lobjecteur
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2015

lobjecteur
Abonné·e de Mediapart

Ma lettre de résiliation à Canal+

lobjecteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Monsieur BOLLORE

Vous avez récemment décidé de prendre le contrôle de la chaine à laquelle je suis abonné maintenant depuis de nombreuses années.

 Bien évidemment, la loi vous autorise à le faire parce que en France il existe la liberté pour ceux qui en ont les moyens de se payer un média d’information, que ce soit dans la presse écrite ou à la télévision.

 Sans doute, est ce pour mieux protéger la liberté d’information qu’à peu près l’ensemble de la presse est tenu par des grands groupes industriels ce qui – grand merci – nous protège de ceux qui voudraient nous persuader que le libéralisme n’est pas la fin de l’histoire :Amen.

 Ce que je comprends moins, c’est pourquoi des gens qui n’ont que l’argent comme étalon de leur puissance s’ingénient à investir dans des entreprises qui en perdent comme c’est le cas de la presse écrite. Il s’agit sans aucun doute d’altruisme et nous ne les en remercieront jamais assez.

 Sans doute est ce également pour me protéger de ces saltimbanques qui dans votre récente acquisition se moquaient de la World Company et de leurs obligés politiques, que vous avez décidé de supprimer les Guignols de l’Info au motif de « qui paye décide ».

 Vous l’avez fait avec tout le cynisme des gens qui, comme vous, se croient très malins en vidant de son contenu les Guignols de l’info, je parle de leurs auteurs, estimant sans doute que je n’y verrais que du feu, autrement dit en me prenant pour un con.

 J’ai appris à cette occasion qu’il existait des humoristes qui avaient encore le sens de l’honneur en refusant vos offres car si « qui paye décide », il nous reste toujours la possibilité de refuser d’être payé par n’importe qui.

 De surcroît, votre magnificence ne s’est pas contenter de complaire à quelques  futurs obligés qui trouveront sans doute quelque moyen de ne pas vous désespérer, mais s’est également occupé de la liberté d’information en faisant déprogrammer une émission qui vous dérangeait.

 Parmi les raisons qui me faisaient perpétuer mon abonnement, il y avait l’intérêt que je portais à des émissions d’investigations que l’on ne trouvait pas ailleurs.

 Je considère donc que vous avez rompu de fait le contrat qui nous liait et qui me garantissait que la liberté d’information, conformément aux principes de notre pays, était respectée à Canal+.

 Or, comme vous le dites, « qui paye décide » et donc ma décision de ne plus vous donner de l’argent est prise : en conséquence, je résilie mon abonnement.

Veuillez agréer Monsieur, mes salutations.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt