Linden Blossom
artiste lyrique- ( you tube 2 vidéos ) écrivaine- ( essayiste- 4 ème culture: philo-sciences)
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 déc. 2017

ENTSTELLUNG

« C’est en jouant sans y penser mais avec une techniqueparfaitement intégrée, que le jeu musical ne se laisse pas guiderpar son activité propre, s’il ne sent pas la musique en lui, il y aura reproduction et non création. Car la musique est le développement de quelque chose qui naît dans l’homme » (Sergiu Celibidache)

Linden Blossom
artiste lyrique- ( you tube 2 vidéos ) écrivaine- ( essayiste- 4 ème culture: philo-sciences)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  • ENTSTELLUNG

    « Et LUX fiat ! »

    Telle fut la vibration première. Et dans les harmoniques de cette

    vibration sonnait aussi une vibration d’autre nature, « LUMEN ».

    Leur croisement n’était autre que celui du Temps et de l’Espace.

    Dans son opéra testament « Parsifal » ( Gurnemanz, acte 1 ) la

    musique de Wagner est l’incarnation d’un monde né du souffle dans les

    mythes de création où le son en tant qu’espace exerce un pouvoir réel

    sur le cosmos. Organiser cette matière sonore jusqu’en ce point où les

    harmoniques étant de plus en plus accordées avec le son fondamental,

    permettent d’ouvrir l’espace et de créer un monde dans une

    juste résonance (le son le plus grave étant en harmonie avec le son

    le plus aigu).

    Shopenhauer n’avait il pas « vu » que :

    « La note fondamentale est dans l’harmonie ce qu’est dans la Nature la

    matière inorganique, la matière brute sur laquelle « Tout » repose, se

    développe » ?

    En d’autres termes :

    « Si nous habitons un Éclair, il est le cœur de l’Éternel ». R. Char

    Chez les peuples premiers l’Éclair est la voix de l’ancêtre divinisé qui

    mime les éléments. « l’orage déchainé, le zig zag de l’éclair, le murmure

    des rivières, les vagues de l’océan, constituent une musique

    d’humanité ». G.Bachelard. C’est par la musique qui est imitation de ces

    voix que le primitif se rend maitre de la Nature et des forces supra

    naturelles qui vivent en lui, et plus précisément dans ses rêves, lui

    donnant un pouvoir d’action sur le monde : ainsi la musique vient du rêve

    chez les primitifs. Cette vision mythique du son s’origine dans les

    1

  • anciens textes védiques. Les Upanishads conçoivent le monde comme

    un corps humain engendré par un rêve divin.

    De même que les sons de la musique originelle de l’Univers sont

    devenus des formes, les rêves sont remplis de représentations

    acoustiques qui précèdent toujours les images chez le primitif. On peut

    concevoir la musique et la voix chez ces peuples comme un substrat de

    ces images rêvées c’est à dire tombées du cosmos.

    Et la Vie, impossible à définir que par elle-même, ressemble à un collier

    dont les perles seraient instants d’Éternité sur le fil d’un temps, lui-même

    en abime avec d’autres ouvertures temporelles, déployées au cœur du

    grand mystère.

    Le son dans son retentissement est reflet du cosmos, ou vibration

    d’énergies dont l’une de nature subtile, ni dans la matière, ni dans l’esprit

    invisible mais présente. C’est le principe de la « musique du ciel » dont

    la plénitude est inhérente au monde sonore qui peut être vécu « sans

    sonorité, au sens sensoriel du mot, telles des ondes sonores et

    silencieuses en même temps » (E. Minkowski).

    Ce retentissement serait l’une des propriétés fondamentales de la Vie,

    car réaliserait le « contact » avec elle.

    Le sens auditif en nous donnant accès à la « Sonorité des

    êtres et des choses » et à l’expression qui relie toujours ce qui exprime

    au sujet :

    « Un souffle de Vie passe, il vient animer une parcelle d’univers,

    et cette parcelle tressaille, palpite, devient VIVANTE. Elle exprime ce qui

    dans ce souffle de vie va vers elle en cherchant à s’exprimer » et nous

    met en connexion avec le cosmos. Provenant d’une source intérieure ce

    mouvement se dirige vers la part vibrante de son être, vers cette harpe

    Éolienne que tout homme possède en lui comme un secret et dont il lui

    faut apprendre à jouer.

    Si l’homme apprend à jouer de cette lyre placée au dedans de lui, il

    prendra conscience des forces qui l’animent. Tous nos sens ne sont que

    des harpes éoliennes qui attendent que les vents fassent frémir et vibrer

    leurs cordes sensibles pour faire entendre leur musique. Ce vent est en

    alchimie semblable à l’homme, en quête de l’équilibre et dont l’activité

    intérieure, s elle sait s’accorder avec le Grand Rythme, peut créer un

    concert de relations capables de réunir différents niveaux de réalités en

    ouvrant en lui un espace immense.

    2

  • Lorsque le sens auditif est en synchronie avec le sens visuel,

    il permet chez les peuples premiers de percevoir « des choses que

    personne n’a vu » ( A.Rimbaud).

     

    Ainsi le satellite de Sirius, « Compagnon », invisible à l’œil nu

    est cependant connu des Dogons, des Bambaras, et des Bozo du Niger

    ainsi que des Hottentots. Or Sirius occupait une place prépondérante

    dans l’astronomie de l’Égypte, car son lever héliaque correspondait à la

    crue du Nil.

    L’harmonie visible des signes du ciel correspond à la « voix de l’oracle ».

    C’est aussi « la voix des substances » dont parlait Jacob Boehme.

    C’est la musique des sphères : « From Beyonder ».

    Abandonnons nous :

    « C’est en jouant sans y penser mais avec une technique

    parfaitement intégrée, que le jeu musical pourra devenir vivant, en tant

    qu’expression unique du corps de l’interprète. S’il ne se laisse pas guider

    par son activité propre, s’il ne sent pas la musique en lui, il y aura

    reproduction et non création. Car la musique est le développement de

    quelque chose qui naît dans l’homme ».( Sergiu Celibidace)

     

     

    « Alors : « Sine Musica, Nulla Vita »,

    Linden Blossom

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Covid : en laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique, soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier