liligaby
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 avr. 2020

ET SI C'ETAIT MA MERE ?

Voici reproduit la lettre d'un médecin révolté après la sortie du décret de la honte qui consacre le droit à euthanasier .des patients confrontés à un état asphyxique et ne pouvant être admis en réanimation . Nos aïeux en Ehpad semblent avoir été sournoisement condamnés à mort par une série convergente de circulaires gouvernementales.

liligaby
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ET SI C'ETAIT MA MERE ?

ou la chronique d’une femme médecin généraliste seule face à l’horreur . 

 Mardi 31 mars 2020 au soir, dans ma boîte mail un document1 émanant de la Société Française d’Accompagnement  et  de  soins  Palliatifs (SFAP)  : « Fiche  Conseil Urgence  sanitaire  –  Patients COVID ».

 Il s’agit d’une explication très précise de la procédure à suivre pour abréger les souffrances des patients  infectés  par  le  COVID19  en  situation  de  détresse  respiratoire  « qui n’auront  pas  pu bénéficier d’une hospitalisation en service de réanimation » (personnes âgées, personnes en état de faiblesse, …).

 J’apprends qu’un décret2 du 28 mars 2020 a été publié autorisant, à mots couverts, tout médecin à pratiquer l’euthanasie sans nécessairement s’appuyer sur une décision collégiale comme le prévoit la loi Léonetti, dans le cadre de l’épidémie de COVID-19.

Moi, seule, au domicile du patient, j’en ai désormais le droit.

 Je reste bouche bée. 

Je suis médecin généraliste, mon métier : soigner. 

Depuis 33 ans j’enchaîne les formations pour soigner mieux, jamais en effet je n’ai pensé me former pour abréger la vie.

 Il est précisé :

« Rester calme »

« Après l’épisode, prendre un temps avec la famille et les soignants » : la mort d’un patient, on appelle ça un « épisode » ??

 Je frissonne.

Je lis en page 2 les symptômes de la détresse respiratoire :

« Sensation d’étouffement avec angoisse massive/agitation et sensation de mort imminente. (…) Faciès de peur. »

 Au secours !

 J’imprime les 11 pages de ce mode d’emploi et puis je les déchire, elles me font l’effet d’un pistolet chargé, prêt à l’emploi pour tirer dans la foule, version serial killer. 

 Impossible de dormir, je rallume mon ordinateur à la recherche d’informations, je cherche de l’aide, rien, pas un article. Je suis seule. Cette nuit, il va falloir que je pense seule.

 Alors je pense à ma mère et je pleure, je sanglote. 

 Ma mère âgée, bien en forme qui va changer de dizaine à l’automne…. et je me dis que dans mon armoire à pharmacie j’ai ce qu'il faut si elle est infectée. Je revérifie : 2 boites de Plaquenil et 2 boites d’Azithromycine, c’est plus qu’il n’en faut.  

 Je me rassure.

Mais non… rien n’est rassurant, le décret3 du 26 mars 2020 m’interdit de les utiliser...

 J’imagine son regard apeuré.

Je hurle.

 Tant pis je désobéirai…

 Je hurle de colère pour les autres patients. Qui sont eux-aussi tous des mamans, des papas, des tantes, des oncles, des sœurs, des frères… comment peut-on nous demander de les tuer sans nous avoir donné l’autorisation d’utiliser un traitement qui pourrait les soigner ?

 Je deviens militante

 J’écris à des philosophes, des sociologues, des journalistes, pour qu’ils viennent à la rescousse, pour nous aider à penser ce que l’on vit dans cette réalité de meurtre des personnes en état de faiblesse dans notre pays. La France, pays des « droits de l’Homme ».

 Je dicte à haute voix sur mon logiciel de reconnaissance vocale. Je m’agace. Quand je prononce le mot  « euthanasie »  il comprend « état nazi »,  un  comble,  à  croire  que  mon  logiciel est  devenu penseur.

 J’attends leur réponse sur les ondes, sur les réseaux sociaux. 

J’ai besoin de leur réponse.  

 « Nous sommes en guerre » 

Dans cette guerre les médecins sont soldats. Des soldats qu’on a désarmés pour soigner

Mais armés de Rivotril injectable pour tuer.

 Nos dirigeants n’entendront pas le bruit des râles des patients qui suffoquent, ce décret permet de les taire dans une mort bien propre. 

 Cette fois c’est du sang pur qui abreuve nos sillons.

Alors  moi,  médecin,  femme,  mère,  citoyenne,  je  refuse d’obéir  à un  système  qui m’empêche de soigner et me donne comme seul rôle d’endormir les plus faibles.

 Dr Nathalie CARADOT

1 http://www.sfap.org/document/detresses-respiratoires-asphysiques-et-dyspnee

 2 Décret n° 2020-360 du 28 mars 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire 

 3 Décret n° 2020-337 du 26 mars 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com