Il faudrait que je creuse...

Les créations de l'art humain, surtout dans le domaine technique, ayant atteint un très haut de gré de perfection ils n'ont jamais pu dépasser la nature.

Séminaire Grothendieck à l'ENS

Je ne peux pas encore le dire précisément, il faudra que je creuse, mais si je rapproche ce schéma de la définition d'un préfaisceau, la problématique naïve que j'expose à savoir le rapport entre un espace observé et l'espace Imaginaire construit pour le décrire, se traduit en bonnes mathématiques par une relation entre un Espace topologique et une Catégorie.

(source Alain Simon : http://www.entropologie.fr/2017/11/seminaire-grothendieck-a-l-ens.html)

Alain Simon les exigences que je me fixe comme borne à la méthode représentation développée ici sont

- N'avoir qu'un support de représentation dont l'observateur soit le commun dénominateur, pour l'ensemble de nos échelles de représentation. Il s(agit en ce sens de construire le macroscope de Joël de Rosnay.

Revenons à nos fondamentaux : un dénominateur commun.

Goethe et la métamorphose des plantes. Quand Goethe dit que l'art est le meilleur exégète de la nature, il veut justement laisser entendre que l'expérience esthétique permet d'entrevoir certaines lois qui pourraient expliquer toute le variété des formes naturelles et vivantes.Jusqu'à nos jours, jamais l'art humain n'a pu reproduire ce que la nature a de spécifique, la spontanéité de la nature :

of course c'est la Vie.

Les créations de l'art humain, surtout dans le domaine technique, ayant atteint un très haut de gré de perfection ils n'ont jamais pu dépasser la nature.

Rien ne peut dépasser la perfection d'un être vivant

"Goethe quelle chose délicieuse et magnifique qu'un  être vivant ! comme il est bien adapté à sa condition, comme il est vrai comme il est.

Ce qui caractérise la nature c'est précisément cette PRÉSENCE EXISTENTIELLE inimitable, absolument inimitable qui s'impose à nous.

Cela fait le secret inexplorable de la nature.

Comme l'avait bien vu Goethe dans sa nature visionnaire, " ce qui apparait, doit se séparer pour apparaître. Les parties séparées se referment à nouveau et peuvent se retrouver pour et réunir". Par le dédoublement et l'opposition des contraires, la nature parvient à faire apparaitre une forme supérieure d'existence qui les réconcilient et les transcendent. La plante archétype, qui, grimpe à l'opposition de la verticale et de la spirale, des principes mâles et femelles fait apparaître sus une forme transcendante  son androgynie originelle. C'est le modèle par excellence de la grande noire de la nature qui régit tout processus ou humain.

Encore Goethe dans son livre (la métamorphose des plantes) Goethe décrit cette montée de la plante vers l'unité transcendante qui, élargissant le symbole, l'applique à l'amour.

Cette présence existentielle qui est le secret de la nature n'a guère qu'effleurer la pensée d'Alain Simon.

Sa phusis s'est arrêtée au milieu de sa course : "OVER THE BRIDGE".

D'autres à sa place l'ont enjambé.

Peter Quince at tehe Clavier

1

Just as my fingers on these keys

Make music, so the selfsame sounds

Om my spirit make a music, too.

 

Music is feeling, then, not sound ;

And thus it is that what I feel,

here in this room, desiring you,

 

Thinking of your blue-shadowed silk,

Il music. It il like the strain

Waked in the elders by Sysanna.

 

Of a green evening, clear and warm,

She bathed in her still garden, while

The red-eyed elders watching, felt

 

The basses or their beings throb

In witching chords, and their thin blood

Pluse pizzicati of Hosanna.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.