Liliane VITTORI
CORSE JOURNALISTE CORSE
Abonné·e de Mediapart

392 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 août 2014

Liliane VITTORI
CORSE JOURNALISTE CORSE
Abonné·e de Mediapart

Corse: la Xylella fastidiosa, bactérie dangereuse, menace les végétaux

Faisant l’objet d’une alerte en Europe dès 2013, la Xylella fastidiosa, bactérie végétale, se multiplie en Italie. Les producteurs insulaires sont inquiets du silence des services de l’Etat. Faudrait-il que le Préfet de Région envisage le confinement, des contrôles phytosanitaires, des interdictions d’importation, pour éviter que la Xylella fastidiosa ne détruise ici les vignes, les oliviers, les arbres fruitiers, la forêt, les cultures maraichères?

Liliane VITTORI
CORSE JOURNALISTE CORSE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faisant l’objet d’une alerte en Europe dès 2013, la Xylella fastidiosa, bactérie végétale, se multiplie en Italie. Les producteurs insulaires sont inquiets du silence des services de l’Etat. Faudrait-il que le Préfet de Région envisage le confinement, des contrôles phytosanitaires, des interdictions d’importation, pour éviter que la Xylella fastidiosa ne détruise ici les vignes, les oliviers, les arbres fruitiers, la forêt, les cultures maraichères?
Face à l’inertie des pouvoirs publics, les professionnels de Corse ( toutes filières dont l’oléiculture, la maraîchage, la castanéiculture, la forêt) se sont groupés en collectif le 18 août à Riventosa (Haute-Corse).  Il y a urgence. Comment empêcher l’entrée en Corse de cette bactérie dangereuse transmise par les insectes vecteurs « cicadelles » et « cercopes » ? Sans mesure de confinement et de surveillance, la Xylella pourrait entraîner des dégâts majeurs dans les cultures insulaires car elle s'attaque à la vigne, à l’olivier, au chêne, à l’orme, aux agrumes, amandiers, pruniers, abricotiers, caféiers et gingko. Elle pourrait être véhiculée par des plants contaminés que la Corse importe d’Italie et d’Espagne notamment les espèces ornementales. Les professionnels de Corse rappellent le manque de réactivité ou de moyens de l’Etat sur les précédentes affaires de la maladie du châtaignier le cynips et la recrudescence de la fièvre catarrhalle : « faute de mesures efficaces et prises à temps par ses services, malgré les alertes répétées des professionnels, le cynips du châtaignier s’est installé en Corse, entraînant un désastre pour la filière. Idem pour la reprise de la fièvre catarrhale en 2013 aurait pu aussi être évitée. » Nouvelle menace. Les producteurs interpellent le Préfet de région. Ils souhaitent « des mesures spécifiques de surveillance, un contrôle sanitaire systématique à l’arrivée des plants dans les ports et aéroports de l’île ». Et pourquoi pas « une suspension d’entrée des plants en Corse tant que la bactérie n’est pas éradiquée dans le sud de l’Italie ». Le collectif de Riventosa demande une réunion en urgence du CROPSAV (Conseil Régional d’Orientation de la Politique Sanitaire Animale Végétale)  et une cellule de veille. Un point d’étape est prévu le mardi 2 septembre  à Corte : « la Corse n’acceptera pas d’être à nouveau atteinte par une maladie importée alors que le fait d’être une île devrait la protéger. La situation commande une prise de conscience collective pour éviter un nouveau désastre environnemental et agricole. Et l’Etat doit d’urgence assumer ses responsabilités. ». En effet, le 26 novembre 2013, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait  délivré un avis urgent sur la bactérie végétale Xylella fastidiosa. Repertoriée comme organisme nuisible, sa diffusion, son importation sont interdites. L’Europe préconise « une surveillance particulière à exercer sur le commerce de plants destinés à la plantation et sur la présence d’insectes infectieux dans les expéditions de plantes constituerait le moyen le plus efficace de limiter la dissémination de la bactérie Xylella fastidiosa récemment détectée dans le sud de l'Italie ». Le foyer actuel de la maladie ?  8000 hectares d'oliviers dans la région des Pouilles en Italie du Sud. Le seul moyen naturel de propagation de X. fastidiosa sont les insectes piqueurs qui ne peuvent voler que sur de courtes distances allant jusqu’à 100 mètres. La principale source de X. fastidiosa dans l'UE réside dans le commerce et la circulation  de plants infectés.

LV

_______________

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André