La Région-boxon de Martinique ou meurt l'héritage Césaire

Dire que le climat politique actuel en Martinique est détestable, c'est un euphémisme. La chasse est ouverte pour décrocher une bonne place aux élections pour la collectivité unique et tous les tirs sont permis, même ceux dans le dos. Quant aux injures et menaces proférées dans l'enceinte du Conseil Régional, à l’issue de la récente séance plénière du 24 février, elles sont devenues la marque de fabrique de l'institution depuis 2010 et le révélateur de l’absence de convictions idéologiques. On est loin de l'héritage d'Aimé Césaire dont se revendiquent les élus PPM.

« Inbésil, sakré créten, connard, chyen abiyé an moun ! » (chien habillé en homme).

La  première vice-présidente, Catherine Conconne, élue PPM (Parti Progressiste Martiniquais), hurlant des mots-coutelas pour frapper le porte-parole de l’opposition, Daniel Marie-Sainte (MIM Mouvement Indépendantiste Martiniquais),  n’ont rien de l’héritage tant revendiqué d’Aimé Césaire.  L’ancien Député Maire de Fort-de-France critiquait ses adversaires avec des arguments marqués par ses idées de Gauche, son respect pour le peuple martiniquais et sa croyance en la dignité de l’homme.

Dans le vacarme de la Région-boxon, il n’est pas question de confrontation d’idées. L’élue PPM vocifère, tout y passe, même une militante du MIM en prend pour son grade.  L’énervée y va de son propos homophobe :

« i doué lesbiènn, i bizoin mwen fè an bagay épiy, mé i two lèd ! »

Traduction: C’est dans mon cul qu’elle veut voir claire, elle doit être lesbienne et a envie d’un coup avec moi, mais elle trop laide. 

Inutile pour une élue de l’opposition, connue pour sa courtoisie, Marie-Hélène Léontin, d'essayer de la ramener à plus d’élégance :

« Catherine si tu es énervée comme ça... »

Elle n'a pas le temps de finir sa phrase, la répartie est cinglante :

Fous -moi la paix quant à toi. Tes leçons tu te les gardes. Tu te les gardes, gardes les pour tes élèves ! » Marie-Hélène Léontin est historienne et enseignante.

On entend un élu PPM, Camille Chauvet, répondre à quelqu’un qui est peut-être choqué par tant de poésie :

« Bouches tes oreilles, il y a de l’ambiance ! »

Dans cette « ambiance », l’homosexualité supposée d’une personne est l'objet de mépris dans la bouche d’une élue, qui semble oublier que les jours d’élections, on ne demande pas aux électeurs leur orientation sexuelle avant le passage dans l’urne, pour voter.

Mais quel est donc l’objet du courroux de Catherine Conconne ?

L’élu insulté est tout simplement coupable, d’avoir pendant les débats de la plénière, émis des doutes sur l’attribution d’un marché public à la société Colas.

Il a découvert à la lecture du quotidien local, France-Antilles, (14 février 2015) que cette société bénéficiaire d’un marché, a participé au financement d’une association récemment crée par une conseillère municipale PPM de la ville de Fort-de-France, Claude Formont, afin d’organiser une parade carnavalesque...

Lire la suite ici : La Région-boxon de Martinique ou meurt l'héritage Césaire | Free Pawol

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.