Lionel Deschamps
Agacé chronique, agitateur intermittent, dilettante professionnel
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 déc. 2019

UNISYLVA ÜBER ALLES !

La coupe rase où SOS Forêt et Canopée ont organisé l'action du 17 Novembre dernier appartient à Unisylva qui a fait un courrier indigné à Mathilde Panot (députée FI). Un projet de courrier aimablement pamphlétaire s'impose tant la grosse ficelle est énorme...

Lionel Deschamps
Agacé chronique, agitateur intermittent, dilettante professionnel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La terre vue d'Unisylva - Allégorie - XXIème siècle © Lionel DESCHAMPS

Voir un aperçu de l'opération "STOP COUPES RASES" à Dun les places (58). 

Le courrier d'Unisylva à Mathilde Panot (1) indique que notre piétinement allait les obliger à décompacter le sol ( et... leur coûter de l’argent) avant de replanter et les obliger donc à relarguer le carbone du sol…

"Chère Unisylva,

comme dans la guerre des boutons, "si on aurait su, on aurait pas venu" piétiner ta belle coupe rase que notre piétinement scandaleux va t'obliger à décompacter avant de replanter et t'occasionner ainsi une grosse dépense ; toi qui n'a que les yeux pour pleurer...

Au fait : tu permets que je dise tu ? Comme Prévert, je dis tu à tous ceux que j'aime.

En cette belle période de fêtes -prends ça comme un compliment- en nous courbant bien bas jusqu'au sol acidifié par tes soins attentifs : nous devrions louer ta sainte entreprise de monoculture intensive qui nous autorise, humbles consommateurs de (bio)masse, à toujours pouvoir compter sur la corne d'abondance de tes arbres de Noël, lesquels tout au long de l'année, nous offrent le ravissement de croire... au père Noël. Justement.

Qu'on ne puisse pas se chauffer avec ta noble production (alors que toi, on sait de quel bois tu te chauffes) , ni en faire quoi que ce soit de vertueux, tu n'en as cure et comme tu as raison ! Selon toi, c'est celle du plus fort qui l'emporte. Mille pardons à nouveau.

Sois-bien persuadée, chère Unisylva, que si nous avions pu nous douter de tous les désagréments causés, nous aurions préféré rester au lit (en bois de pin) en attendant de rejoindre une modeste boîte (en sapin).

En priant ardemment pour que, lors de tes funérailles (qui a dit vieille canaille ?) -si elles arrivent avant les nôtres- nous puissions nous cotiser pour te payer un beau costume de chêne, s'il en reste...

Bien à toi,

PCC Les agités du Morvan (et d'ailleurs)"

(1) présente en tant que cheffe de file de la commission d’enquête parlementaire et citoyenne récemment crée à l’assemblée nationale pour se pencher sur l’industrialisation des forêts

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille