Oui ou Non aux migrants ? La Corse, ses 15% d’immigrants économiques peut-elle absorber de nouveaux réfugiés ?

L'exode massif des réfugiés vers l’Europe signifie-t-il  un « choc de civilisation » ? Il serait difficile à "assumer" en Corse, par des populations fragilisées par la récession, l’insularité, la précarité affirme Jean-François Bacarelli, candidat écologiste aux Territoriales. Une approche réaliste ? En effet comment la démocratie en France, continue-t-elle de fonctionner, si certaines villes et régions ne peuvent absorber le flux continu de réfugiés, tel qu’il s’annonce selon de sérieuses probabilités ? « Non aux migrants ! ». Sincèrement compatissant pour les réfugiés et les naufragés mais lucide et sévère sur le niveau inquiétant de la pauvreté en Corse: Jean-François Bacarelli et le Comité des Chômeurs ont réunit une centaine de personnes devant la Préfecture à Bastia le 12 septembre. Soit deux fois plus que la veille à l’appel d’un collectif informel regroupant la LDH, la gauche  et les nationalistes. « Nous avons été émus par la photo du petit enfant noyé mais la terre de Corse, le peuple corse ne peuvent pas accueillir de migrants supplémentaires clame J-F Bacarelli. Nous comprenons l’état de détresse de ces peuples persécutés, massacrés par l’état islamique mais chez nous, la misère est dans nos maisons ! ».
Très applaudi, le candidat Alliance Ecologiste Terra Corse, trace un tableau sévère mais hélas exact,  de la paupérisation en marche en Corse. La Région insulaire souffre de services publics à la peine, les hôpitaux publics vétustes restent extrêmement insuffisants, les personnels des impôts sont débordés par les files d’attente, le réseau routier reste très défaillant. Et la Corse accueille, selon l’OCDE, quatre fois (4x) plus de migrants économiques que le continent français. Face à ces constats alarmants J-F Bacarelli dit non « à ce choc de civilisation ». Comment en effet une démocratie pourrait continuer à fonctionner face à afflux de réfugiés que certaines collectivités déjà exangues n’ont pas les moyens d’absorber ? J-F Bacarelli : « Des citoyens qui travaillent ne s’en sortent plus ils sont endettés, surendettés. Le taux de chômage explose, un corse sur cinq  (1/5) vit sous le seuil de pauvreté Nous sommes le 3 eme revenu le plus faible de France. Des retraités ayant travaillé toute une vie font les poubelles, les  foyers d’hébergements affichent complets. Notre jeunesse n’a aucune perspective. Des centaines de Corses attendent des HLM depuis des années, le prix des locations flambent. Parlons des hôpitaux, urgences, réanimation et Irm saturés! Aucune industrie et près de 15% d’immigrés en Corse. Redevenons sérieux ne faisons pas croire aux migrants et aux Corses que cela est possible. Il faut plutôt créer des zones de droits dans leurs pays pour les protéger de la barbarie ! » 
J-F Bacarelli refuse de cautionner cet exode économique : « le peuple doit être consulté. Les politiques n’ont pas été élus pour prendre de telles décision, demain il sera trop tard. Nous ne sommes ni racistes, ni fascistes, ni totalitaires, mais de grâce, nous n’avons pas les moyens de recevoir les migrants. Le peuple corse n’a pas à assumer la charge  fiscale, morale et culturelle, ni céder aux chantages des bons sentiments.  (…) Etes-vous prêts à réquisitionner les 50 000 résidences  secondaires, ou les campings, les hôtels, les salles de sport, les églises ? Nous demandons la sécurité sociale, la sécurité sanitaire, la sécurité  alimentaire, nous l’envisageons mais avec nos impôts. Oui à la démocratie, l’humanisme chez eux mais  disons non à  l’hébergement économique. Nous disons non à ce choc des civilisation. »Tout aussi prudent et réaliste François Baroin le président de l'Association des maires de France (AMF) et maire LR de Troyes a lui aussi précisé que « cet accueil serait limité aux réfugiés et aux naufragés, c'est à l'État d'assurer l'accueil, la mise à disposition des moyens, de négocier avec l'Europe les moyens financiers, de proposer une méthode, des calendriers, des partenaires, une organisation générale. »

LV 

 

 

-----------

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.