Pour une joie à venir

À la lecture d'Abdennour Bidar, Cesser d'exister pour être en vie ? Une humeur passeur·heuse, pour un demain joyeux.

Je rêve d'un monde, d'un demain, où il ne s'agira plus de produire de la valeur,

mais de Créer de la Joie, et de se laisser transporter par celle de chacun·e et de toustes.

Ou envelopper par nos peines, à l'un·e, à l'autre, à toustes.

 

Où des chants rythmeront nos vaisselles

sans regarder sous nos aisselles

 

Où l'hospitalité sera le Maître mot

devant tout étranger·e qui nous ferait la joie de nous rejoindre

 

Où peut-être aussi, on acceptera paisiblement, généreusement

De laisser mourir, celles et ceux que leurs corps ne portent plus

Mais dont l'âme, si légère, nous rendra visite quand nous l'inviterons

 

Soit d'un demain où l'on acceptera nos limites, celles des autres terrestres,

Sans vouloir posséder autre chose que le sens de l'humour

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.