ce que prouve l'affaire Geneviève Legay

La façon qu'a eu le pouvoir de gérer cette affaire dévoile le mépris avec lequel il traite les citoyens ordinaires et combien inversement il se décrète lui même au dessus des lois.

Le degré d'arrogance et de ce qu'il faut bien dénommer (si on a encore le droit d'appeler un chat un chat?) un véritable droit de délinquance des autorités et du gouvernement que dévoile cette affaire est  proprement ahurissant.
D'abord, les images sur lesquelles se fondent les premières décisions du procureur (et heureusement que certains médias osent douter des versions officielles) ne sont pas rendues publiques. Ce pseudo représentant du peuple français prend ses décisions en privé hors de tout contrôle  !  Ensuite, il se permet d'affirmer très prématurément que les forces de l'ordre sont hors de cause (est-il incapable de faire le travail fait par ASI sur la vidéo de C news?). Ensuite, devant l'accumulation de preuves et de témoignages qui contredisent cette version, au lieu de démissionner en avouant son parti pris et son incompétence évidente, il fait naturellement marche arrière (le droit de mentir  est un acquis pour ces gens là), mais essaye  de faire porter l'accusation sur un policier « «fusible ». Bref, il met à l'abri le commissaire qui a ordonné la charge, et derrière lui Castaner qui a poussé ouvertement à ce genre de comportement, et Macron qui chapotte Castaner et, qui lui même a menti ouvertement d'entrée de jeu en dédouanant les forces de l'ordre sans savoir.....En passant, Le monde nous apprend aussi que l'Elysée a trafiqué une vidéo pour disculper Bénallia....Bref, ils mentent  à ciel ouvert. La police a aussi essayé de son côté de faire pression sur la blessée pour qu'elle dise qu'elle n'a jamais été poussée par un C.R.S.
Tout ça  me fait penser au premier ministre qui, alors qu'il était pris en flagrant délit d'utilisation d'un avion privé au prix exorbitant (et polluant un peu plus pour rien)  pour ne pas prendre un avion de ligne commun se contentait de répondre : « j'assume ». Une parole qui est l'équivalent distingué de  «je t'emmerde ». Oui, s'ils étaient honnêtes jusqu'au bout, il oseraient dire « on emmerde la démocratie et les lois, c'est pas pour nous». Mais ils n'ont pas cette sincérité. Cette affaire est la preuve la plus éclatante du droit à délinquer à ciel ouvert qui est le leur. Et dire qu'ils osent parler de « respect de la république»! La république, Macron et ses sbires ch.... dessus tranquillement. 

Répondre 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.