Un pape, des croyants. Le bonheur est à notre portée...

Il y a de cela quelques semaines j’écrivais ce qui suit. On verra la pertinence du propos, dans un contexte de mise à mal des valeurs laïques et républicaines par notre propre Président Sarkozy. Pour me distinguer des articles lus récemment sur la recherche de la « relativité des engagements du pape », relativité qui pourrais rallier la partie modéré des papistes, j’oppose, en tant que chrétien, un texte qui parle des dérives ahurissantes d’un discours qui depuis Vatican II fait son petit bonhomme de chemin au sein de l’église catholique, par petites touches, l’air de rien, dans les esprits les plus fragiles, les plus instables.

Il y a de cela quelques semaines j’écrivais ce qui suit. On verra la pertinence du propos, dans un contexte de mise à mal des valeurs laïques et républicaines par notre propre Président Sarkozy. Pour me distinguer des articles lus récemment sur la recherche de la « relativité des engagements du pape », relativité qui pourrais rallier la partie modéré des papistes, j’oppose, en tant que chrétien, un texte qui parle des dérives ahurissantes d’un discours qui depuis Vatican II fait son petit bonhomme de chemin au sein de l’église catholique, par petites touches, l’air de rien, dans les esprits les plus fragiles, les plus instables. Je ne parlerais pas ici des discours qui nous attendent lors de la venue du pape à Paris : parions que notre président ne se passera pas d’un petit détour par les « valeurs qu’est susceptible de véhiculer l’église catholique » : le ton est donné par le parcours que suivra le souverain pontife dans les allées de la République : accueil officiel à Paris-Orly, cérémonie de bienvenue à l’Elysée, visite de courtoisie au Président de la République, rencontre avec les autorités de l’Etat, rencontre avec « le monde de la culture ». Le reste est de l’ordre du religieux, et après tout ce n’est que justice. Et aurait du suffire.

Bonne lecture, donc.

 

« Les débats sur la construction européenne auront du moins permis à certains de tomber les masques. Et de nous faire profiter du spectacle. Pas réjouissant. Un parlementaire européen – italien – vient de nous faire partager ses hautes vues théologico-oiseuses : « je ne dis pas que l’homosexualité soit un crime, mais je pense qu’il s’agit d’un péché ». Nous voilà bien fixés sur les combats qu’il reste à mener, notamment contre l’obscurantisme catholique et les influences qu’il garde au sein des instances dirigeantes. Cette pensée qui pousse certains à définir l’Europe comme un club chrétien, ou plus précisément comme un club catholique, devient le rempart de ceux qui ont peur. C’est une pensée frileuse qui renaît. Devant la peur de l’autre, le différent, certains pensent trouver en une forme de christianisme le moyen de se réchauffer, le moyen de rester entre soi, bien au chaud de ses certitudes, que certains disent millénaires. Le huguenot, que j’ai choisi d’être, fulmine.

Non ! L’Europe ne peut être un club chrétien. Elle est à la croisée de christianismes multiples bien sûr, mais aussi d’humanismes, de lumières, de droits de l’Homme, de formes différentes de laïcité. Elle est bien d’autres choses encore. Et son histoire, sa construction n’est en rien d’origine médiévale, loin s’en faut. Car n’en déplaise au sacristain qui passait ce jour-là, ce sont les rails de la SNCF qui font, ont fait, la France qui nous occupe au sein de cette Europe. Ce sont les écoles communales et leurs professeurs, pas celle de monsieur le curé. Ce sont les bureaux de poste. Et ce sont ces bureaux de poste, ces écoles et ces voies ferrées qui feront l’Europe de demain – services publics qu’il nous faut d’ailleurs absolument protéger contre les attaques dont ils sont sans cesse l’objet. Mais le sacristain – toujours lui, bien sûr – ne voit que son chemin, que son idée. Il n’a que faire des bureaux de poste. Il n’a que faire, même, d’un autre christianisme qui ne voit pas en l’homosexualité un péché ou quoi que ce soit d’autre. Mais le sacristain veut son Histoire. Il n’à que faire de l’air du temps.

Quoi qu’il en soit, avec comme dirigeants des personnages à ce point rétrogrades et entêtés, nous aurions bien raisons de nous alarmer sur la teneur des débats à venir. Rien de bien joyeux au demeurant, et il ne fera pas bon parler de liberté de conscience dans une Europe à la pensée sclérosée par son manque de mémoire ou par sa mauvaise foi. En effet, par une telle déclaration : « je ne dis pas que l’homosexualité soit un crime, etc.… », ce sont beaucoup de nos valeurs qui s’effondrent. Venue de l’un de nos dirigeant, à fortiori de l’Europe d’aujourd’hui, de demain, la déclaration peu donner des sueurs froides bien au delà des frontières que certains veulent donner à cette Europe. Nous n’avons plus rien à craindre de la Turquie, c’est sûr : tout est déjà là de nos inquiétudes, si nous en avions. Aux dernières nouvelles, un autre parlementaire européen – italien, lui aussi – exprime son désir de ne plus voir de femmes à l’écran, passée une certaine heure !!!

Nous avons donc à préserver, sans rire : la liberté de conscience, la liberté de ne pas se voiler la face, même tard le soir, la liberté de recourir à l’interruption volontaire de grossesse, la liberté de choisir son partenaire, la liberté de confier nos gosses à des professeurs de la République, la liberté de ne pas s’agenouiller devant une croix, la liberté de divorcer, de se remarier, la liberté d’être enterré comme on le souhaite, la liberté de se moquer de tout, la liberté d’être rose, rouge, vert, jaune ou mauve, la liberté de rire, la liberté de vivre. La liberté de dire au curé de service de retirer sa soutane dans les lieux sacrés de la République. Et de ne pas souiller ces lieux sacrés de paroles homophobes et sexistes ».

Voilà, les choses sont posées. Que chacun en tire son profit !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.