LEGION D'HONNEUR, UNE MEDAILLE DE LA HONTE ?

Ainsi donc le préfet Lallement s'est vu promu au rang de commandeur de la Légion d'Honneur, pour ses actions considérées comme suffisamment nobles.

Ainsi donc le préfet Lallement s'est vu promu au rang de commandeur de la Légion d'Honneur, pour ses actions considérées comme suffisamment nobles :

mains arrachées, yeux crevés, féministes molestées, écologistes gazés, réfugiés jetés hors de leurs tentes comme de vulgaires sacs d'ordures, manifestants nassés gazés, frappés sauvagement, journalistes arrêtés, blessés, interdits d'exercer, personnes racisées insultées, menacées, bref...un panel d'actions plus que méritantes !

Mais il est vrai qu'au tableau des très privilégiés personnages dont l'action noble fut saluée par cette distinction, Lallement n'est pas tout seul. Ses co re-légionnaires ont même de quoi le faire pâlir :

Mussolini en 1923 c'est pas mal, Franco en 1928 c'est fort.

Mais encore, la liste est très riche de ces nobles héros :

Aussaresses, qui cependant la perdit en 2001 après avoir clamé sa fierté d'avoir abondamment torturé en Algérie.

Ben Ali le tunisien repéré par Mitterrand et qui pourtant fur chassé par son peuple, ainsi que Manuel Noriega un président dévoué à la cause de la drogue et du blanchiment.

Ali Bongo honoré par Sarkosy . Entre prédateurs d'un certain niveau on s'apprécie.

Poutine reconnu  par Chirac, le prince héritier d'Arabie Saoudite MBS dont on connait les combats pour les droits de femmes et la liberté d'expression des journalistes récompensé par Hollande.

Finalement, Lallement est un insignifiant minus habens....même s'il doit se sentir extrêmement flatté de rejoindre la cohorte de la honte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.