L'Etat français va s'associer à une plainte contre l'équipementier américain Molex

 

 

actumedia241010.jpg

Vu sur Médiapart ce Dimanche 24 Octobre 2010


 

 

Mais pour être complet dans cette fanfaronnade gouvernementale, il faut préciser un certain nombre de choses :

 

- cette info n’est pas neuve, c’est du recyclage d’une info annoncée Jeudi dernier, le 21 Octobre 2010

 

- ce sera donc un recours en responsabilité pour comblement de passif au titre de l'article L 651-1 du Code du commerce français, une procédure civile qui va prendre entre 2 et 3 ans, et qui, même si elle aboutit, ne sera pas respectée par Molex (ils ont déjà été condamné à 4 reprises et ce sont assis sur les décisions des juges systématiquement…). En attendant, les salariés se retrouvent sans mutuelle, 19 d'entre eux sans salaire ni idemnités de licenciement, et il faudrait que nous levions les 188 plaintes aux prud'hommes pour qu'il y ait un début de discussion...

 

- Monsieur Estrosi prétend vouloir également mettre Molex sous pression en menaçant d’intervenir chez les constructeurs automobiles Français : là aussi, c’est du déjà entendu presque mot pour mot. En effet, le 2 Septembre 2009, en plein conflit à Villemur on pouvait lire ceci : Molex : Estrosi hausse le ton – AFP avec Le Point.fr le 02.09.2009. Résultat : 283 licenciements !

 

- Monsieur Estrosi communique beaucoup plus largement une seconde fois sur ce sujet car il n’est pas content des déclarations des salariés en retour à son coup de communication de Jeudi 21 Octobre où il est venu faire la photo avec les huiles régionales du coin (réunion d’une heure, vite fait mal bien fait. Certains salariés sont même tombés dans le piège de la photo du serrage de pinces…bravo…)

 

estrosibaregestoulouse_copie.jpg

Et coucou Brigitte Barèges !

 

- Si le gouvernement et Monsieur Estrosi s’attachaient à attaquer Molex et les patrons voyous avec la même efficacité que celle employé avec les pseudos - « voyous » dans les manifs (qui passent en comparution immédiate), ce serait une avancée fantastique dans notre belle société.

 

 

Le gouvernement est responsable, par son laxisme (et par intérêt), d’avoir crée un précèdent extrêmement grave : qui va empêcher les autres entreprises de se comporter de la sorte ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.