LINGUA
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2016

Combattons la ségrégation nationale et l’abandon public

Le traitement dévastateur infligé aux jeunes et mineurs étrangers sur notre sol doit appeler une condamnation nette.

LINGUA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un dispositif législatif récent à la main du gouvernement (les lois du 29 juillet 2015 du 14 mars 2016) ruine le droit antérieur, lequel s’appuyait sur un principe d’égalité universel :

« Un enfant doit être protégé ».

Les rafles récentes de Calais et Paris combinées à un cynique abandon public font la matière d’un déchainement sans précédent du gouvernement contre les jeunes. L’implacable détermination d’Etat à l’œuvre suit un principe d’une espèce unique : La normalisation de la ségrégation nationale et la généralisation de l’abandon public.

Les deux sont indissociables.

La nouvelle figure de l’abandon public concerne les mineurs étrangers, les réfugiés, les roms, les pauvres, d’autres encore, au fond tous ceux qui dépendent étroitement, pour vivre, des décisions d’une autorité publique.

La ségrégation nationale arrache au tout formé par les habitants de ce pays des catégories toujours plus spécifiées et nombreuses de gens à séparer les uns des autres.

Chacun est sommé d’adhérer à cet ensemble politique néfaste que le système électoral et les machineries d’opinions qui en sont les rouages agitent et solidifient. S’ouvrent des développements fortement inégalitaires et nouveaux qui réclament une adhésion directe. Les prochaines élections, qui s’apparentent pour l’occasion à un quasi référendum, devront les consacrer comme un fait politique incontestable.

Il nous faut prendre des résolutions qui dépassent la posture ordinaire de la contre-information ou de la protestation. Nommer les crimes politiques n’empêche pas leur permanence. L’ordre d’Etat ne s’embarrasse guère des oppositions puisqu’il ne désespère jamais de les voir, sous une espèce ou une autre, se satisfaire des fins électorales.

Notre souhait est de combattre la ségrégation nationale et l’abandon public, aussi la nécessité renouvelée de se rassembler est-elle impérative.

En trouver ensemble les termes actuels, tel est l’objet de ce à quoi nous appelons.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef