Réactions à l'assassinat du professeur d'Histoire Samuel Paty

Profusion de réactions politiques, associatives, syndicales, rassemblements à Bastia, Corte, Porto Vecchio, Ajaccio: la Corse s’est mobilisée pour dénoncer l’assassinat de Samuel Paty.

 

img-1912
Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie de 47 ans, tres apprécié par ses élèves, ses collègues, sa hiérarchie, a été décapité, avec préméditation et revendication, au nom « d’Allah Akbar », à proximité de son collège le vendredi 16 octobre, après des appels à la haine sur les réseaux sociaux, que l’on peut assimiler, selon certains experts, à une fatwa. Samuel Paty, tué dans la rue, par un réfugié tchtchene de 18 ans, né à Moscou, ayant obtenu le droit d’asile récemment, et n’ayant aucun lien avec l’établissement scolaire concerné. Ce meurtre intervient après les cours de S. Paty sur la liberté d’expression incluant l’étude des caricatures de Charlie Hebdo.
img-1921
Un procès se déroulant actuellement pour juger les auteurs et complices du massacre de l’équipe de la rédaction de Charlie Hebdo à Paris en 2015.
img-1924

Avec une immense tristesse, les enseignants insulaires ont manifesté leur émotion et leur solidarité à Bastia, Corte, Porto Vecchio, Ajaccio, avec la famille du professeur et leurs collègues du continent. Le délégué du SNES au micro de  FR3 Corse estime que « l’administration aurait du s’associer à la plainte en diffamation du professeur » , déjà objet de menaces et de contre vérités manifestes. Christian Mendivé, Inspecteur d’Académie de Haute-Corse, présent à la manifestation de Bastia, estime que l’on peut espérer. Mais peut-on imaginer de nouvelles initiatives en classe pour promouvoir la liberté d’expression? C. Mendivé: « difficile de vous répondre aujourd’hui  concrètement, c’est une journée de deuil, mon esprit et mon coeur sont  entièrement mobilisés à la mémoire de cet enseignant disparu tragiquement. Il existe des ressources des outils de formation, pour travailler auprès de ses élèves, à lever les voiles, justement, de l’obscurantisme et ramener la raison au sein de débats argumentés dans le respect de l’autre. Cet évènement tragique va nous obliger demain à mieux faire rempart, à re mobiliser, à réfléchir collectivement de manière interdisciplinaire »

Après des années d’inertie et d’aveuglement de la part de la haute administration centrale, cet assassinat va probablement créer un électrochoc et encourager l’Education nationale, à plus de réactivité et de vigilance, alors que depuis quelques années la consigne semblait être « pas de vague ! ». C. Mendivé : «dès le soupçon, le signe, que les valeurs de la République sont atteintes, il faut des réactions collectives enseignants-éducateurs. A chaque situation, à chaque cas, sa solution, difficile de généraliser. J’ai une expérience en éducation prioritaire, je sais qu’on peut parvenir à éveiller correctement les consciences de nos élèves en faisant collectif et bloc. Un bloc semé de dialogues constructifs, pour mettre les jeunes en situation de déconstruire leurs préjugés, comprendre d’où viennent les stéréotypes, comprendre le fait religieux et toutes ses ramifications. Pour amener les jeunes à réfléchir à une émancipation respectueuse au sein d’une société plurielle où toutes les cultures ont le droit de s’exprimer mais en sachant vite identifier les signes, de l’obscurantisme.»

Le Président du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni, déclare: « assassin barbare, compassion pour la victime et sa famille, solidarité avec les enseignants, il y a nécessité de vaincre l’islamisme radical ».

Jean-Guy Talamoni : "Solidarité sans faille avec le monde enseignant"

Jean-Christophe Angelini "toutes nos énergies doivent tendre vers la défaite du fondamentalisme islamiste"

Julien Morganti : "Aucune idéologie ne justifie cet acte !"

Paul-Félix Benedetti : "Aucune idéologie politique, aucune croyance religieuse ne peut justifier la barbarie et le fanatisme."

Ghjiseppu Maestracci, Ava Basta Pessimu è più chè pessimu..

«  Il était seul dans sa classe avec des chérubins attentifs et surpris. Il leur faisait comprendre que notre terre est ronde.Avec un bâton de craie il éclairait la vie. Il fouillait le passé.. Chasseur d’obscurantisme il traçait  l’avenir en éclairant la voie et la lumière était dans leurs yeux, pétillante. Un corbeau noir est passé.Le ciel s’est assombri...Aujourd’hui...tous les tableaux sont noirs et l’intelligence pleure. Demain il fera jour... et nous irons toutes et tous in Bonifaziu sculpter sur les  falaises blanches de beaux bâtons de craie .    Ùn passaranu.

La CGT Educ’Action de Corse ainsi que les deux Unions départementales CGT tiennent à exprimer « c’est notre profession qui est endeuillée mais qui restera combative parce que l’École doit rester le lieu du vivre ensemble, de l’émancipation et doit former des citoyennes, des citoyens libres et éclairé·es. La liberté d’expression comme la laïcité ne doivent et ne peuvent être sous le joug d’une quelconque dictature religieuse. Sur le terrain, les enseignant.es, dans leur quotidien doivent redoubler d’ingéniosité pour enseigner l’éducation civique, la science et conserver leur liberté́ pédagogique. Un·e enseignant·e doit pouvoir, dans son enseignement, aborder tous les sujets du programme sans avoir peur pour sa vie ou celle de ses proches. »

A Manca : «  La barbarie moyenâgeuse des islamo-fascistes n’a rien à envier à celle de leurs cousins nazis ou impérialistes. Par le sang qu’ils s’autorisent à verser en diverses occasions, ils s’auto désignent comme des ennemis de l’humanité. »

La FSU: « Cet enseignant a été tué pour avoir voulu enseigner, à ses élèves, les valeurs humanistes de notre République et cela dans le plus strict respect de laïcité. »

Le SNPDEN CORSE condamne « avec fermeté cet acte odieux et inqualifiable qui a coûté la vie à un enseignant dans l'exercice de ses fonctions. Nos pensées les plus attristées vont à sa famille, à ses proches et à toute la communauté éducative du collège du Bois d'Aulne. Le combat pour la liberté d'expression doit continuer et l'Ecole doit rester un rempart contre l'obscurantisme. »

 

LV

 

________

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.