Conférences sur l'Histoire, perpétuelle re évaluation des traces, sources et faits.

Nostradamus médecin juif, provençal, astrologue, combattant de la peste et "prophète". Et Napoléon chef d’Etat inspiré par la modernité politique de Pascal Pascal Paoli : voici des conférences organisées depuis la Corse, en faveur de l’Histoire, en tant que vecteur de vérité et contre l’oubli.

le-temps-de-lhistoire
En Corse , des conférences sur l'Histoire, perpétuelle investigation et re évaluation des traces, des sources, des faits.

La Collectivité de Corse et le Président de l’Assemblée Jean-Guy proposent un Napoléon revisité, décrypté comme éclairé par ses racines insulaires tous les mardis à 18h30 via Zoom ( en partenariat avec Le Souvenir Napoléonien).  

220px-1182-french-expulsion-of-jews
Et l’association culturelle Terra Eretz Corsica Israël nous invite à participer a deux conférences littéraires et historiques via GoToMeeting.

nostradamus
Jeudi 6  mai 2021 : le vécu et la destinée de Michel de Nostre Dame auteur des « Prophéties », est analysé par l’historien professeur émérite Michel Vergé-Franceschi qui révèle le quotidien des Juifs du Pape et des convertis, dans le Comtat Vennaissin (Vaucluse) quelques décennies après l’Inquisition et au  seuil de la Renaissance.

NOSTRADAMUS médecin juif, astrologue et prophète par Michel Vergé-Franceschi, professeur émérite, Docteur en Histoire, auteur de 70 ouvrages, multi primé (Px Fondation Napoléon, Px Académie française, Px du Livre Corse). 
Qui était Michel de Nostre Dame (1503-1566), ce médecin provençal, issu d’une lignée d’astrologues Juifs de Majorque, certains convertis au catholicisme et « souvent persécutés, spoliés, expulsés » ? Comment a vécu ce ce combattant de la peste, ce botaniste, cet auteur des « Prophéties » mondialement connues, ami de Rabelais et que M. Vergé-Franceschi replace dans son milieu « celui des Juifs convertis d’Avignon, Arles, Carpentras, Salon-de-Provence »?

n-et-les-israelites

Et le 20 mai 21 : Guy Sabbagh va approfondir, l’historique des relations entre « Napoléon et les Israélites » depuis la visite de Bonaparte en Terre Sainte jusqu’à la convocation d’un « Grand Sanhedrin" et l’installation d’un Consistoire. Comment l’Empereur a-t-il initié l’émancipation de la communauté juive de France dans l’élan d’une laïcité émergeante? Après 1700 années d’interruption, Napoléon, génie visionnaire, législatif et politique, convoque un « Grand Sanhedrin » à Paris en 1807, préalable à la création d’un « Consistoire central Israélite de France » (1808), afin de structurer et stabiliser les liens entre les communautés juives de France et l’Etat? C'est le premier pas d'une libération historique qui va inspirer toute l'Europe. Après les cultes catholiques et protestants, organisés dans le Concordat de 1801, c’est au tour des Juifs de France d'être intégrés par l’Etat, dans une France laïque, et ce grâce à la détermination sans faille de Napoléon. Avec son pur génie législatif à nul autre pareil, il crée en 1808, ce Consistoire central, une mise en pratique de ce que les philosophes des Lumières et la Révolution de 1789 avait imaginé mais sans aboutir à une réalisation concrète dans les institutions. Que disent les historiens sur les motivations de Napoléon, sur  la situation des communautés juives sous l’Empire, sur la politique d’assimilation, sur « l’anti-judaïsme » de l’époque ? Selon la Fondation Napoléon : « il y avait dans l’Empire environ 170 000 juifs, dont un tiers dans les limites de l’ancienne France. Ils étaient pour la plupart regroupés en communautés compactes, sinon homogènes, dans des quartiers appelés ghettos. Les communautés françaises se trouvaient en Gironde, dans les Landes, en Moselle, dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin".

Le mot « histoire » vient du grec « historia »,  qui signifie « enquête ».

bonaparte-st-jean-d-acre
L’Histoire, investigation perpétuelle du passé, est une science paradoxalement inexacte par excellence, mais elle reste vitale pour la bonne santé de la démocratie.
strasbourg-cathe-drale-notre-dame-statue-de-la-synagogue
Car l’Histoire ne cesse d’évoluer au fil du temps, incluant des re-évaluations, quasiment des re-interprétation des faits et des sources augmentés de découvertes d’éléments nouveaux. Par exemple, un ouvrage collectif « Les Juifs une tâche aveugle dans le récit national » (Albin Michel-Mahj)(*), s’interroge sur les mécanismes  qui ont poussé les historiographes français à reléguer les expulsions médiévales, les brûlements, les autodafés et les spoliations dans « une tâche aveugle » de l’histoire de France. Même déni historique pour Napoléon. Surprenant ces milliers de livres, occultant depuis Paris, l'imaginaire politique corse de Napoléon. D'où vient son génie législatif ? En  Corse, des universitaires enquêtent, dialoguent, publient sur son influence majeure : Pascal Paoli. Depuis deux siècles, les adorateurs de N., dont Nietszche et Victor Hugo, encensent un « mythe absolu », un « demi dieu » en qui se « mêlait l’humain et le surhumain ». Des superlatifs mais peu d’ouvrages explorent, l’imaginaire politique de ce « prophète des temps modernes » selon le mot d’Abel Gance.
download-2
Fascinés par cet « être démesuré » si phénoménal, certains historiens, philosophes, journalistes parisiens, éblouis par Napoléon, célèbrent le Bicentenaire de sa mort (5 mai 1821), mais malgré leur remarquable érudition, certains n’expliquent rien de rationnel sur la gestation de la pensée politique complexe de Bonaparte, en rupture à la fois avec la monarchie de droit divin et avec l’absolutisme révolutionnaire.  Pour en savoir plus une seule adresse le site de la Collectivité de Corse tous les mardis à 18h30.

LV

 « Les Juifs une tâche aveugle dans le récit national » (Albin Michel-Mahj), coordonné par Paul Salmona et Claire Soussen 

Collectivité de Corse Programme des conférences

Avril et mai 2021 :

Jacques-Olivier BOUDON – Professeur des Universités – « Napoléon Ier, le dernier Romain »

Jean TULARD – Historien – « Les écrits de Bonaparte dans sa jeunesse sur la Corse »

Charles BONAPARTE – « La liberté Bonaparte »

Eugène GHERARDI – Professeur des Universités – « Napoléon dans la littérature corse »

Marie FERRANTI – Romancière, Grand prix du roman de l’Académie française – «Napoléon Bonaparte en Corse, ou l’expérience en négatif de l’épopée »

Jean-Marie ROUART – Membre de l’Académie française

Arnaud BENEDETTI restitution du numéro de la « Revue politique et parlementaire »  consacré à Napoléon.

Septembre et octobre 2021

David CHANTERANNE – Historien – « Napoléon Ier et l’insularité »

Jean-Dominique POLI – Maître de conférences – « Du Sauveur “Sous le costume corse” à l’Ogre corse »

Wanda MASTOR – Professeure des Universités – « Le Ier Empire sous l’angle constitutionnel »

Eric ANCEAU – Historien – « De Napoléon Ier à Napoléon III »

Gaston LEROUX – LENCI – Délégué en Corse du « Souvenir napoléonien » – «Napoléon Ier était-il franc-maçon ? »

Marie-Paule RAFFAELLI-PASQUINI – Auteure - « Napoléon et Jésus »

———

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.