BLOSSOM'S STIMMUNG: "Wiegenlied " Auf Das Leben Singen...

Qu'est ce que la VIE ? approche des différentes conceptions ( scientifiques et philosophiques )

 

  "On a day- alack the day!

Love, whose month is ever May

Spied a Blossom passing fair

Playing in the wanton air..."

                                                    Shakespeare "The Blossom"

 

  Hineni!  me voici!   "À gambades et à sauts" sur les pas de Montaigne. Ou, à l'instar de Céline, style "jazzy ", un coup à droite, un coup à gauche ...

   Côté onde : A perpetual blossoming ! Côté particule: Dragon-fly !

 Du moins c'est ainsi qu'une amie outre atlantique m'appelait : Libellule . Avait- elle pris la mesure de la la charge symbolique de ce nom ?

  Dans le calendrier sacré des Incas  la Libellule apporte la nouvelle compréhension car elle est le symbole du quetzcoal.  Or l'Esprit du quetzcoal doit coïncider avec l'accomplissement du calendrier.

  Quid  de cet "accomplissement "? :  "Les treize cieux comenceront après le coucher du soleil le 21 décembre 2012. Dans le calendrier du compte long, le jour suivant s'écrit : 13, O.O.O.O.

C'est la formule de la "nouvelle compréhension" dans le calendrier sacré.

Alors moi  ?  Quel est le sens de cette oscillation cosmique entre ces deux symboles que sont libellule et bourgeon?

Le bourgeon c'est la promesse de l'aube. C'est le "Hineni !" de la Tora. Ou le "Fiat Lux " ! de l'ancien testament.

Mais avant?  La pensée égyptienne comptait déjà trois mille ans de préceptes moraux. Si nous remontons plus en amont, les Incas, les Tibétains

avaient déjà formulé leur conception de l'origine et de la nature de l'Être et de la vie.

 Combien d'artistes ont éprouvé ce sentiment d'extase cosmique où il épouse le mouvement créateur des formes, avec la "phusis" au sens originel des mots, de s'abandonner au torrent du monde" ( Cézanne) ou avec Tchang Yen-yuan: " en concentrant son esprit, en laissant  sa pensée s'ébattre  vers l'infini, on pénètre avec subtilité le mystère de la Nature. On quitte le corps et on rejette le savoir"... N'est ce pas là avoir atteint le principe mystérieux ? C'est ce qu'on appelle le Tao  de la peinture  ".

 Moi, quand je vois un arbre, JE  SUIS L'ARBRE". c'est mon état naturel.

Question de niveau de conscience. Bien ancrée avec la Terre  et le Ciel. Tel le chaman. À l'instar de Tchouang Tseu:

"  Ma naissance est solidaire de celle de l'univers. Je ne fais QU'UN  avec l'infinité des êtres. "  Ailleurs Van Gogh avait bien vu cet état lorsque parlant des japonais il écrivait :"  Ils vivent dans la nature comme les fleurs"...

 Et là, se pose l'éternelle question ( unanswered  question ) : " Pourquoi  y a t-il quelque chose plutôt que rien ? "

et ses corollaires : d'où venons nous? Qui sommes nous? qu'est ce que l'Être ?  Nous buttons sur quelque chose d'irréductible.

"To Be or Not To Be"?   Ce vertige métaphysique qui nous prend en otage se peut il réduire à des formules telles que :

"  N'est il pas une incidence, un de ces "effets de bord" de la mare numérique dans laquelle nous baignons?" ( E. KLEIN )

ou: "La Vie est un petit courant électrique  alimenté par le soleil". J.De Rosnay ( "Je cherche à comprendre ")

ou: "La Vie est le flux permanent qui met en branle toutes les énergies". ( P.Magistretti " La neuroénergétique".)

Du côté des philosophes on ne compte plus les conceptions ou idéologies.  Spinoza et son "Conatus", Bergson et "L'énergie spirituelle",

Heidegger répond :  "En terme de tendance et de pulsions". Il a proposé que la constitution d'un sujet humain n'est aucunement "Être", car ce serait faire de lui son opposé, la "Chose".

 L'Essence de l'homme est activité, rien qu'activité.  le noyau de l'existence est donc " L'ENTWURF". À ceci près et qui change tout, c'est qu'il y a des contraintes qui inhibent et provoquent une inhibition de la pulsion. C'est le  "ZurÜckgedrängt". ou refoulement. Et sans cette inhibition, nous serions privés de "l'avoir-à-être", d'un " ne- pas- être-encore", qui, existe aussi dans la situation de la non inhibition où il y a "toujours-encore--à-être". Bref, le manque est toujours là ! l'être humain se trouve toujours come poussé  vers quelque chose d'inconnu, sans avoir cnscience de ce qu le pousse. il se trouve à un  carrefour où l'spiration vers cet "apeiron", ce "sans limite " grec dont parle le Timée de Platon et la nostalgie  s'embrassent à bouches folles, en deçà de toute distinction temporelle: autrement dit, nous sommes dans "l'Ailleurs"...

C'est " l'homme infinitif ". La libeté est la structure même de son "Essance" .

Dont acte.

Revenons aux fondamentaux. Qu'est ce que l'Être ? 

 

   En croisant les deux hémisphères, on obtient une conception qui tient de la Science quantique et de la philosophie.

  Ainsi le yogi  Maharishi définit il la nature de l'Être :  Al disotto del più sottile strato di tutto cio che esiste nel campo relativo, vi è l campo

 astratto , assoluto del puro  Essere, che è non-manifestato,  e trascendentale. Esso non è né materia né energia. E' puro Essere, lo stato di pura esistenza. Cuesto stato di pura esistenza si trova alla base de tutto cio che esiste. Ogni cosa è l'espressione di quella pura esistenza, o assoluto Essere...... etc..." (  La scienza del Essere" ).

       Par ailleurs, cette Energie est  Extraneuronale. ( J.J. Charbonnier " La conscience intuitive  extra-neuronale")

   Elle est en nous et hors de nous. NOUS SOMMES LE CHAMP QUANTIQUE . A-CAUSAL. HORS DE LA MATIÈRE ET DE L'ESPRIT.

  MAIS  CO-EXISTANT.

                                                                 LB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.