Liliane VITTORI
CORSE JOURNALISTE CORSE
Abonné·e de Mediapart

345 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 févr. 2020

Bastia: le Mantinum qui reconnecte l'âme de la ville avec la Méditerranée

Mantinum et Aldilonda. A la Citadelle de Bastia une architecture intemporelle, baignée de lumière et de musique qui reconnecte la ville avec son histoire et la Méditerranée .

Liliane VITTORI
CORSE JOURNALISTE CORSE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bastia inauguration du Mantinum. Un moment hors du temps, dans un décor exceptionnel baigné de lumière et de musique, surplomblant la mer : c’est ce qu’ont vécu les Bastiais ce dimanche 23 février. Ceux qui ce sont abstenus, car cantonnés à leurs propos politiciens sans envergure, ont tout raté. Car le projet vise à reconfigurer la ville et c'est, déjà, un succès populaire. Comment aimer vraiment Bastia et dénigrer un tel évènement tourné vers la Méditerranée? De mémoire de Bastiais-e, on avait eu des discours historiques et des concerts géants Place St Nicolas, des fêtes populaires à Lupinu, les sublimes expositions du Musée du Palais des Gouverneurs ou encore la Notta di a Memoria….mais rien de comparable à cette envolée architecturale qui transforme l’ensemble urbain, qui valorise le quartier de la Citadelle,

incluant un nouveau théâtre de verdure donnant sur le Vieux-Port, les Jardins Romieu relookés, les nouveaux ascenseurs menant de la place du Donjon à la future promenade Aldilonda qui sera terminée en mai. Il s’agit d'une passerelle surplombant la mer en contournant la barrière rocheuse de la Citadelle gênoise.

Le chantier, unique, est du à la coopération entre deux jeunes talents bastiais, l'architecte Jean-Philippe Spinelli et Isabelle Buzzo, et le cabinet Dietmar Feichtinger (auteur de la passerelle du Mont Saint-Michel). 

La mandature de Pierre Savelli avait promis une ouverture sur la culture festive en langue corse, renouant avec le passé maritime et historique de Bastia. Ce n'est plus une promesse c'est un succès , un site transgénérationnel, réalisé avec audace et talent. Dimanche on a vécu avec émotion l’arrivée des pêcheurs accueillis en musique et en costumes par I Machjaghjoli puis l’Archetti bastiacce, puis un récital lyrique de Julie Knecht .

Après l’inauguration officielle, s’est déroulé un concert di gratisi animé par la famille Pastachou et mêlant airs d’opéra et chants corses avec l’Arcusgi, Titto Limongi, Soledonna, Carlinu Orsucci, Eppo etc…Gérard Romiti président du comité national des pêches maritimes: « il y a beaucoup d’émotion parce que le poumon de la ville pour moi c’est le Vieux-Port,

c’est toute mon enfance c’est un site mythique, c’est une carte postale de Bastia mise en valeur, Terrano et Terra vecchia. L’ensemble crée est bien placé, bien pensé et réalisé par de jeunes Corses, une entreprise formidable, et même le béton passe très bien. »  Comme l’explique la municipalité c’est « une architecture au service de la mobilité, du décloisonnement, du retour de la beauté dans une ville méditerranéenne ». Le projet ambitieux dans ses objectifs mais économe et astucieux dans la réalisation visait à « reconfigurer la ville, à relier la partie haute de la ville génoise à la partie basse, résidentielle et commerciale ». La façade de l'ouvrage a été réalisée « avec des agrégats de béton provenant du déroctage de l'Aldilonda ». Gilles Simeoni Président de l’Exécutif de Corse : « aujoud'hui il y a forcément beaucoup d’émotion, ce sont des rêves qui prennent forme , un projet devenu désormais un lieu qui produit du sens, individuellement et

collectivement. Un lieu qui nous replonge dans notre histoire multiséculaire , vers le présent et la modernité, un lieu où l’on se projette vers l’extérieur et vers le futur ».

LV

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI