Liseron
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2020

Au temps de l'amour révolutionnaire...

Quand Mère-Nature nous expose ce que nous voulions voir, nous initie-t-elle à une autre danse ?

Liseron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ooooh que nous étions in·confortables dans nos certitudes, nous les Occidentalos de bonne volonté, mais un peu perdu·es

Avant qu'arrive le virus couronné

Certain·es voyaient déjà un effondrement arriver, auquel on ne pourrait collectivement rien faire

Mais ils et elles (enfin surtout ils) se démenaient, pour semer le doute, ouvrir des brèches, opposer l'optimisme de la volonté au pessimisme de la raison

Sans voir pour autant ou en regrettant, de ne prêcher quasi que des convaincu·es

D'autres pensaient qu'un capitalisme vert était possible

Et se démenaient, pour semer le doute, ouvrir des brèches, imposer l'optimisme de leur volonté

Sans voir pour autant, qu'iels ne prêchaient que des convaincu·es,

Qui en avaient en grande partie le temps et la bourse 

Ou alors iels ne croyaient pas au capitalisme vert,

Mais pensaient que la voie d'action principale, c'était les parlements

Et se démenaient pour semer le doute, ouvrir des brèches, imposer l'optimisme de leur volonté

En regrettant de ne prêcher que des convaincu·es

D'autres encore se démenaient,

pour faire entendre aux convaincu·es

pourquoi ils ne prêchaient que des convaincu·es.

Enfin, il y avait toustes celleux, que les catastrophes en cours effrayaient tellement, qu'iels ne pouvaient y croire

Et se démenaient, pour se rassurer,

Réchauffer leurs pieds dans leurs pantoufles ronflantes au coin du feu

Mais le Virus Couroné est arrivé,

avec sa petite musique 

La Bourse ou la vie ?

Et l'on ne voulait pas trancher.

Mais l'on subit la mort, la maladie et la solitude

Sa Majesté le Virus insistait,

avec sa petite musique 

La Bourse ou la vie ?

Et l'idée germa, qu'il faudrait peut-être choisir

Chez les convaincu·es qu'un autre monde était possible

Car il était indispensable

On fut d'abord, comme tout le monde, surpris·es, effaré·es, en déni, gémissant, angoissant, réfléchissant

De réflexion en réflexion iels se dirent

"Ce virus là a surpris les gouvernements,

Qui hurlent à tue-têtes

"TINA ! TINA ! TINA!"

Peut-être que c'est un moment à saisir

Contre la théorie choquante

Et les gouvernements droitiers,

Hurlaient à tue-têtes "TINA ! TINA ! TINA!"

Tant et si bien qu'on ne sait plus

S'iels en étaient tant convaincu·es

D'autant que les mort·es

Se multipliaient

Sans qu'on puisse les pleurer

Les soigant·es se plaignaient d'être mal soigné·es

Les aides ménagères de faire le sale boulot

Les routiers d'être en déroute

Les caissier·es de passer à la caisse

Toustes entendirent la petite musique

royalement virale

La Bourse ou la vie

Iels se mirent à la chanter en choeur

La Bourse ou la vie

Ma bourse ou ta vie 

Ma vie ou ta bourse

Pansons nos vies!

Remplisséons-vnous la panse!

Qu'importe que la Bourse s'épanche

Tant que vnos vies soignent les vnôtres!

Tant que vivant·es vnous soignéons vnos envies! 

Iels chantèrent tant et si bien

Que les gouvernements bien droits

affirmèrent

La vie c'est la Bourse!

Mais on sentait un doute poindre

La cacophonie était si grande

Qu'on entendit Saïdou affirmer

Si quelqu'un ne t'écoute pas, tais-toi!

Tu comprendras peut-être, pourquoi il ne t'écoute pas

Que les pantouflard·es sortirent doucement

De leur torpeur

L'oreille tendue, iels entendaient

La petite musique du Virus

La Bourse ou la Vie

Les hurlements tinasques

La vie c'est la Bourse ! 

Et l'on comptait les mort·es

Mais l'on ne pouvait pas les pleurer

Les pantouflard·es tendirent un peu plus l'oreille

En allant apporter des vivres et des masques aux soignant·es

Toustes entendirent le choeur des soignant·es

Qui s'amplifiait

La Bourse ou la vie

Ma bourse ou ta vie 

Ma vie ou ta bourse

Pansons nos vies!

Remplisséons-vnous la panse!

Qu'importe que la Bourse s'épanche

Tant que vnos vies soignent les vnôtres!

Tant que vivant·es vnous soignéons vnos envies!

Alors les collapsologues et les bobos,

Les décolonialos et les zadistes

Les député·es et les féministes

Se ressaisirent

Tina s'effrite, c'est la brèche

Tina s'effrite, mieux qu'en 68

Tina s'effrite, saisissons l'occasion

C'est un évènement! Le groupe en fusion!

Sus à la chosification ! Sus à la néolibéralisation ! 

Pensons collectif!

Pansons le collectif!

Et toustes se mirent

Àpenser comment panser la Vie

À panser comment penser la vie

À penser comment panser à se parler

Du coeur de la distance social 

revint l'idée que jadis avait raison

le grand Aimé qui énonçait

"Une civilisation qui s'avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement

est une civilisation décadente"

Et les zadistes écoutèrent les décolonialos

Et les bobos écoutèrent les zadistes

Et les collapsos écoutèrent les féministes

Et les député·es, entrainé·es, tentèrent elleux aussi

D'y voir clair

Et le Virus continuait royalement

Sa petite musique angoissante

La Bourse ou la vie 

Tous les soirs, au son des casseroles, sur le coup de 20 heures

Grondait une exigence

TINA : LA VIE ! TINA: LA VIE ! 

Et d'une petite musique à l'autre,

De bouches à oreilles

D'oreilles en bouches

De reprises en variations

naquit la mélodie

De l'amour révolutionnaire

On se surprit à rêver

Du réveil des pantoufles en claquettes

Et jusqu'à la métamorphose inverse

Des bottes qui bruissent, des armes qui crissent

En claquettes, en stéthoscopes

On quitta nos solos lyriques pour rejoindre

D'amples chants-chorale

Les chorales s'unirent

En polyphoniques harmonies

Qui transformaient en incantations victorieuses

dans toutes les langues

L'ancien grondement sourd

TINA : La vie !

TINA : Nos vies!

TINA : La Vie !

Et tout·e un·e chacun·e, surpris·e

Découvrit la possibilité commune

De libérer nos chaines

De l'injonction

jusqu'alors contradictoire : 

La Bourse! La Vie!

Le doute semé aux quatre vents

Germa en fleurs de printemps

Les abeilles butineuses fredonnaient

Pansons nos vies!

Remplisséons-vnous la panse!

Tant que vnos vies soignent les vnôtres!

Tant que vivant·es vnous soignéons vnos envies!

Enfin

La Bourse mise en sourdine

La Vie reprit ses droits

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.