Brexit, un pays dehors, un pied dedans : statut hybride du Royaume-Uni

L’état de sidération d’après-Brexit fait place à une intense activité diplomatique des 27 pays. Henri Malosse qui fut Président du Conseil Economique et Social européen observe la cacophonie et salue aussi un vrai réveil citoyen ici et là… L’Europe va-t-elle s’effondrer comme l’a confié, hors micro et caméras, le Président de la Commission Jean-Claude Juncker ?

cameron-merkel-hollande
Si l’Europe s’effondre alors quid des espoirs des Régions européennes qui se libèrent , grâce à l’Europe, de la tutelle jacobine et ultra financiarisée de Londres, Paris ou Madrid ? Quel est le scénario probable pour les 6 prochains mois ? Henri Malosse: «  d'abord une demande Britannique selon l'article 50 présentée à l'automne par le nouveau PM britannique. Puis des négociations pénibles et vont durer 2 ans minimum! De grandes tensions au Royaume Uni avec la tentation écossaise d'un référendum sur l'indépendance, qui devra être accepté par Londres. Puis un statut hybride pour le R.U.qui ne sera plus membre de l’U.E. mais associé comme les pays de l'Espace économique européen la Norvège, l’Islande. Un pays dehors, un pied dedans. Le R.U. est exclu du fonctionnement de l’U.E. »  
henri-malosse

Marché commun, zone euro, Union Européenne : va-t-on assister à une recrudescence, une démultiplication des dérogations ? « Il n’y qu’un seul cercle dans l’UE et l’Euro concerne 18 pays qui répondent aux critères économiques. La Suède, le Danemark bénéficient de dérogations et le Royaume Uni en a obtenu notamment sur l’Euro et sur l’espace sécurisé de Schengen. L’acceptation de concessions renforcées britanniques le11 mars dernier, sont inutiles et dangereuses elles créent des précédants. »  

Quel contenu pour un nouveau traité ? « Je suggère une réforme fondamentale du fonctionnement de l’UE, trop lourd, trop bureaucratique. J’irais jusqu’à supprimer la Commission Européenne qui ne sert plus à rien ! Elle n’est qu’un secrétariat des gouvernements. Je renforcerai le rôle du Parlement européen. via le principe des votes à la majorité qualifiée sur tous les sujets, en supprimant les votes à l’unanimité. On recentre le rôle de l’UE sur l’essentiel, la politique étrangère, les politiques économiques, la sécurité. »

Les élus français ont été reçus à l’Elysée samedi par le Président François Hollande que pensez-vous de leurs réactions ?  « Je ne partage pas les convictions de Marine Le Pen et de Jean-Luc Melanchon mais sur le Brexit ils ont raison. François Hollande, sans vision, ne tire pas les leçons de cette consultation. Les leaders des partis classiques européens n’ont rien à dire, ils appuient les tactiques à courte vue de Hollande, Merkel et Juncker qui assurent que ce qu’on ne fait plus à 28 he bien on le fera à 27 ! Ils tentent de circonscrire le feu et de continuer comme avant, c’est une folie. Je n’ai pas de sympathie personnelle pour Nicolas Sarkozy , mais  je suis d’accord sur la négociation d’un nouveau traité. »

brexit
Va-t-on vers un éclatement de l’Union Européenne ? « L’Europe se désagrège il pourrait y avoir des reférendums similaires en Pologne, aux Pays-Bas. François Hollande, Angela Merkel, Jean-Claude Juncker considèrent que le problème est circonscrit au Brexit. en réalité les pays européens ont un sentiment de frustration et de doute profond concernant l’avenir de l’Europe. Il y a un  problème de fond entre les citoyens et les institutions européennes et sa bureaucratie sans âme. Les deux dernières alertes, la finance en 2008 et la crise grecque, ont été mal gérées et sur la question des migrants, l’impression générale est l’absence de gestion sérieuse. Il y a divergence croissante entre les pays du nord et ceux du sud. L’Euro est une monnaie calée sur l’économie allemande, d’où des distorsions de concurrence. Le Brexit est le dernier signal d’alarme avant un effondrement de tout le système. J-C Juncker, quand il a été nommé, a dit et redit que son mandat était celui de la dernière chance pour la Commission européenne…C’est le moment de vérité, soit les leaders décident d’un changement fondamental soit ils bricolent ! Mais Hollande, Juncker, Merkel, veulent continuer sur leur lancée, cela semble suicidaire ! »

Le Brexit un feu isolé ou la propagation d’un incendie comme un effet domino avec en parallèle, un réveil citoyen et l’émergeance d’autres forces politiques en Corse, en Ecosse, en Catalogne, en Italie ?  Henri Malosse : «l’essentiel ? Le sentiment de frustration des citoyens européens qui observent les aléas de leurs institutions, et en concluent que leurs politiciens sont de dangereux irresponsables. Mais ici en Corse le 13 décembre dernier, il y a eu un réveil citoyen contre une classe politique gauche ou droite démonétisée et irresponsable laissant traîner les déficits, la crise des déchets ou des transports. On peut oser le parallèle avec le Royaume-Uni, avec en Italie la victoire du mouvement 5 étoiles aux Municipales et la Corse. Une émergence de citoyens vigilants face aux administrations et aux bureaucraties. Les nouvelles équipes au pouvoir parlent et c'est nouveau, de d’éthique politique, de transparence, de comptes à rendre, de non-cumul des mandats pour mettre fin aux carriérismes des politiciens. Partout en Europe, les gens n’acceptent plus les propos démagogiques et les systèmes s’appuyant sur une classe politique fonctionnarisée. »

 Propos reccueillis par L Vittori

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.