Attentat de Nice: tristesse du deuil national mais l'espoir pour la Méditerranée

Erbalunga 15 juillet. En signe de deuil, les élus de la Collectivité Territoriale de Corse ont annulé tous les rendez-vous, excepté en accord avec la Ministre de l'Environnement Ségolène Royal, le lancement du Parc Naturel Marin Cap Corse-Agriates.

royal-ricci
Le lendemain de l'attentat terroriste de Nice qui a fait 84 morts et 200 blessés, Ségolène Royal a décidé,  en accord avec les élus de Corse, de maintenir la réunion publique concernant les signatures relatives au décret pour le lancement du Parc Naturel Marin Cap Corse-Agriates. Elle a été accueillie à Erbalunga (Cap Corse) avec empathie et amitié, dans une île où les enjeux environnementaux sont inextricablement liés aux missions politiques et patrimoniales. Une visite officielle écourtée, car voilée d’un crèpe noir et d’une intense émotion au lendemain du terrible attentat islamiste radical de la Promenade des Anglais le soir du 14 juillet 2016. La réunion s’est ouverte sur trois minutes de silence et la Présidence de la République a prévu 3 jours de deuil national. Mme Royal Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer avait programmé en Corse, du 15 au 17 juillet, une série d’opérations dédiées à la croissance verte et à la transition énergétique. Etaient présent ce matin les présidents Gilles Siméoni (Conseil Exécutif) et Jean-Guy Talamoni ( Assemblée de Corse) ainsi que Préfet de la Haute-Corse, le Préfet maritime, Agnes Simonpietri Conseillère Exécutive en charge de l’Environnement. et
terre-mer-ile
le maire de Bastia Pierre Savelli.
Le décret de création du Parc naturel marin du Cap Corse a été effectivement signé sur le port d’Erbalunga mais « la déclaration d’intention Bastia, porte du parc naturel marin » ainsi que la « préparation de la mise en place du rail de séparation du trafic maritime franco-italien dans le canal de Corse » (20 000 navires par an) , et « la démarche Corse île verte et territoire zéro déchet » sont reportés. On a frôlé l’annulation ce matin mais, présidée par Mme Royal, la réunion publique de 9h30 a été maintenue sur le charmant port d’Erbalunga (commune de Brando). Le Parc Naturel Marin Cap Corse-Agriates ( le 8eme en France) reste une des réalisations emblèmatiques de celle qui fût candidate à la Présidentielle et qui a toujours préconisé la « démocratie participative ». Ce parc (7000 km2 et 29 communes plus Bastia), émanation de l’Agence des Aires marines protégées, préfigure un futur parlement de la mer, capable d’assurer la « sanctuarisation tout en valorisant les activités humaines et économiques ». Car il serait illusoire et simplificateur, pour ne pas dire archaïque, de se focaliser uniquement sur les immenses richesses naturelles de cette zone maritime qui coiffe, d’est en ouest, la pointe du Cap Corse jusqu’à St-Florent et des communes de Balagne dont Palasca et Belgodère. Le coeur de la problématique voulue par Mme Royal reste la mise en partenariat actif et opérationnel des acteurs essentiels : les communes oeuvrant avec les socioprofessionnels de la pêche, de la plaisance, du tourisme, des loisirs et sports aquatiques, les associations investies dans la connaissance scientifique, l’histoire et l’archéologie marine. Soit une véritable « gouvernance » via un comité de gestion qui sera souverain et dévoué aux enjeux de ce vaste territoire terrestre et marin et aux activités maritimes locales et durables. Il décidera des aides techniques et financières en lien avec
dauphin
l’Agence des Aires Marines protégées. Il s’agit d’assurer la coexistence des patrimoines naturels et culturels en phase avec les politiques publiques et l’analyse stratégique régionale (ARS). Oiseaux, cétacés, denti, mérous, langoustes, habitats remarquables : ce Parc Naturel Marin Cap Corse-Agriates est déjà situé sur un espace protégé de l’écosystème littoral, où s’entremèlent et se superposent diverses zones et directives de protection. Dont les périmètres Natura 2000, le Conservatoire du Littoral, le sanctuaire Pelagos, les zones DO et DHFF, la réserve de Finochiarolla, les arrêtés de protection de biotope, les sites classés monuments naturels, les cantonnements de pêche etc… Jean-Guy Talamoni a résumé avec ferveur le ressenti et l’atmosphère de cette visite de Mme Ségolène Royal : « après votre récent déplacement de juin à Ajaccio, nous sommes très heureux de vous accueillir ! Vous avez pleinement répondu à nos attentes et on ne peut pas en dire autant de toutes
ouv
les visites ministérielles. Vous avez mis vos actes en conformité avec vos paroles et avec un mode de fonctionnement qui mérite le respect. ».
D’autant que cette visite officielle en Corse synthètise tous les enjeux et programmes du Ministère de Mme Royal Présidente de la COP 21 intitulés « Climat, biodiversité, croissance bleue quelles solutions pour la Méditerranée». Le « Plan Méditerranée » qui concerne 21 pays riverains, vise comme le parc Marin Cap Corse-Agriates, 3 objectifs majeurs: « une mer en bonne santé, une économie maritime durable, une gouvernance
corse-en-med
qui anticipe le changement climatique  ». Ségolène Royal sur la Méditerranée : « des langues y sont nées ainsi que des civilisations brillantes. Aujourd’hui ce monde est menacé par des politiques de destructions des littoraux, une pollution généralisée incluant des métaux lourds, une surexploitation des ressources halieutiques, un fort impact du changement climatiques, des sur salinisations et des hypoxies, des temperatures augmentées, une acidification généralisée (…). »

 

LV ___________

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.