Ecologie: la seule manière juste de l'imposer que nous accepterons

la taxe sur l'essence, impôt injuste et aveugle, rationne prioritairement les pauvres à qui on fait porter quasi exclusivement le poids de la transition écologique laissant les riches pourrir la planète à la mesure de leur ressources financières. Qu'on le reconnaisse ou non, seul un rationnement juste et égal imposé à tout le monde permettra de faire accepter l'impératif écologique.

Ecologie : la seule manière juste de l'imposer que nous accepterons.

Malgré les apparences, la taxe sur l'essence n'est pas le bon moyen pour imposer l'impératif écologique. Certes, personne de raisonnable et ayant envie que ses enfants survivent ne niera qu'il faut décarboniser la planète et très vite. Mais en aucun cas en passant par une taxe sur l'essence ! La taxe est un principe injuste socialement. Elle permettra encore une fois aux riches (comme dans les crises financières) de s'abstraire de l'effort inouï qu'il va falloir produire pour se donner une chance d'avoir un avenir. La taxe sur l'essence ne fait pas la différence (pourtant élémentaire du point de vue de la justice) entre des gens à l'aise économiquement qui se permettent de polluer pour satisfaire des besoins très secondaires, voire bien souvent ultra secondaires (appartements multiples et gigantesques climatisés à outrance,voyages touristiques à tour de bras en bateau, en avion, et bientôt en fusée etc..;) et des gens qui polluent parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement pour satisfaire des besoins primaires, et parfois vitaux (chauffage, voiture pour travailler, etc...). De fait, la taxe est un impôt injuste et aveugle, un rationnement à géométrie variable qui sans le dire cible quasi exclusivement les pauvres.
Si monsieur Macron et consort ont une vraie préoccupation pour l'avenir de l'humanité (et de toute l'humanité : et pas seulement de leur petit milieu qui, taxe ou pas, continueront à pourrir la planète avec leurs voyages pour un oui ou un non et leur palais climatisés à outrance. Et fusse par énergie électrique d'ailleurs, qui n'est pas plus propre qu'une autre quand on examine son bilan écologique global et réel) comme ils le prétendent alors ils parleraient ainsi:
« Monsieur X (grand patron, haut fonctionnaire, etc.. ;), vous voulez organiser un anniversaire en faisant venir de la planète entière par jet privé tous vos amis (cas réel) , ou vous voulez vous payer un voyage en fusée pour voir la terre de plus haut ! Mais votre dégagement en CO2 pour satisfaire ce genre de plaisir est totalement insupportable, pour ne pas dire meurtrier quand la majorité de nos citoyens ont besoin de cette énergie pour aller au travail, se chauffer et se laver, bref pour satisfaire des besoins primaires. Non, monsieur votre ultra confort est un luxe que notre société ne peut pas se payer. Nous allons vous soumettre comme tout le monde à un rationnement égal pour tous : vous aurez droit un taux d'énergie vous permettant de satisfaire vos besoins primaires (et une dépense pour loisir raisonnable une fois les besoins primaires de tout le monde satisfait), mais en aucun pour satisfaire des besoins qui n'en sont pas réellement. ». Voilà le genre d'arbitrage que nous voulons entendre !
Et oui, la survie de la planète, vu que ses ressources ne sont pas extensibles, passe par une redistribution des richesses, ....et forcément la redistribution passe du haut vers le bas, puisque dans l'autre sens elle n'est pas possible (rire jaune pour rester dans l'actualité ).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.