Pourquoi demain 22 mai je ferai la grève

Demain faire la grève est une nécessité absolue, une urgence , un devoir et une obligation

Demain 22 mai 2018 , je ferai la grève et je manifesterai .

Pas parce que neuf syndicats l'ont décidé.

Pas parce qu'ils s'opposent au gel des salaires, et qu'ils revendiquent des hausses de salaire.

Pas parce qu'ils s'opposent à la réforme qui va venir.

Non , même si bien sûr cela va aussi de soi.

Mais je serai en grève parce qu'il est impossible de prendre un rendez-vous à l'hôpital après 12H faute de personnel pour répondre

Parce que toujours pour prendre un rendez-vous à l'hôpital, il n'y a plus d'autre choix que via la plateforme internet.

Parce que pour avoir un rendez-vous à l'hôpital, il faut compter plusieurs mois, quelque soit la spécialité.

Parce que l'attente en service d'urgence est en moyenne de cinq à six heures. même quand on arrive en transport médicalisé par le SAMU.

Parce que le suivi des grossesses en maternité ne se fait plus qu'à partir du 8° mois dans certains grands hôpitaux.

Parce que l'ouverture de certains services publics comme celui des personnes âgées et handicapées est réduit à deux jours par semaine, même dans une grande agglomération très en difficulté.

Parce que la poste de mon village n'est plus ouverte que 2 à 3 jours par semaines et fermée pendant tout l'été.

Parce que pour refaire ma carte grise perdue , je n'ai plus d'autre choix que par internet et qu'il faut donc une carte bancaire pour cela.

Parce que les effectifs dans les classes de lycée est en moyenne de 36 à 38 élèves , même dans les quartiers d'éducation prioritaire.

Parce qu'il n'y a pas assez de personnel pour les élèves, les malades, les chômeurs, les justiciables, tous ceux qui ont un jour ou l'autre besoin d'un service public.

Parce que c'est une affaire de dignité et de responsabilité vis-à-vis des jeunes que de défendre et reconquérir pour eux ce que nous avons déjà perdu: Une Fonction Publique de qualité, juste et surtout efficace  où l'équité doit être garantie et où la probité des agents doit être irréprochable.

Parce que c'est un devoir pour moi de le faire, de me regarder dans la glace en sachant que je suis du bon côté de la lutte.

Par respect de ceux qui avant nous ont lutté pour construire cette Fonction Publique déjà bien rétrécie , qu'ils veulent une fois pour toues éradiquer.

Parce que l'avenir c'est de lutter, s'opposer, refuser et relever la tête.

parce que il n'y a pas d'autre choix.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.