Bastia honore Paoli et l’Hermione, la légendaire Frégate de la Liberté de La Fayette.

L’Hermione amarrée dans le port de Bastia c’est le souvenir de la fraternité politique puissante qui reliait Pascal Paoli aux "Insurgents" américains, secourus par le général La Fayette en 1780.

ouv
A Bastia le 27 avril 2018, l’équipage de l'Hermione, a été accueilli par Pierre Savelli maire de Bastia, par la Conseillère Exécutive Nanette Maupertuis, par François Tatti Président de la CAB et par Segolène Royal qui avait lancé le projet de reconstruction à l’identique à Rochefort,
hermione-bandera
quant elle présidait le Poitou-Charentes. Pendant trois jours dans Bastia, Ville d'Art et d'Histoire, se sont succédées les longues files d’attente du public (5000 visiteurs sur le navire), les conférences historique (« Paoli et La Fayette » de A.-M. Graziani), et les réceptions à bord en présence de Gilles Simeoni président de la Collectivité de Corse. Le tout ravivant la flamme du souvenir d’une Corse indépendante et démocratique, dotée par son éphémère chef d’Etat Paoli, d’une constitution exemplaire (1755), visionnaire et avant-gardiste, tout simplement la toute première du monde moderne, instituant la séparation des pouvoirs et le droit de vote aux femmes. Mme Maupertuis présidente de l’Agence de Tourisme de la Corse :
re-nmaupertuis
« en jetant l’ancre ici chez nous aujourd’hui, l’embarcation ravive les figures tutélaires. La Fayette, bien sûr, le héros de l’indépendance. La Fayette, qui prit parti pour les Irlandais contre les Anglais, qui encouragea les libéraux Italiens, les constitutionnalistes espagnols, qui combattit l’esclavage, milita pour la suppression de la peine de mort. La Fayette, l’admirateur de Pasquale Paoli qui acclama « U Babbu », lors de son arrivée à Paris en 1790. Les lumières, la constitution, la démocratie, la liberté. C’est un peu tout cela que renferme l’Hermione. »

re-s-royal
Aussi à bord de l’Hermione: la présentation du Pôle mécénat de la Direction du Patrimoine de la Collectivité de Corse, qui ouvre des opérations de financement privé en faveur de la rénovation du site de Ponte Novu ( projet Strada Paolina), du  Château de la Punta, de la Fontaine des Jésuites et de l'Oratoire Sainte-Croix (Bastia) et de l’extension du pôle recherche du Musée d’archéologie d’Aléria. 

gravure-ponte-novu
lapunta-1
aleria

Ponte Novu (8 et 9 mai 1769) marque la fin du régime paoliste ( 1755-1769) et le retour de la Corse sous tutelle étrangère. Il symbolise la défaite de l'armée corse face aux troupes de Louis XV. Via une rénovation paysagère, un réaménagement du pont ( partiellement détruit en 1943) et un site patrimonial sur les rives du fleuve U Golu : la Collectivité de Corse insiste sur la visibilité historique du parcours automobile et piétonnier. Un devoir de mémoire et de transmission souligne Le Directeur du Patrimoine : "valoriser ce site historique de Ponte Novu et signifie renouer avec une page de l'histoire de la Corse et raconter l'histoire de la guerre d'indépendance, menée par Pascal Paoli humaniste des Lumières". 
gsimeoni
Autre projet insulaire, celui-ci tout aussi audacieux que l’Hermione : la reconstruction à l’identique de la Goeletta un navire de type « chebec maltais », qui faisait partie de la marine corsaire de Paoli. Lequel fonda la ville d’Ile-Rousse et encouragea les chantiers navals de Centuri.  L’association bastiaise « A Madunetta » présidée par Bernard Cesari a lancé le projet d’un « bateau ancien et vivant » et s’est assuré la coopération enthousiaste de Laurent Marron chef de travaux et architecte de la réplique de l'Hermione.
Pierre Savelli : « les liens entre l’Hermione et la Galeotta sont aujourd’hui nombreux : les liens d’amitié de Pascal Paoli et La Fayette, ceux qui unissent aujourd’hui les
hermione-bastia-1
associations qui portent l’Hermione et la Galeotta et surtout, les valeurs de liberté et d’humanisme portées par l’Hermione et partagées par la Corse.
La venue de l’Hermione est l’occasion pour Bastia de réaffirmer son attachement à son histoire maritime, sa volonté de s’ancrer dans une économie maritime. 
affiche
hermione-tour
A travers les nombreux chantiers dont Spassimare, Aldilonda, le théâtre de verdure à la Citadelle, l’aménagement de la plage de l’Arinella: la Ville a choisi de ne plus tourner le dos à la mer, pour le plus grand plaisir des bastiais. Ce sont des équipements adaptés à la situation géographique de notre cité, porte du Parc Naturel Marin du Cap corse et des Agriates. » 
Les étapes du tour 2018 de l’Hermione ? Rochefort, Tanger, Barcelone, Sète, Toulon, La Ciotat, Marseille, Port Vendres, Nice, Bastia, Portimão (Portugal), Pasaia (Espagne), Bordeaux puis Rochefort le 16 juin.

 

 

 

LV

 

____________

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.