros de la Résistance puis élu territorial nationaliste dans la première Assemblée de l'île. Inscrit dans l'Histoire de la Corse, cet hommage solennel à un militant doublement visionnaire illustre la bascule politique actuelle et le processus conduit par la gouvernance nationaliste.

re-mdp-edmond-et-ce-et-ribellu-copie-2
« Je suis heureuse de constater qu’aujourd’hui, enfin, mémoire collective et histoire officielle ne font qu’un ! ». Filiation et fidèlité : aucune indulgence ici pour la langue de bois lors de cet hommage à Ribeddu. Quartier du Vieux-Port de Bastia, ce 9 septembre 2017, Santa Lucchini la petite-fille du rebelle, salue avec éloquence le parcours politique atypique de son grand père résistant de la première heure (Croix de Guerre avec Palmes et Médaille Militaire). Pourtant,  doté très jeune d’une haute conscience politique antifasciste et de l’auréole du héros …Dominique Lucchini n’avait jamais bénéficié d’un hommage aussi officiel dans sa région l’Alta Rocca. 
santa-lucchini

Voix assurée et bien posée Santa Lucchini  précise: « je me félicite que nos élus rendent hommage à un homme qui n’a eu de cesse de promouvoir les idées nationalistes bien avant qu’elles ne soient à la mode. » . La cérémonie, se déroule, en présence des deux présidents de la Corse Gilles Simeoni pour la Collectivité Territoriale  et Jean-Guy Talamoni pour l’Assemblée, de Pierre Savelli maire de Bastia, des élus du Conseil Municipal, de la famille de Dominique Lucchini venue de la Corse-du-Sud et de Sixte Ugolini Pd de l’Anacr 2B. Et Histoire de la Corse dans l’Histoire de France… On le sait en Corse ( mais c'est un fait historique ignoré sur le continent français ) : la Libération de la Corse « par son peuple » dès octobre 1943, fût une répétition générale et une leçon politique magistrale pour le général de Gaulle chef de la France Libre. Il avait salué et décoré Dominique Lucchini dès 1944: « patriote magnifique de vigueur physique, de calme, de courage, d’énergie, dont les exploits surprenants ne se comptent plus, a été durant l’occupation étrangère la terreur des troupes italiennes auxquelles il infligera de lourdes pertes et qu’il ridiculisera en maintes occasions. Est sans doute le plus héroïque et le plus glorieux des patriotes corses de 1943 ». 
ribeddu-lion
Ribeddu fut toute sa vie un rebelle authentique, un "lion", un combattant pour les libertés publiques et individuelles, c’est à dire un opposant surdéterminé et risquant sa vie pour combattre le régime totalitaire et sans frontière installé par la Collaboration de Vichy, le fascisme de Mussolini, le nazisme de Hitler.
Jean-Guy Talamoni qui initia le concept "d'un imaginaire national corse" est ému quand  il prend la parole : « cet hommage permet à la mémoire de traverser l’histoire et les siècles constituant ainsi le remède le plus sûr contre la barbarie qui menace à nouveau ». En effet, d'abord jeune contestataire antifasciste dans la Marine Nationale en 1940 ( il fera 52 jours de prison), puis militant communiste dans la clandestinité et grand résistant, Dumenicu Lucchini devint ensuite maire de Zerubia en 1945. Puis, et c’est unique, il sera élu territorial dans la toute première Assemblée de Corse dans les rangs de l’Union du Peuple corse (UPC). De quoi déchaîner, du côté de ses anciens amis, les oublis, les incompréhensions, les anathèmes, les excommunications… dans une île, gouvernée après-guerre et par intermittence, par des majorités de gauche et incluant le PCF.
re-ils-photographient
Et puisque l’Histoire et la Mémoire ne sont pas immobiles
, cette inauguration indique la bascule politique et le processus actuel en faveur d'une possible autonomie régionale, conduit par la gouvernance nationaliste de l’île. Engagé dans la Résistance, Dumenicu Lucchini avait combattu aux côtés de tous les héros de la Libération de la Corse, des gaullistes aux communistes, du nord au sud de l’île… tout en se liant d’une amitié sincère, ensuite, avec les premiers élus nationalistes insulaires. Ce qui avait été perçu en 1982,  comme un sacrilège, est maintenant devenu une norme politique, partagée en Europe que plus personne ne peut ignorer en Corse. Le Dr Edmond Simeoni, considéré comme le père du nationalisme corse, présent à Bastia