Lionel Deschamps
Agacé chronique, agitateur intermittent, dilettante professionnel
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2019

POLYTECHNIQUE ÜBER ALLES ?

Pour rebondir sur l’excellent article du polytechnicien "éclairé" Régis Portalez intitulé « Laurent Alexandre : un gorafisme au carré », quelques pistes de réflexion à propos du "Laurentalexandrisme", supposé fer de lance du capitalisme financiarisé qui semblerait abusivement porter aux nues le polytechnicien vu comme un dieu.

Lionel Deschamps
Agacé chronique, agitateur intermittent, dilettante professionnel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lire l'article de Régis Portalez : Laurent Alexandre un gorafisme au carré

Avant tout, il convient d’expliciter le gorafisme : issu du site http://gorafi.fr/, le gorafisme perpétue une longue tradition de parodie non-sensique où les mânes d’Arthur Cravant et celles de Pierre Dac se mêlent harmonieusement mais portent peu à conséquence en restant « la fiente de l’esprit qui vole » selon l’heureuse formule de Victor Hugo.

Plus sérieusement, hélas, cet esprit de parodie au carré -voire au cube- ne voit pas le jour lorsqu’on entend –à défaut d’écouter- les thèses de Laurent Alexandre, agitateur du PAF qui ne se contente pas de dire des énormités, il en écrit aussi. Et il est lu... Parmi tant d'autres...

Il serait, en effet, fort dommageable de se contenter de stigmatiser ce personnage actuellement médiatisé qui n’est –épisodiquement- que le premier parmi ses pairs avec l’avantage de porter beau, agréablement cautionné par une success story indéniable à l’aune du jugement culturellement admis : chirurgien spécialiste, diplômé d’HEC, énarque, homme d’affaires richissime, etc…

La tonalité de son propos fait tristement écho au discours de nombreux épigones, parmi lesquels Alain Soral, Elisabeth Levy, Eric Zemmour et consorts.

Un arbre qui ne cache pas la forêt des réactionnaires de tout poil qui vont du rouge au brun et du brun au rouge en passant par tous les camaïeux qu’on voudra y trouver.

Globalement : le libertarianisme depuis Ayn Rand jusqu’à Donald Trump porte « l’égoïsme rationnel » de même que « le capitalisme porte la guerre comme la nuée porte l’orage » selon Jean Jaurès.

Quitte à enfoncer une porte ouverte, la dualité inné-acquis parfaitement résumée dans le « Jedem das sein » (« A chacun selon son mérite ») inscrit au fronton du portail du camp de Buchenwald, est le point névralgique de l’éternel clivage élite/peuple.

Donc, selon cette doxa : le polytechnicien (autrement dit, l’énarque, le normalien supérieur, le sur-diplômé en général) est l’homme-dieu. Tout individu faisant preuve de sa capacité à s’enrichir suffisamment pour imposer un quelconque pouvoir sera considéré également (sinon plus...) comme partie prenante de cette pensée prométhéenne. Les milieux politiques gangrénés par cette évidente hégémonie culturelle sont bien entendu les premiers concernés.

Il serait vain de s’étendre sur les aspects crypto-totalitaires d’une telle idéologie, sous-tendue par les théoriciens de l’intelligence artificielle et du transhumanisme, eux-mêmes totalement dépassés par leurs propres concepts – à l’instar de l'illuminé Cédric Villani- bien en peine de développer les éléments d’une prospective fondée sur une recherche fondamentale qui reste à établir.

Dans ce domaine balbutiant, malgré le précédent cartésien de l’animal-machine devenu L'HOMME-MACHINE (1) (Yann le Cun), s’opposent, dans un mélange hétérodoxe souvent nauséeux, les tendances lourdes qui hantent les sociétés humaines.

Pour faire (très) court, l’évolutionnisme démontre la prééminence du plus fort (physiquement et/ou intellectuellement) ; les laissés pour compte sont une variable d’ajustement de l’anthropocène triomphant.

Comme l’observe si justement Laurent Testot (Cataclysmes-Payot 2017) : « Ce qui nous rend uniques dans le règne du vivant est une dynamique : le propre de l’humain est d’engendrer continuellement le changement ». Même si l’on peut ajouter –selon Rabelais- que « Rire est (aussi) le propre de l’homme », on peut incriminer cette propension au changement continuel dans la course contemporaine au "toujours plus" (pour les mêmes) qui augure des lendemains qui déchantent.

Sous-titré "Une histoire environnementale de l'humanité", l'ouvrage de L.Testot va bien au-delà du constat et sa lecture ne peut qu'inciter à mettre en perspective ce singe devenu homme, en situation de super prédateur sans rival quitte à être son propre fossoyeur.

Le désormais fameux (!) Laurent Alexandre a beau jeu d’annoncer « un XXIème siècle passionnant mais compliqué », des milliards d’êtres humains risquent fort d’y perdre la vie tant que des syndromes tel que celui d’éco-anxiété seront les réponses sociétales à l’urgence qui s’impose aujourd’hui pour lutter contre l’hubris des soi-disantes élites, prêtes à marcher sur les décombres de leurs congénères considérés, par mépris de classe, moins dotés par la nature.

C’est pourquoi il est vital, aujourd’hui comme hier, de dénoncer la dictature du QI au profit du QE (intelligence émotionnelle), à rapprocher de l'intelligence sociale et affronter, sans fard et sans faillir, l’oligarchie élitaire mondialisée dont le flamboyant mais piteux Laurent Alexandre n’est que le énième porte-voix.

 (1) https://www.franceinter.fr/emissions/le-grand-face-a-face/le-grand-face-a-face-02-novembre-2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener