Economie circulaire BastiaVilleDigitale et Corsican Business Women.

Une économie du futur « circulaire, collaborative, inclusive, frugale, positive! » en ouverture de Bastia Ville Digitale et de son Hackathon : le 3è Congrès de Corsican Business Women.

ouv-cbw
Corsican Business Women 2019 à Bastia Ville Digitale. L’entreprise au féminin face à l’immense défi du rattrapage économique de la Corse ? C’est l’une des approches ( mais pas la seule) du 3 ème Congrés de Corsican Business Women qui s’est tenu à Bastia le 15 octobre, en ouverture du festival Bastia Ville Digitale. Ces rencontres sommet ont réuni tout l’entreprenariat féminin de la Corse. Alors dans le grand tumulte mondial, les cheffes d’entreprises corses subissent-elles en tant que dirigeantes et créatrices, les mêmes aléas, contraintes, échecs et réussites que les hommes? Concernant le management coopératif, l’économie circulaire, l’éco-innovation: ont-elles des réponses pertinentes, pour elles-mêmes en tant que dirigeantes, pour leurs salariés ou associés et pour le territoire insulaire ? Oui et c’est l’essentiel de la démarche de Caroline Subra-Tarsitano présidente de CBW : « oeuvrer collectivement, servir la Corse de manière responsable, durable en intégrant la dimension environnementale dans les entreprises. Les défis de l’entreprenariat insulaire sont nombreux et de taille ! » .
tablee-cbw
Truffé de statistiques, de retour d’expériences, de voeux, de projets: ce congrès très pédagogique est un miroir qui reflète, sans faux-semblant, la réalité ( parfois cruelle ) de la vie des entreprises et des start’up, au féminin ou pas, insulaire ou pas…en survie toujours. Via une approche sincère, non idéalisée, ouverte sur le réel, via des ateliers expert, des rencontres économiques, se dessine un autre monde et c’est, in fine, le souhait affirmé de Corsican Business Women.

Peut-on corréler la santé des dirigeants avec la bonne marche de leurs entreprises? Fabienne Boisneau, coach certifiée et ancienne dirigeante dans des groupes internationaux a fondé Alter’Action et 60 000Rebonds dédié à l’après dépôt de bilan puis successivement Inspire puis 1nspire« un dirigeant qui inspire est un dirigeant qui respire », le tout axé sur la relation entre santé et performance. Autre parcours atypique mais probant celui de Mélanie Tisnier-Versailles . Ancienne de l’Oréal, après la co création de Urban Challenge  (leader du sport de plein air), elle se lance avec Ekito dans l’innovation territoriale et l’accélération de start’up en incubateur. Comme elle l’explique ce sont les naissances de ses enfants qui ont guidé son parcours sinueux mais cohérent. Sur la scène de l’Alb’Oru de Bastia, elle raconte l’arrivée dans sa vie professionnelle d’une nouvelle opportunité. Elle vient de lancer Lune-Bleue ( design et communication ) en option « management coopératif » avec une vingtaine d’associés start’uppers à Toulouse. Vont intervenir, tout au long de la journée Michelle Rossi fondatrice de Kiosk’Ice ( siège social Ajaccio) pour une innovation brêvetée, le premier distributeur automatique de production et vente de glaçons en Europe.  Ainsi que Vannina Bernard-Leoni directrice du Pôle Innovation de l’Université de Corse. Ou encore Vanessa Bianconi qui propose Capsul Protect dans le cadre de Capsul Project « plate forme de santé numérique ». En phase avec l’accidentologie ( ou peut-être la vie simplement dans les prochaines décennies ?):  il s’agit d’un sticker en « technologie du sans contact » (NFC) à poser sur un casque ou un cartable. Lequel contient les informations groupe sanguin, allergies, antécédents médicaux etc…Les premiers essais des protocoles sont prévus pour 2020. 