samedi 9 septembre 2017, avait ainsi dépeint D. Lucchini (né en 1919 et décédé en 2002): « le leitmotiv de son comportement était la lutte, l’intégrité, la recherche permanente et obligatoire de l’unité de toutes les forces anti-colonialistes. Il a été pour notre combat un apport majeur, un encouragement et un soutien considérables, d’autant que la France, le clan et certains cadres du PCF utilisaient contre nous cyniquement l’argument, stupide mais venimeux et destructeur de l’irrédentisme, du fascisme, de la collaboration. J’ai en mémoire des réunions publiques, à Pruprià, à Bonifaziu où il avait sévèrement tancé les très rares participants, téléguidés, qui s’aventuraient sur ce terrain. On mesure mal la fierté qui était la nôtre, de compter dans nos rangs cet authentique héros qui nous lavait d’accusations insensées. Cet homme de gauche avait, dans une période très dangereuse, fait, ainsi que ses camarades de toutes opinions le choix d’un engagement radical dans la Résistance au nom de la liberté, de la justice et des valeurs sociales que nous partageons, et dont nous essayons de nous montrer dignes dans le combat qui est le nôtre. » Le maire de Bastia Pierre Savelli souligne: « donner le nom de Ribeddu a cette place de Bastia traduit notre volonté de nous impregnier de ces valeurs, de cette détermination, de cette envie de construire un avenir de justice et de liberté. »
ribeddu-3
d-lucchini-ribeddu
ribeddu
En 1942, la Corse est occupé par 80 000 soldats italiens et l’OVRA police politique de Mussolini, assassine les Résistants corses. Arrestations et exécutions, parachutages en montagne, réunions clandestines, imprimeries et communications radio avec Londres et Alger : parmi toutes les péripéties de tant de combats menés par la Résistance corse, l’opération nocturne de réception des armes débarquées par le sous-marin Casablanca (Travo 8 juin 43) reste légendaire. Seul contre une colonne italienne, Ribeddu et ses exploits, avaient galvanisé la Résistance insulaire. Pourtant Dumenicu Lucchini était resté ce héros discret, parfois silencieux, cet élu particulièrement sérieux et conscient des enjeux insulaires. Gilles Simeoni, Président de la Collectivité Territoriale de Corse : « Ribeddu n’appartient pas seulement à sa famille, à ses frères d’armes, à ses amis, au Parti Communiste dans lequel il militât, au mouvement national dans lequel il s’est engagé. Il n’appartient pas seulement à la Résistance, à son peuple, ou à la Corse: il appartient à l’universel, tout simplement parce que lui, et toutes celles et ceux qui se sont battus contre le nazisme et le fascisme, ont défendu au prix de leurs larmes, de leur sang, de leur liberté, de leur vie, ce que l’homme et la femme savent produire de meilleur. La générosité, la fraternité, de sacrifice de soi-même pour que d’autres puissent, la fidelité irréductible à un idéal de paix et de liberté. » . L'Histoire,  est une science en mouvement, qui sans cesse,  re-éxamine, re-lit, re-dimensionne, re-valorise ou occulte les évènements du passé. Les révélations (en cours) sur la Shoah, et qui s’étendent sur plusieurs décennies, en demeure le phénomène le plus convaincant. Actuellement l’Histoire de la Corse fait l’objet d’une ré-interpretation feutrée mais féroce, qui oppose les tenants des Révolutions de Corse du XVIIIè siècle… à ceux qui nient l’essentialité de la période paoline et le concept de Nation corse.  
re-santa-pierre-gilles-daniel
Cet hommage officiel du samedi 9 septembre 2017 à Bastia, va générer une chaîne de données reliées à la destinée de Dominique Lucchini, à la Libération de la Corse de 1943 et au contexte politique. L’inauguration elle-même, les discours officiels, les infos en ligne, la chanson de Jean-Paul Poletti, les reportages et documentaires télévision, les photos, les articles dans la presse, les ouvrages et les investigations historiques sur la Résistance et la Libération de la Corse, vont former un ensemble mémoriel intéressant les historiens. L’inauguration conviviale de la Piazza Dumenicu Lucchini à Bastia, sera un jour, observée et analysée comme un « fait historique », lié à la mémoire de la Résistance et à un processus politique.

 

LV


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.