PLAINTE POUR NON ASSISTANCE A PARTI EN DANGER

Mon cher Pierre,

ta plainte contre l'exécutif pour «non-assistance à personne en danger» est une bonne idée. Tout jeune étudiant en communication, il y a 35 ans, c'est tout à fait le genre d'idée qu'on agitait en cours. Nos professeurs de l'époque nous expliquaient que c'était créatif, mais plutôt puéril. On retravaillait alors nos plans comme il se doit pour devenir vraiment professionnels. En équipe.

Mais ça, c'était avant…

Aujourd'hui, tu te défends d'avoir voulu faire un coup médiatique à la suite de la parution de ton dernier livre car tu plaides l'urgence. Tu ajoutes que tes publications se vendent très bien toutes seules…

Fort bien. Que n'as-tu donc porté plainte avant cette sortie éditoriale, puisque l'urgence est déjà criante depuis un long moment ? Alors que ton mirifique plan d'urgence Nouvelle Donne est censé être opérationnel depuis plusieurs mois ?

Bien sûr, nous sommes d'accord, ni le conseil citoyen, ni le bureau national n'ont besoin d'être mis dans le secret des Dieux, pas plus qu'avoir la primeur de ton ouvrage. Il est largement préférable de ménager le suspens et préparer l'opération avec ta petite équipe de super spécialistes ultra doués pour faire le buzz. Pardon, pour TENTER de faire le buzz.

On a pu voir, en effet, quel raz de marée a provoqué cette fameuse plainte… "Téléchargeable sur le site Nouvelle donne, ce sera une véritable class action citoyenne…" selon ton interview à Libération.

Foin de conversation avec les instances de "ton" parti, puisque, pour paraphraser Louis XIV, tu clames : "Nouvelle Donne, c'est moi !". Et comme De Gaulle, tu peux ajouter : "L'intendance suivra…"

Ah… Cher Pierre-Louis XIV de Gaulle, Ô homme providentiel promis aux victoires flamboyantes, tu auras bientôt ton Marengo, ton Austerlitz, ton Bir-Hakeim ! Fi de Trafalgar, de Waterloo, de Yalta… Que nenni ! Tu sauras -mieux que tout autre en ce bas-monde- t'affranchir des vulgaires contraintes de la concertation avec le commun des mortels, l'adhérent de base, le vulgum pecus, le cochon de cotisant, le militant lambda, pas plus que leurs représentant(e)s dont l'espace confiné empêche tes ailes de géant de s'ouvrir à leur aise. Un albatros ! Que dis-je ? Un aigle !

Oui, cher Pierre, tu as mille fois raison de t'affranchir des pesanteurs du petit peuple, fut-ce celui qui a créé Nouvelle Donne avec toi, celui dont tu sollicites les suffrages, celui qui dans l'ombre contribue à ton grand œuvre.

Car soyons tout à fait sincères, cher Pierre, après 1995, 2002, 2007, c'est bien la Présidentielle qui tu vises !

Oh le beau tremplin pour 2017 ! Un joli petit parti frappé à tes armes, à ta dévotion de chef suprême des armées pour "reprendre la main" et "faire de la politique autrement".

Pour rester dans la périphrase gaullienne, le "machin" a beau péricliter à la vitesse d'un cheval au galop, les grognards suivront. Ils maugréent, certes, ils tempêtent, mais ils te suivront. Comme un seul homme.

Méfie-toi d'être cet homme seul.

Lionel Deschamps – Ex-délégué du Comité régional de Bourgogne au Conseil Citoyen Nouvelle Donne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.