Après plus de 10 ans d'activités, comme classe préparatoire et école supérieure d'art, l'École supérieure d'art de Rueil-Malmaison n'accueillera plus d'étudiants à la rentrée scolaire prochaine. Elle ferme définitivement ses portes fin juin (pour des raisons essentiellement budgétaires propres à la municipalité), à l'issue des diplômes 2011 et de la manifestation Mémorable, baroud d'honneur qui regroupe le travail de jeunes artistes issus de ses murs : www.tram-idf.fr/memorable_ecole_rueil.html

 

L'École Supérieure d'Arts de Rueil-Malmaison, seule école territoriale parmi les trois établissements d'enseignement supérieur « beaux-arts » en Île-de-France, existe comme classe préparatoire publique depuis 1988 ; en tant que telle, elle est une des rares écoles publiques en France à préparer l'entrée aux écoles nationales et internationales d'arts, de design et d'arts appliqués. Elle a d'autre part été agréée en 2001 par le Ministère de la Culture pour préparer un diplôme national d'arts plastiques (DNAP, niveau licence) option art en trois ans.

 

Ni la qualité reconnue de son enseignement - en 2006 le rapport d'inspection du Ministère de la Culture mentionnait : « l'école supérieure d'art de Rueil-Malmaison développe un enseignement de haute qualité que les aménagements futurs, inévitables et urgents, ne pourront que conforter, lui donnant pleinement la place qui est et sera la sienne dans le paysage des enseignements artistiques supérieurs sur le plan régional, national et international... ». Ni la faiblesse de l'offre en matière d'enseignement artistique public en Île-de-France - 5 établissements pour une population de 11 millions d'habitants, alors qu'il est observé au plan national une moyenne d'une école pour un million d'habitants - ni les 250 candidatures spontanées d'étudiants pour la rentrée de septembre n'ont infléchi la décision de fermeture de l'école par Monsieur Patrick Ollier, Maire de la ville.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.