liza fabbian
Journaliste à Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 août 2012

Condamnation à deux ans de camp pénitentiaire pour les Pussy Riot

Les trois activistes de Poussy Riot ont été condamnées vendredi à deux ans de camps pénitentiaire pour “vandalisme” et “incitation à la haine religieuse”. Le procès des trois femmes a été largement suivit par les défenseurs des droits des l’homme et de la liberté d’expression.  Amnesty International avait appelé à se rassembler à Paris, vendredi, pour entendre la sentence.

liza fabbian
Journaliste à Mediapart

Les trois activistes de Poussy Riot ont été condamnées vendredi à deux ans de camps pénitentiaire pour “vandalisme” et “incitation à la haine religieuse”. Le procès des trois femmes a été largement suivit par les défenseurs des droits des l’homme et de la liberté d’expression.  Amnesty International avait appelé à se rassembler à Paris, vendredi, pour entendre la sentence.
Bien que l’issue de ce procès paraisse inexorable dès le début d'après-midi, l’annonce de la sanction se sera fait attendre plus longtemps que prévu. Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch, (30 ans) et Maria Alekhina (24 ans), les trois membres du groupe punk féministe Pussy Riot ont finalement été reconnues coupables de hooliganisme et d’incitation à la haine religieuse. Pour avoir entonné un hymne anti Poutine dans l’église du Christ sauveur de Moscou, en février dernier, elles écopent toutes trois d’une condamnation à 2 ans de travaux dans un camp pénitentiaire réservé aux femmes.

© Mediapart

Les trois jeunes femmes sont devenues depuis plusieurs mois un symbole de la multiplication des atteintes à la liberté d’expression dans la Russie de Vladimir Poutine. Leur histoire a eu un très fort écho international, et elles ont reçu de nombreux soutiens depuis leur arrestation. Vendredi après midi, une centaine de personnes se sont donc réunies place Igor Stravinsky, à Paris, à l’appel d’Amnesty International et de plusieurs autres associations. Un rassemblement hétéroclite, qui réunissait féministes, défenseurs des droits de l’homme et de la liberté d’expression, ou militants politiques, touchés chacun à leur manière par cette condamnation exemplaire.

© imjustevil666

 De nombreux manifestants se sont rendus devant le tribunal de Moscou, où la police a procédé à plusieurs arrestations. Ils réclament la libération sans condition des féministes, qui ont également reçu un soutien inattendu de la part du département d'Etat américain, qui a qualifié le verdict de « disproportionné » , dans un communiqué publié en fin d'après midi.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart