Lise Medini
Auteur compositeur interprète de chansons poétiques, érotiques ou tendres, tendance politique humour contestataire.
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2011

Monsieur Le Président, merci de lire ce message

Lise Medini
Auteur compositeur interprète de chansons poétiques, érotiques ou tendres, tendance politique humour contestataire.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour,
J'espère que ce beau texte de C.Picavet, professeur des écoles à
l'école des Livres Magiques à Saint-Grégoire du Vièvre (Eure) vous
touchera comme il m'a touché :

"Monsieur Le Président, merci de lire ce message:

Un p'tit bonheur sur une page,

Une douceur... pour l'Education Nationale.

Je le confie à la toile,


La grande toile du progrès,

Afin qu'il tisse les voiles...

De la solidarité,

Et qu'il rayonne aux ondes...

De l'humanité.



Je suis Professeur des Écoles

Dans un petit village de l'Eure,

Trois cents âmes y demeurent,

Et vingt-six élèves à l'école...

Une classe, dite « unique »,

Mais cinq cours, dits multiples...



Dans cette école une chance,

Un p'tit morceau de bonheur,

Qui s'écrit avec ces trois lettres :

Employée de la Vie Scolaire... .



Pour l'Education Nationale,

Un p'tit bonheur, c'est pas banal,

Un léger baume sur le coeur

De cette Grande Dame

Un peu... bancale !


Notre bonheur, c'est Géraldine,

En silence elle participe

A la guérison d'la Grande Dame...

Elle est... une Valeur Ajoutée,

HUMAINE rentabilité,

Et c'est du bonheur... assuré !



Dès le matin, elle s'active,

C'est sur le net qu'elle s'incline

Les courriers, les notes de service,

Toutes les infos de l'inspectrice,

Et celles de l'Académie....



Mes mots notés au brouillon,

Les compte-rendus de réunion,

Tapés, imprimés, photocopiés,

Enveloppés, adressés, timbrés,

Prêts à être distribués...



Encadrés, les derniers dessins des CP,

Affichés, sinon...à quoi bon dessiner ?

Un CM vient montrer son texte sur le musée,

Elle l'aide à le recopier, à taper sur le clavier..

Afin de ne pas gêner, le travail commencé,

Un autre enfant vient finir avec elle l'exercice,

Elle explique et décortique, redonne de l'énergie...



Rangée la bibliothèque,

Notés les livres prêtés,

Elle prépare la maquette,

La une du journal scolaire...



Ah! Notre petit journal

« Magique », ils l'ont appelé

Quel travail de fourmi,

J'y passerai......des nuits ?



Sonne la récréation, une mi-temps pour souffler,

Elle me rejoint, souriante, à la main nos deux cafés,

Quelques chaudes gorgées, entre... deux conflits à régler,

Des solutions à trouver, des mots à reformuler,

Une écorchure à soigner, une blessure à consoler...



Et puis... c'est reparti !

Sur les chemins de la connaissance,

Vaincre ainsi sans cesse l'ignorance,

Avec labeur, effort, sérieux,

S'ouvrir l'esprit, être curieux.



Ne pas oublier l'insouciance,

De tous ces êtres en enfance,

La bonne blague !... On la mettra dans le journal,

Les bons gags, et les rires, c'est vital !


Dans les pots

Les peintures sont bien préparées,

Quatre enfants sur un chevalet,

Deux à l'ordi pour recopier,

Les autres en dessin sur papier,



...Sans elle, jamais...

Ce ne serait si bien géré.



Le soir, coup de fil...

C'est Géraldine,

A sa voix, je perçois,

Une blessure qui abîme...

Ecoute, me dit-elle... c'est à pleurer !

Du « Pôle Emploi » j'ai reçu... un imprimé,

Dans quelques semaines, c'est marqué,

Votre contrat est terminé....

Ils me demandent ce que j'ai fait,

Pour trouver un futur emploi..



