Lirina Bloom
Collectionneuse de souvenirs.
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2012

Lirina Bloom
Collectionneuse de souvenirs.
Abonné·e de Mediapart

93. La France coloniale

Lirina Bloom
Collectionneuse de souvenirs.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lila écrit le pouvoir colonial avait plus d'un tour dans son sac. 

Lila écrit, après avoir envoyé des conquérants prêts à toutes les cruautés, l'Etat colonial prêche la nécessité de la pacification. 

Lila note, le colonialisme cherche alternativement à tuer les résistants, à utiliser les conflits entre les groupes sociaux à son profit, à tracer de nouvelles frontières internes en utilisant des règles administratives, même si elles contredisent les lois de la métropole... 

Lila écrit, quand la résistance resurgit sous forme de rébellion, l'Etat colonialiste envoie à nouveau ses généraux et ses armées... 

L'Etat colonial adapte ses règles administratives pour soutenir l'action de ses soldats. Les constructions, toutes les constructions sont prises dans les mailles du filet mettant en place l'oppression coloniale. L'instruction est commandée par les nécessités de maintenir les inégalités inhérentes à la situation de Colonie du territoire occupé. 

Lila note encore, la politique sanitaire est orientée de manière à protéger en priorité les populations alliées au colonisateur. 

L'Etat colonial est à même de créer administrativement, à partir de peuples autochtones, des populations qui auront des droits sur d'autres. 

L'Etat colonial maquille les guerres de conquête en missions civilisatrices. Il trouve ses chantres pour sa propagande. 

Lila écrit que l'Etat colonialiste met ensuite en place un maillage administratif. Lila propose de l'appeler la Guerre de Papier. 

Lila écrit, ainsi la Colonie ne connaît jamais la paix car se succèdent ou coexistent sans cesse la Guerre de Papier et la Guerre des Armes. 

Quand se déclenche la Guerre de Libération, l'Etat colonial pousse à l'extrême Guerre des Armes, Guerre de Papier et leurs combinaisons.

Lila disait que ses grands parents avaient vécu comme tous les habitants du pays de leur naissance dans les mailles du filet colonial. 

Jeanne savait que chaque acte de ses parents avait été pris, et toute son enfance, dans la trame tissée par l'Etat colonial.

L'engagement du Père dans l'école laïque, son union avec Sara, la Cité du Bonheur montraient que toute liberté était bornée par l'Etat colonial.

(à suivre...)

LB

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte