Grève illimitée chez Molex : les salariés en ont assez de se faire balader !!!

 

 

 

CGT - CFDT - CGC - FO - CFTC le 7 juillet 2009

MOLEX VILLEMUR

 

 

 

MOLEX Villemur en grève.

 

 

 

Les salariés de Molex se sont mis en grève à compter de ce jour.

 

Depuis l’annonce de la fermeture, le 23 octobre dernier, nous n’avons cessé de dénoncer le scandale de cette fermeture alors que l’entreprise est bénéficiaire.

 

Nous avons entrepris des démarches auprès du ministère, de la préfecture, saisi la justice qui à condamné la Direction à deux reprises, déposé plainte pour délit d’entrave auprès du procureur de la république qui a ouvert une enquête judiciaire (qui traîne).

 

Après neuf mois de lutte responsable, les salariés ont la désagréable impression que rien n’est fait pour que cette situation avance dans le sens de la sauvegarde de l’outil de travail.

 

Alors que nous avons découvert que cette fermeture a été préméditée et organisée de longue date avant l’information du CE, que Molex a dupliqué des moules et outils à Lincoln aux USA pour faire face aux mouvements sociaux, que PSA s’est rendu complice de cette délocalisation sans que cela ne l’empêche d’empocher les milliards de l’état, la Direction peut poursuivre son méfait en toute impunité.

 

Sarkozy qui a dit qu’il serait intraitable envers les entreprises qui profiteraient de la crise pour licencier ne fait que prendre des mesures qui aident le grand patronat a financer les plans de licenciements.

 

Y en a assez de se faire balader. Cette situation ne peut plus durer.

 

C’est la raison pour laquelle les salariés de Molex ont cessé le travail.

 

- Nous demandons a avoir des interlocuteurs décisionnaires et non des « boîtes à lettres » lors des réunions d’information concernant le projet de fermeture du site de Villemur.

 

- Nous demandons le maintien de l’activité sur le site par la restitution négociée de l’outil de travail aux salariés (repreneur – réindustrialisation)

 

- Nous demandons la prise en charge par Molex des différentes revendications syndicales sur les formations refusées par les organismes paritaires (DIF-FONGECIF-etc…)

 

- Nous demandons la prise en compte de la décision de justice.

 

- Si nous n’aboutissons pas sur le maintien de l’emploi, nous demandons que les indemnités de licenciement tiennent compte de la perte de salaire occasionnée sur le restant de la carrière professionnelle sur la base du profil du salarié moyen de l’entreprise (ancienneté- coef- etc…) défini dans le rapport du cabinet syndex et dans le bilan social, auxquelles s’ajouteront les coûts de formation, mesures d’âge et autres indemnités.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.