Sa voix se fêle... "J'ai..un emploi! »

Ils me demandent ce que j'ai fait,

pour me former, pour m'insérer,

Sa voix se gèle.... puis accélère: « Je.... suis formée,

depuis trois ans, j'me sens utile, insérée et c'est varié,

pas bien payé, mais... j'veux rester ! »

Sa voix s'étrangle... c'est à pleurer...



Ils me demandent mes compétences

C'que j'ai acquis, que vais-je répondre ?

Il y a l'espace... d'UNE LIGNE

UNE LIGNE..... mais tu te rends compte !



J'ai honte, honte... il aurait fallu UNE PAGE

Au moins UNE PAGE pour répondre,

J'ai honte, honte... pour notre Grande Dame

Pour ceux qui l'ont créée, l'ont fait évoluer,

Qui a tant appris aux enfants,



Qui a tant encore à leur apprendre..



Et Géraldine ???

On n' lui dira même pas MERCI

Bien sûr, pas de parachute doré,

Et même pas d'indemnité

Ils lui précisent... Oh!..comme ils disent

D'étudier ses droits... pour... le R.M.I.

Elle a raison... c'est à pleurer...



Alors qu'on demande chaque jour,

A nos élèves de dire « Bonjour »

De dire « Au revoir » et.... « Merci »

De s' respecter, d'être poli

Comme vous dites, Monsieur Sarkozy...

Que vais-je dire, à la p'tite fille,

Qui l'aut're jour, près de moi, s'est assise,

Et, tout fièrement, m'a dit :

« Tu sais, Maîtresse, moi, quand j'serai grande,

J'irai au collège, comme mon grand frère,

J'irai au lycée, j'passerai mon bac,

Et je ferai... comme Géraldine! »



Je sursaute... Mon coeur se serre...C'est à pleurer.



C.Picavet
Professeur des écoles à l'école des Livres Magiques
Saint-Grégoire du Vièvre (Eure)



En hommage à toutes les Géraldine, Florence, Sabrina,

Laurence,Elodie,

à tous les Philippe, Sébastien, et bien d'autres qui ont valorisé

mon travail, et participé à la guérison d'la Grande Dame...

qui est encore bien malade...



Je ne crois pas à la peur,
je crois à la force et à la magie des mots,

Et pour garder notre bonheur,
il suffirait de quelque Euros...

Quel patron, quelle entreprise, après trois ans de formation,

Jetterait son salarié, pour prendre un autre, recommencer ?

Quel jardinier, quel paysan, brûlerait sa récolte mûre, après

avoir semé, soigné ?



Je n'ai pas fumé la moquette

Je veux seulement que l'on arrête,

De prendre les gens pour des pions,

Qu'on arrête de tourner en rond !

Torpillé le « Chagrin d'école »

En mille miettes de BONHEUR !



En l'honneur de tous ces p'tits bonheurs..

INONDONS LE NET

les amis, les décideurs,

les chômeurs, les travailleurs,

les directeurs, les inspecteurs,

employés et professeurs,

députés, ministres,

r'm'istes ou artistes,

chanteurs, compositeurs, rapeurs, slameurs,

radios, journaux, télés,



et à tous ceux qui sont... parents... d'un enfant...

enfin à chaque être humain de ce pays

qui j'espère un jour dans sa vie,

a bénéficié d'un peu de bonheur,

de cette Valeur Ajoutée

HUMAINE rentabilité,

dans le giron de la Grande Dame.


P..S : Ironie..... A la rentrée, c'est presque sûr

Notre petite école rurale

Sera dotée d'une Valeur Matérielle Ajoutée,

Des fonds ont été débloqués,

Huit ordinateurs et un tableau interactif

Une « classe numérique »

Nous serons à la pointe du progrès !
Et pour cela, je serai formée !

Mais, qui m'aidera à installer, et à gérer,
sans Valeur Humaine Ajoutée ?

A LIRE, PUIS A TRANSMETTRE merci

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi