liligaby
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 sept. 2019

ILS ONT EXPULSE LES REFUGIES DE L'AMPHI Z A LA DEMANDE DE LA METROPOLE DE LYON

Amphi Z lieu emblématique réquisitionné en janvier 2018 à la suite de deux mois d'occupation à l'Université Lumière Lyon 2 par les réfugiés et les étudiants en soutien, Après plus de vingt mois d’occupation et près de deux ans de lutte, l’Amphi Z, squat d'exil.e.s, a été ce jour l'objet d'une expulsion par les FDO,

liligaby
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils ont expulsé les réfugiés de l'Amphi Z  sur ordre de la Métropole de Lyon

Communiqué du 8 septembre 2019

Après plus de vingt mois d’occupation et près de deux ans de lutte, l’Amphi Z, squat d'exil.e.s, est aujourd’hui menacé d’expulsion, laissant plus d’une centaine de personnes sans solution de relogement. Métropole et Préfecture agissent main dans la main pour jeter à la rue familles, enfants, femmes et hommes seul.e.s alors même que la plupart devrait être légalement pris en charge par l’Etat.

           Depuis un an, la Métropole a assigné les habitant.e.s au tribunal. Le 10 mai 2019 le jugement a été rendu :" l’amphi Z doit être évacué à partir du 1er septembre 2019". Dès le mois de mai,conformément aux procédures préconisées par les services de l’Etat (diagnostic social) seules 30 personnes ont été relogées dans des foyers. Rien n’a été proposé aux autres, dont des familles avec des enfants et des personnes malades.

            Le 29 août, un huissier s’est présenté pour signifier aux habitant.e.s leur obligation de quitter le bâtiment le 2 septembre. Nous avons immédiatement saisi le juge d’exécution des peines (JEX) afin de solliciter un délai supplémentaire en l’attente de solutions d’hébergement comme l’Etat en a l’obligation.

Ce mercredi 04 septembre, un nouveau bâtiment vide, la clinique de l'Union à Vaulx-en-velin, a été ouvert afin d'héberger de trop nombreux migrant.e.s encore à la rue. La réponse de la Préfecture a été sans appel : une expulsion illégale ultra-violente, avec son lot de blessés. Trois personnes ont été interpellées et placées en garde-à-vue. Jeudi 5 septembre, un rassemblement de soutien envers ces derniers devant le commissariat de Vaulx-en-Velin a également été réprimé : trois personnes ont été interpellées et placées elles aussi en garde-à-vue.

La seule réponse de la Préfecture face aux actions de solidarité est la répression.

 Nous exigeons un logement pérenne et décent pour l’ensemble des habitant.e.s de l’Amphi Z sans aucune distinction, comme pour tou.te.s les exilé.e.s. Nous demandons le maintien dans les lieux tant qu’aucune proposition sérieuse n’aura été faite

Libération immédiate des camarades toujours en garde-à-vue et abandon des poursuites !

Un toit et des papiers pour tou.te.s !!

Mercredi 11 septembre 2019

Ce mercredi 11 septembre, après 3 jours d’alerte à l’expulsion, bon nombre de personnes étaient présentes pour un petit dej de soutien à 6h00 du matin au Squat de l’Amphi Z.

Pour la 3e fois aucun huissier n’était présent à 6h00. Le danger apparemment passé, la plupart partent alors vaquer à leurs occupations...

C’était sans compter sur la fourberie des flics qui débarquent à 11h30 au moment où le moins de gens sont encore présents.

Avec « seulement » 15 fourgons, ils ont forcé la porte et ont profité de l’effet de surprise pour évacuer facilement les quelques habitants encore présents...

Ce sont donc désormais près de 150 personnes qui sont à la rue et comme d’habitude la préfecture ne propose aucune solution...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart