Ma lettre de résiliation à Canal+

 Monsieur BOLLORE

 

 

Vous avez récemment décidé de prendre le contrôle de la chaine à laquelle je suis abonné maintenant depuis de nombreuses années.

 Bien évidemment, la loi vous autorise à le faire parce que en France il existe la liberté pour ceux qui en ont les moyens de se payer un média d’information, que ce soit dans la presse écrite ou à la télévision.

 Sans doute, est ce pour mieux protéger la liberté d’information qu’à peu près l’ensemble de la presse est tenu par des grands groupes industriels ce qui – grand merci – nous protège de ceux qui voudraient nous persuader que le libéralisme n’est pas la fin de l’histoire :Amen.

 Ce que je comprends moins, c’est pourquoi des gens qui n’ont que l’argent comme étalon de leur puissance s’ingénient à investir dans des entreprises qui en perdent comme c’est le cas de la presse écrite. Il s’agit sans aucun doute d’altruisme et nous ne les en remercieront jamais assez.

 Sans doute est ce également pour me protéger de ces saltimbanques qui dans votre récente acquisition se moquaient de la World Company et de leurs obligés politiques, que vous avez décidé de supprimer les Guignols de l’Info au motif de « qui paye décide ».

 Vous l’avez fait avec tout le cynisme des gens qui, comme vous, se croient très malins en vidant de son contenu les Guignols de l’info, je parle de leurs auteurs, estimant sans doute que je n’y verrais que du feu, autrement dit en me prenant pour un con.

 J’ai appris à cette occasion qu’il existait des humoristes qui avaient encore le sens de l’honneur en refusant vos offres car si « qui paye décide », il nous reste toujours la possibilité de refuser d’être payé par n’importe qui.

 De surcroît, votre magnificence ne s’est pas contenter de complaire à quelques  futurs obligés qui trouveront sans doute quelque moyen de ne pas vous désespérer, mais s’est également occupé de la liberté d’information en faisant déprogrammer une émission qui vous dérangeait.

 Parmi les raisons qui me faisaient perpétuer mon abonnement, il y avait l’intérêt que je portais à des émissions d’investigations que l’on ne trouvait pas ailleurs.

 Je considère donc que vous avez rompu de fait le contrat qui nous liait et qui me garantissait que la liberté d’information, conformément aux principes de notre pays, était respectée à Canal+.

 Or, comme vous le dites, « qui paye décide » et donc ma décision de ne plus vous donner de l’argent est prise : en conséquence, je résilie mon abonnement.

 

Veuillez agréer Monsieur, mes salutations.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.