ILS ONT EXPULSE LES REFUGIES DE L'AMPHI Z A LA DEMANDE DE LA METROPOLE DE LYON

Amphi Z lieu emblématique réquisitionné en janvier 2018 à la suite de deux mois d'occupation à l'Université Lumière Lyon 2 par les réfugiés et les étudiants en soutien, Après plus de vingt mois d’occupation et près de deux ans de lutte, l’Amphi Z, squat d'exil.e.s, a été ce jour l'objet d'une expulsion par les FDO,

Ils ont expulsé les réfugiés de l'Amphi Z  sur ordre de la Métropole de Lyon

Communiqué du 8 septembre 2019

Après plus de vingt mois d’occupation et près de deux ans de lutte, l’Amphi Z, squat d'exil.e.s, est aujourd’hui menacé d’expulsion, laissant plus d’une centaine de personnes sans solution de relogement. Métropole et Préfecture agissent main dans la main pour jeter à la rue familles, enfants, femmes et hommes seul.e.s alors même que la plupart devrait être légalement pris en charge par l’Etat.

           Depuis un an, la Métropole a assigné les habitant.e.s au tribunal. Le 10 mai 2019 le jugement a été rendu :" l’amphi Z doit être évacué à partir du 1er septembre 2019". Dès le mois de mai,conformément aux procédures préconisées par les services de l’Etat (diagnostic social) seules 30 personnes ont été relogées dans des foyers. Rien n’a été proposé aux autres, dont des familles avec des enfants et des personnes malades.

            Le 29 août, un huissier s’est présenté pour signifier aux habitant.e.s leur obligation de quitter le bâtiment le 2 septembre. Nous avons immédiatement saisi le juge d’exécution des peines (JEX) afin de solliciter un délai supplémentaire en l’attente de solutions d’hébergement comme l’Etat en a l’obligation.

Ce mercredi 04 septembre, un nouveau bâtiment vide, la clinique de l'Union à Vaulx-en-velin, a été ouvert afin d'héberger de trop nombreux migrant.e.s encore à la rue. La réponse de la Préfecture a été sans appel : une expulsion illégale ultra-violente, avec son lot de blessés. Trois personnes ont été interpellées et placées en garde-à-vue. Jeudi 5 septembre, un rassemblement de soutien envers ces derniers devant le commissariat de Vaulx-en-Velin a également été réprimé : trois personnes ont été interpellées et placées elles aussi en garde-à-vue.

La seule réponse de la Préfecture face aux actions de solidarité est la répression.

 Nous exigeons un logement pérenne et décent pour l’ensemble des habitant.e.s de l’Amphi Z sans aucune distinction, comme pour tou.te.s les exilé.e.s. Nous demandons le maintien dans les lieux tant qu’aucune proposition sérieuse n’aura été faite

Libération immédiate des camarades toujours en garde-à-vue et abandon des poursuites !

Un toit et des papiers pour tou.te.s !!

Mercredi 11 septembre 2019

Ce mercredi 11 septembre, après 3 jours d’alerte à l’expulsion, bon nombre de personnes étaient présentes pour un petit dej de soutien à 6h00 du matin au Squat de l’Amphi Z.

Pour la 3e fois aucun huissier n’était présent à 6h00. Le danger apparemment passé, la plupart partent alors vaquer à leurs occupations...

C’était sans compter sur la fourberie des flics qui débarquent à 11h30 au moment où le moins de gens sont encore présents.

Avec « seulement » 15 fourgons, ils ont forcé la porte et ont profité de l’effet de surprise pour évacuer facilement les quelques habitants encore présents...

Ce sont donc désormais près de 150 personnes qui sont à la rue et comme d’habitude la préfecture ne propose aucune solution...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.