LINGUA
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2016

LES JEUNES A LA RUE, LA MAIRIE RESPONSABLE !

Les jeunes étrangers ne vivent dans la rue par choix. Leur situation, c’est à dire dormir dehors et être isolés, découle d’un refus, celui des autorités. C’est parce qu’il y a refus que des habitants, des bénévoles et des militants s’activent, toujours dans l’urgence, au rythme des rejets et des refus de prise en charge qui sont la conséquence d’une politique assumée.

LINGUA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Au mois d'avril 2015, la Mairie de Paris prétendait mettre en place "... une politique exemplaire en matière de protection et prise en charge des mineurs..." avec un nouveau plan d'accueil et d'orientation, voté par les élus.

 Depuis, selon les recensements des différents collectifs, plus de la moitié des mineurs qui se présentent dans le dispositif d'accueil parisien font l'objet d'un refus de prise en charge de la part des services de l'Aide Sociale à l'Enfance de Paris. La mise en doute systématique de leurs documents d'état civil, comme de leurs propos, outre la violence que représente ce déni, sont autant de motifs pour remettre en cause leur minorité et renvoyer purement et simplement ces jeunes à la rue, sans qu'aucune mesure de protection ne soit prise, malgré leur situation de vulnérabilité.

 Ainsi, dans les rues de Paris, des adolescents vivent dans le dénuement le plus complet : sans hébergement la nuit, ni lieu d’accueil le jour ; pas de nourriture ni de vêtements. Aucun suivi social, médical ou psychologique. Traumatisés par des migrations éprouvantes, ces jeunes doivent supporter les conditions extrêmement rudes d'une vie à la rue. Leurs troubles psychologiques en sont redoublés et de nouvelles pathologies apparaissent. Quant à leur scolarisation, celle-ci est désormais anormalement subordonnée à une reconnaissance de la minorité par le juge.

 Les recours juridiques durent des mois, pendant lesquels ces jeunes sont livrés à eux-mêmes, alors que plus de la moitié de ces recours aboutissent finalement à une reconnaissance de leur minorité par le Juge des enfants ! Ni mineurs selon l'aide sociale à l'enfance, ni majeurs pour les dispositifs d'hébergement d'urgence, puisque détenteurs de documents d'état civil attestant de leur minorité, ces jeunes sont méthodiquement écartés de toute protection et délibérément exposés aux dangers inhérents à une vie à la rue. Beaucoup dorment où ils peuvent, alors même qu’ils sont scolarisés. L’usage des tests osseux, humiliant et dégradant (dont la fiabilité est unanimement dénoncée par la communauté médicale et scientifique) s’intensifie.

 Cette politique est inacceptable. Nous refusons que des jeunes soient traités comme des indésirables, au seul motif qu'ils sont étrangers. Ils doivent être considérés pour ce qu'ils sont : des jeunes privés de soutien parental et qu'il faut protéger.

 Le défenseur des Droits rappelle un principe fondamental d’égalité : "l'Etat français est lié par les obligations découlant de la convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) à l'égard des MIE comme il l'est de tout enfant présent sur son territoire". La Mairie de Paris se doit d’appliquer rigoureusement les dispositions de la convention internationale des droits de l'enfant, que la France a signé.

Au delà des obligations internationales, se pose la question de ce que nous-mêmes voulons, particulièrement lorsque les droits des jeunes et l'application de principes aussi élémentaires sont ouvertement bafoués.

 Accepte-t-on que des jeunes soient privés d’une protection minimale? Ou bien considère-t-on, au contraire, que le rôle de la mairie de Paris est de protéger ceux qui sont ici et en ont besoin? Ce principe vaut pour quiconque, quelle que soit sa situation et sa nationalité : jeune majeur ou mineur isolé, réfugié, famille Rom, personne pauvre ou en grande précarité.
Seule une position indifférente au critère national et conforme à une certaine idée de l'Etat au service de tous est acceptable.

LES JEUNES À L'ÉCOLE, PAS À LA RUE ! 

 Vendredi 22 avril, devant l'hôtel de ville et face aux bureaux de l'ASE (Aide sociale à l'enfance), Les collectifs réunis pour la protection des jeunes isolés se sont rassemblés avec des jeunes étrangers « isolés » pour interpeller publiquement la mairie de Paris sur l'aggravation de leur situation. Cette mobilisation s'est poursuivie à Nuit Debout avec des prises de paroles place de la République. Des jeunes de différentes nationalités, des jeunes de partout, scandaient ensemble « les mineurs à l'école ». On pouvait lire et entendre : « Je suis là », « Nous sommes là », « J'ai perdu ma mère, j'ai mal à la vie » ...

La place de ces jeunes c'est effectivement l'école et non la rue, l'errance ou l'abandon. Ces jeunes sont là, ils ont toute leur place à l'école. L'école, ce n'est pas seulement l'apprentissage, c'est aussi la place qui leur est due et que nous leur reconnaissons. Cela inclut notamment l’hébergement, le suivi social, médical et psychologique.

Tous les jeunes à la rue doivent dès à présent être hébergés, nourris, vêtus, scolarisés, suivis avec attention et bienveillance, quelles que soient les évaluations du DEMIE ou les notifications de la DASES. Ces adolescents ne peuvent attendre à la rue pendant des mois une hypothétique reconnaissance de leur minorité.

 En conséquence, nous exigeons :

• L'hébergement de tous les jeunes isolés, qu'ils soient mineurs ou majeurs, dans des conditions conformes à leurs besoins.

• La scolarisation immédiate et sans condition de tous.

• La mobilisation de tous les services sociaux municipaux dans le but d’assurer leur protection effective.

Collectif Parisien pour la Protection des Jeunes et Mineurs Isolés Étrangers

cpmjie@gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida