Liliane VITTORI
CORSE JOURNALISTE CORSE
Abonné·e de Mediapart

345 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2013

Txetx Etcheverry, la revendication basque non-violente

Invité du « Direct de Médiapart » ce mercredi 18 décembre, TxeTx Etcheverry est un militant basque cofondateur de Bizi !, mouvement altermondialiste, non-violent, anti-capitaliste, anti-nucléaire, anti-publicitaire, qui interpelle tous les candidats sur tous les sujets.

Liliane VITTORI
CORSE JOURNALISTE CORSE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Invité du « Direct de Médiapart » ce mercredi 18 décembre, TxeTx Etcheverry est un militant basque cofondateur de Bizi !, mouvement altermondialiste, non-violent, anti-capitaliste, anti-nucléaire, anti-publicitaire, qui interpelle tous les candidats sur tous les sujets.

© 
© 

Avec le récent Alternatiba (village des initiatives de Bayonne): Bizi ! fonctionne comme une dynamique de multipropositions très concrètes, face aux défis posés aux élus locaux et nationaux. Le Pays Basque comme la Bretagne, l’Alsace, la Corse sont des régions périphériques qui souffrent et qui savent pourquoi. Elles réclament plus d’autonomie de gestion dans les domaines : économie, énergie, investissements de transports, fiscalité, langue régionale, culture. Des revendications qui gagnent du terrain en Europe et embarrassent l’Etat français qui annonce toutefois une nouvelle Loi sur la Décentralisation en avril 2014 ainsi que la ratification de la Charte européenne des Langues régionales et minoritaires.

© 

Le discours et l’action sont-ils plus forts quand ils s’appuient sur la non-violence ? Txetx Etcheverry s’exprime sur la revendication basque, qui a adopté la non-violence et dont les acteurs « ni lâches, ni violents opèrent maintenant en toute non-violence avec force et détermination ». Il témoigne aussi dans le n°169 de la revue Alternatives Non-Violentes avec son intervention du 15 mai 13 à La Mutualité lors du NV-Day (Fondation de Corse AFC-Umani et Non-Violence XXI.) LV. 

© 

Q : Le discours est-il plus fort quand il s’appuie sur des actions politiques non-violentes ?

Txetx Etcheverry: « En Pays Basque, il était clair, depuis longtemps, que la non-violence était plus forte, plus efficace que la stratégie de la lutte armée, qui elle, renforçait le camp adverse. La violence cimentait le camp espagnol et centralisateur, lui donnait une légitimité européenne et internationale, alors même que l’Etat espagnol menait des politiques anti démocratiques. Deux quotidiens, des radios, des partis avec une base populaire très large, ont été interdits. Des dizaines de cadres politiques sont incarcérés uniquement du fait de leur engagement. Des victimes amalgamées au bain global du terrorisme. Cela créait des contradictions dans le camp basque, qui se divisait sur l’opportunité de la violence. C’était incompatible avec une stratégie d’alliances avec les autres formations politiques. J’expliquais avec d’autres, que la violence ne nous rendait pas plus fort mais au contraire plus faibles ! Maintenant la lutte armée est arrêtée, sommes-nous plus forts ? La répression continue, il n’y aucune volonté de dialogue de la part de l’Etat français. L’Etat espagnol emprisonne des militants, pourtant on est plus forts, on a plus d’alliances avec les partis, les forces sociales. Côté résultats électoraux, le mouvement indépendantiste enregistre des résultats en hausse.

© 

Q : La nonviolence en politique signifie-t-elle plus de démocratie ?  Txetx Etcheverry: « A l’intérieur des mouvements de libération nationale, et quand il y a lutte armée, rien que pour des raisons de sécurité, la base ne participe plus aux grands débats stratégiques. La démocratie interne est donc limitée. Et la lutte armée militarise les esprits, les habitudes, la pratique militante, les alliances, le rassemblement. Il y a risque d’enfermement, de sectarisme, de déphasage avec l’ensemble de la société. Oui clairement, il y a plus de démocratie avec l’action publique non-violente. En oct. 13, la Cour Européenne des Droits de l’Homme de Strasbourg (CEDH) a condamné l’Espagne à libérer une soixantaine de prisonniers de l'ETA remettant en cause le système Parot de calcul de remise de peine. On commence avoir des acquis, des succès, des victoires, y compris face l’Etat français, par le biais de l’Europe. La lutte armée occultait les débats, nous diabolisait. En Catalogne l’actuelle dynamique indépendantiste affaiblit l’Etat centralisateur espagnol. Des attentats, la tension médiatique au Pays Basque auraient-ils amené de tels résultats ? 

© 

Q : Comme Nelson Mandela êtes-vous un converti à la non-violence ? Txetx Etcheverry: « Je ne suis pas un converti. Tout au long de ma vie, ma pratique militante a fait évoluer ma conscience. J’ai analysé, j’ai fait des bilans que j’espère lucides, de notre travail. Je suis convaincu que la non-violence est une arme efficace, transformatrice en profondeur de nos sociétés. Cela ne date pas d’hier, j’ai confondé les Demos et j'ai suivi le processus à la première trêve unilatérale d’ETA de 1999. J’ai toujours respecté les militants de la non-violence, une forme de courage incroyable, la vraie confrontation non-violente me parait d’une difficulté terrible. Cela ne consiste pas à rester à la maison ! Mais à prendre des risques à visage découvert, et à assumer. La fausse évidence, c’est croire qu’on est plus fort avec la violence qui a une efficacité à très court terme. Ainsi quand 80 000 personnes se rassemblent à St-Pee sur Nivelle (Pays Basque) pour défendre la langue basque c’est extraordinaire, mais cela ne fait ne une ligne dans les journaux ! Alors qu’un seul cocktail molotov aura un écho partout dans la presse ! Une fausse impression de puissance, quand on examine la réalité profonde, l’évolution des rapports de forces, des consciences, la nonviolenceest la plus efficace. »
Propos recueillis par L Vittori

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau