Nuit Debout : reflet tourmenté d'un jacobinisme improductif et opportuniste ?

Camp de réfugiés improvisé, cuisine ambulante, AG décousue, commissions ad libitum pour solutionner « d’en-haut » la décomposition politique et soulever les foules ? NuitDebout, certes altermondialiste et solidaire, n'est -elle qu'un reflet du jacobinisme ignorant la vraie désobeïssance civile? « La non-violence en politique ça s’apprend. » dit François Vaillant de Alternatives Non-Violentes.

reves-nd
Ce mouvement, certes citoyen et sincère, qui se définit comme "horizontal", n'est-il que le pâle reflet d'un jacobinisme politique stérile, infantile et improductif ? Reconstruire chaque jour un camp permanent de réfugiés sur la Place de la République, est-ce une action efficace pour « réfléchir ensemble »  à la décomposition sociale, évoquée dans des "assemblées populaires" informelles et décousues ? Que vont faire les vrais militants politiques encartés, de ce dispositif installé par eux-mêmes, dans le centre mémoriel de Paris ?
nd-ag
Vont-ils, in fine, castrer, récupérer ou même oublier, ce mouvement citoyen et sincère, qu’ils ont eux-mêmes déclenché ? Leila Chaibi du NPA déclare dans le Nel Obs : « on voulait faire de la place de la République un lieu de fête, de rencontre, au-delà des réseaux habituels de militants. ».
nuit-debout
Il y a là, quelque chose qui relève de la névrose jacobine en politique. Autre piste pour décrypter ce moment ? Nuit Debout est-elle trop jacobine, trop bobo et parisianniste pour soulever les foules ? Pour empêcher les destructions quotidiennes dues à des casseurs cagoulés ?  Et pour faire bouger réellement les lignes politiques en France et notamment, supprimer au passage,  la loi El Khomri devenu un tremplin prétexte, lui-aussi relégué, submergé par ces débats tous sujets en plein air ? Nuit Debout est-elle ce reflet déformé et diffus, d’une bureaucratie technocratique qui exerce un pouvoir absolu en France comme ailleurs en Europe ? Et ce, alors que nul n’ignore que les relations économiques sont devenues extrêmement complexes et aléatoires, que les décisions cruciales qui concernent nos vies sont prises à Bruxelles. Et alors que des méthodes autrement plus créatives de lutte politique nonviolente ont essaimées partout dans le monde ?  
npa
Les partis politiques d’extrême-gauche ( NPA, Parti communiste, Parti de gauche) soutiennent en sous marins, tentent de structurer, financent à bout de bras, les Nuit Debout. Tout en ressassant un discours marxiste (le « centralisme démocratique »), c’est à dire les solutions venues d’en-haut, en ignorant la nonviolence comme action citoyenne efficace. De plus, il semble que dans la France de 2016,
murs-humains-wn-1
la créativité nonviolente en politique soit plus élaborée et développée dans les régions périphériques qu’à Paris,  où les états-majors des partis d’extrême-gauche ne reproduisent Place de la République,  que de vieilles recettes sans sel. Il suffit de se souvenir des Bonnets Rouges, qui ont pulvérisé en un mois des « portiques fiscaux »,  
nd-bonnets-rouges
programme voté et prêt à fonctionner,  disparu tres vite aux oubliettes de l’Histoire. Même combat chez la Fondation AFC-Umani qui réussit l’exploit de faire entrer la totalité des collègiens et lycéens de Corse ainsi que des administrations, des entreprises, des structures de formation insulaires, dans des opérations de communication et sensibilisation à la non-violence. Son président Jean-François Bernardini est invité partout en Europe ainsi que dans les Universités françaises ( St-Denis), dans les Rectorats et même au Club de Football AS St-Etienne. Résultat à Bastia la toute première manifestation nonviolente et chorégraphiée des supporters du SCBastia. La désobeïssance civile nonviolente partout dans le monde au cours du XXème siècle accumule les succès.
surf-contre-rejets
bizi-nucl
Surprenante, parfois spectaculaire, elles obtient quasiment toujours la couverture médiatique qu’elle mérite.
chaine-humain-e-antinucl
Via des opérations conçues, préparées, ciblées avec un but pédagogique et dans un univers où l’information en temps réel est stratégique. On peut citer les « murs humains »

scb-manif-nv
les « obstructions et les enchaînements » des militants basques de Bizi, les « sit-in » et « die-in » des luttes antiracistes ou antinucléaires de Greenpeace, les « fauchages volontaires » contre les Ogm etc…. Ou encore la « grêve de la faim » à l’Assemblée Nationale  du député Jean Lassale,  les « heures de silence », les opérations de pardons », les « boycott », « médiation avec la police ou les provocateurs ».  Après une telle énumération et après un mois… on ne sait toujours rien des objectifs de Nuit Debout. C’est bien dommage. 
François Vaillant est philosophe, militant de l’antipub et directeur de la revue Alternatives Non-Violentes. Sa vision de Nuit Debout ? « Il faut comprendre dit-il cette mouvance à la lumière des Indignés de Paris Ces rassemblements sont spontanés mais avec des militants permanents, le goût du débat et non de l'affrontement, avec une organisation horizontale. Des militants du Front de Gauche et du NPA sont présents, mais aucun n'y prêche la violence. Les débordements viennent d'autres loustics, et là , je pense que la police n’est pas au point, comme si elle attisait les débordements. L’essentiel est ailleurs. Ces rassemblements signifient, à Paris, en Province, un formidable besoin de s'exprimer, de se rencontrer, d'être ensemble. Ce que la Toile ne permet pas dans la réalité. Les tuyaux sont bouchés par le parisianisme ambiant. ». 
nd-soins-sous
Les nuitdeboutistes croient-ils que planter des tentes, poser des matelas et des pancartes ou faire de la cuisine ambulante, suffit à expliquer leurs convictions ? Pourquoi la désobéïssance civile organisée est-elle absente des Nuit Debout ? Première leçon : « La non-violence, ça s'apprend ! déclare François Vaillant. Les Nuit Debout sont comme une antichambre de cette dynamique qui apprend à débattre, à respecter ses adversaires, à faire des actions comme la grève de la faim, le boycott. Place de la République, les décisions prises en AG n'ont qu'une valeur symbolique, éthérée, tout le monde en a conscience. Mais cela forge à l'esprit critique d'une manière positive.
nd-feminisme
La multitude de commissions fait sourire, comme par exemple la Commission sérénité. Elle signifie aussi que tout rassemblement à besoin d'une organisation. En non-violence l'organisation est première pour apprendre à durer contre le leurre de l'immédiateté de l’internet ».  
Julien Bayou, conseiller régional d’Ile-de-France et porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts declare dans le Nouvel Obs « c’est éminemment politique mais sans les partis. C’est archi collectif, éclectique et spontané ». Faire émerger des revendications claires de ce pique-nique sympathique mais dont le propos se veut politique ? Place de la République à Paris ( et nulle part ailleurs) on assiste donc à la reconduction d’un même schéma français, hors sol et jacobin.

LV

—————

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.