download-3
L’éco-entreprenariat , l’éco-innovation sont-ils des leviers de developper en Corse, au delà des mots et des maux? Seront-ils l’ancrage principal des dirigeantes d’entreprises et des femmes porteuses de projets.  Helène Teulon polytechnicienne et docteur en économie industrielle, fondatrice de Gingko21 est une visionnaire engagée extrêmement courageuse. Elle développe à Bastia sur les méthodes Open Green d’éco-innovation et d’économie circulaire.  Et sur le vaste et incroyable réseau Ecologie économique territoriale de la Vallée de la Gravona en Corse-du-sud de Vivario à Ajaccio. Le coeur de métier de Gingko21 c’est l’amorçage! Helène Teulon : « la démarche s’inspire de l’écologie industrielle territoriale, en l’élargissant à des activités non industrielles. Avec le constat que la vie s’est développée sur terre grâce à de multiples processus collaboratifs entre espèces d’un même écosystème. L’objectif est ici de contribuer au dynamisme à la prospérité du territoire par l’identification de solutions locales mutualisées. » 
download-2
Et ici dans la Vallée de la Gravona les mots « responsabilité commune »,  « coopération », « transition vers l’économie circulaire » prennent tous leur sens et deviennent réalité. La statut juridique de la structure EECVallée de la Gravona ? H. Teulon : « pour l’instant il n’y a pas de statut, le projet est porté par le cabinet Gingko21. On a trouvé et on a convaincu les acteurs locaux de rentrer dans cette démarche. Notre objectif n’est pas d’être toujours là! Il y a maintenant une structure porteuse, une association d’une durée d’un an dans laquelle les acteurs locaux réfléchissent et étudient la bonne structure pour péréniser la démarche. »  Officiellement démarré en mars  2018 la structure provisoire avait lancé des graines depuis 2016 notamment lors de la catastrophique première crise des déchets. Les hôteliers responsables ont alors pris conscience de la nécessité des synergies pour réduire les déchets .»
download-2-1
Les métiers qui participent au processus d’écologie économique territoriale ? H. Teulon : « nous avons 40 associés dans le tourisme, la CAPA Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien est un membre parmi d’autres, ils sont intéressés par l’insertion via la formation au maraîchage. Il y a des chaînes de solidarité mises en place pour sauver des fraisiers.  On a un chanteur et c’est génial il donne des chansons libre de droit pour populariser le phénomène. ». Plus tous les autres  secteurs, et/ou partenaires et/ou initiatives : SGBC et Corse Composites ( un béton innovant renforcé kevlar avec les chutes de production aéronautique), l’agri-tourisme, l’autonomie alimentaire et énergétique, la préservation de l’environnement, les ressourceries, la traction animale, la valorisation du phosphate des biodéchets, la permaculture, la régénération des sols, le groupement des transports, l’élimination des engrais et pesticides chimiques, la préservation des actifs communs (sol, forêt, rivière), le renforcement du lien social et inter-générationnel, la FALEPA, Recycla Corse etc… « Opportunités », « mutualisation d’équipements », « services entre acteurs » et bien sûr « compétitivité »  sont les maître-mots d’une opération corse exemplaire, emblématique de ce que les femmes peuvent apporter à l’économie insulaire. C’est de l’économie sociale et solidaire grandeur nature, dans une île qui doit tout à un immense territoire de montagne. Lequel terroir est la solution primordiale capable de nourrir les habitants en protégeant l’environnement le tout dans un monde acceptable. La Corse va-t-elle relever le défi et réaliser enfin son rêve et exister dans l’économie du futur « circulaire, collaborative, inclusive, frugale en un mot positive ! »? Le 3 ème congrès de Corsican Business Women est-il celui (enfin) des prémices de la décroissance heureuse ?
download-1
On le saura vendredi soir à 18h quand seront décernés les prix du Hackathon de l’économie circulaire compétition organisé par Bastia Ville Digitale. Soit 36h d’innovation ( du 16 au 18 octobre à Bastia) au service de l’économie circulaire » et des équipes pluridisciplinaires sous l’égide de Emaho et de l ’ADEME de Corse pour «  répondre aux problématiques, notamment insulaires, les plus centrales de notre époque ». Emaho a initié le plus important événement numérique de Corse : Bastia Ville Digitale. Seront donc réunis des chercheurs, des artistes, des entrepreneurs, des étudiants, des citoyens, des collectivités locales, des ingénieurs des acteurs de l’Economie sociale et solidaire. Comme le dit Jean Leccia « si créer un futur mettant le bien-être des individus et le respect des ressources naturelles au centre de la réflexion vous parle….ce Hackathon est fait pour vous ».  L’objectif de ce hackathon ? Aboutir à des solutions numériques innovantes, à de nouveaux usages, de nouvelles idées, de nouvelles pratiques de production ou de mode de consommation s’inscrivant dans l’économie circulaire. Par équipe de 5, les 70 participants imagineront pendant 36h des solutions à 14 défis sur les 7 piliers de l’Economie Circulaire : l’éco- conception, l’écologie industrielle, l’économie de fonctionnalité ( usage plus que possession), le réemploi, la réparation, la ré utilisation, le recyclage….

 

 

LV

 

_______

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.