FIPADOC de Biarritz : documentaires sur un tempo humain et humanitaire.

FIPADOC 2019. Les documentaires : un temps pour soi, un temps pour nous tous, un temps pour la planète que l’on soit côté public ou côté auteur?

images-2
FIPADOC 2019 Biarritz : splendide et hallucinant cortèges de réalités souvent insoutenables. Alors pourquoi s’offrir un temps pour soi-même, un temps pour nous tous, que l’on soit côté public ou côté documentariste ? Comment choisir tel moment privilégié pour visionner, sélectionner tel sujet à filmer, tel personnage à rencontrer ? Dans un flux mondial d’infos incluant les fakenews: comment permettre à l’instant documentaire d’exister, qu’il nous parvienne via un écran de télévision, via You Tube, FaceBook ou
download-2-1
Twitter, ou dans un cinéma ou une salle de classe? La même quadrature s’impose pour tous les documentaires, qu’ils soient unitaires, multiformats, multidiffusions,
download-3
de la web-séries aux short cuts pour grand écran et aux histoires vraies pour smartphones.

" Le documentaire épouse le temps humain."

L’approche d’Anne Georget réalisatrice et présidente du Fipadoc:  « à un moment dit-elle les gens ont besoin de se poser. Tout va très vite, on communique dans l’instantanéité. Et tout simplement le corps et le cerveau ne suivent plus !

images-1
Naturellement on a envie d’aller marcher devant la mer, de faire une promenade. Alors, pour certains, se poser devant un documentaire, c’est faire un voyage, être embarqué dans une histoire qui elle, prend le temps de la vie normale et pas celui des news et des tweets. Quand on parle avec quelqu’un, c’est enrobé des choses qui font la pâte humaine, il y a le contact, les yeux, la complicité, le  silence. Le documentaire épouse le temps humain. C’est politique au sens le plus noble du terme, comment on vit ensemble dans la cité en sachant ce qui se passe au loin ». Au Fipadoc de Biarritz, on a exploré toutes les vies possible des documentaires qui sont, à de rares exception, des sauvetages dramatiques et in extremis en faveur des êtres humains et de la planète Terre. Au menu les exploits des alpinistes peruviennes « Cholitas », en jupes et chapeaux ronds au sommet de l’aiguille de l’Aconcagua !
download
Ou bien la saga de la fusée Ariane « projet XXL » ou encore l’Odyssée du Loup « ambassadeur du monde sauvage ».
conference-fipadoc
Mais aussi les abattoirs, le surpoids, la désinformation de Coca-Cola, la surexploitation des ressources, les montagnes de déchets, les migrants en Méditerranée sur l’Aquarius. Lors des Journées Professionnelles comme lors des question-réponse : on a parlé du médium de diffusion, du message émotionnel, de la « vidéo verticale » (Challenge Ina), des plate-formes VOD ( Tenk, nokTheDoc), des financements, des pitchs d’oeuvres en développement, des nouvelles écritures, de la « thématique impact »des films militants, du crowfunding, des partenariats européens.
od-loup
Au Fipadoc, on a décrypté et parfois prolongé l’existence et donné leur chance à des dizaines d’oeuvres. Le documentaire est un genre cinématographique qu’on espère, et pour toujours,  préservé des tabous, des lobbies, de la complaisance, des marchands d’armes, des crimes des multinationales, de la communication institutionnelle, de la censure, de la marchandisation du monde. La cérémonie de clôture exemplaire, extraordinaire et simplissime, s’est déroulée dans le droit fil de la ligne éditoriale d’un festival international ambitieux. Avec un piano sur scène et un compositeur virtuose Reinhardt Wagner nominé aux Oscars de Los Angeles: la soirée a été conçue comme une série de stand - up valorisant l’engagement et le courage des documentaristes et de leurs « personnages ». Ainsi Ben Niles réalisateur américain primé à Biarritz pour
download-1
« The 5 Browns digging through the darkness » a raconté posément au micro et dans un silence compassionnel, l’histoire de sa rencontre humaine et professionnelle, avec une famille de musiciens, traversée par l’inceste et à l’origine aujourd’hui, d’un combat pour de nouvelles législations votées aux Etats-Unis. Un autre auteur Denis Parrot (Prix CNC), raconte lui aussi seul en scène, son émotion,
coming-out
son implication personnelle, sa propre histoire, son enquête sur les nombreux coming-out d’adolescents diffusés en direct par eux-mêmes. Le prix du documentaire international (et de la diplomatie) est allé à Vitaly Manski pour « Putin’s witnesses » (coprod. Lettonie, Rép. Tchèque, Suisse) documentaire consacré aux relations Gorbatchev, Eltsine, Poutine. En  hommage à Michel Legrand (lui-même trois fois oscarisé), la soirée soulignée par des notes de sa musique, se poursuit avec des films et des extraits toujours plus décapant. Ils donnent une image démultipliée des souffrances qui frappent sans répit, les êtres humains comme la planète. « Le médium est le message » Ainsi dans les sables du Sud-Soudan, pays et peuple affreusement bombardés (comme la Syrie) par un dictateur: un jeune réalisateur fabrique des marionnettes et des spectacles itinérants qui dévoilent les manoeuvres locales de la Cia et
sudan-dictateur
sudan
qui ridiculisent
sudan
la tyrannie. Il s'agit de "Rebel puppeters of Sudan" de Roopa Gogineni. Quel avenir pour le documentaire ? Le producteur Stephane Millières prix du public de Biarritz Fipadoc 2019 pour « Béjart l’âme de la danse » préconise la souplesse. « Pas question d’opposer dit-il les différents types de narration et les supports sur lesquels on raconte les histoires. Idem pour internet avec les youtubeurs et les documentaires.
bejart
Toutes les formes de récits sont adaptables. Les réalisateurs, les auteurs, les producteurs ont la responsabilité de parler
cholitas
au plus grand nombre, de parler de société, d’histoire, de science, et ce du téléphone portable à l’écran de cinéma. Certains résistent,  ils disent mon film, mon oeuvre a sa propre durée. Ils n’ont pas réfléchi dès le départ à un autre format, par exemple réaliser  un feuilleton de 10 fois 6 minutes. Pourquoi pas ?» 
La thèse du philosophe Marshall Mac Luhan « le médium est le message » toujours d’actualité? Oui et non. Si un média révèle un état social et technologique il n’informe pas en profondeur sur le contenu d’une oeuvre documentaire et ses impacts.

 

LV

_________

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.