Blanquer ou la honte de l'esprit français

Non seulement, Blanquer représente un excellent exemple de terrorisme intellectuel,mais on n'a pas fait pire ministre de l'EN, en tout point, oui, pire que Luc Ferry, il fallait le faire. Il a sali la fonction pour longtemps. Il  n'a rien à envier en matière de malhonnêteté intellectuelle, à des Bolsonaro, Salvini, Le Pen ou Trump. On peut être d'accord ou non mais la loi autorise les femmes voilées à accompagner les sorties scolaires. Mais il se permet, à revers de toute déontologie, de qualifier leur présence de non souhaitable. Attitude inadmissible qui l'aurait amener à démissionner dans n'importe quels pays anglo-saxons ou scandinaves. Pire, il persiste en affichant publiquement son soutien aux cadors du printemps républicain, à coup de cérémonie d'hommages au ministère, quand bien même privée. Reste le symbole et le message envoyée. Les communes louent des salles  pour ce genre de fêtes. Aussi, une nouvelle ligne rouge est franchie en reprenant et promouvant les thèses minables des "Philosophes du Dimanche", dont la pensée n'est que le reflet à la ligne éditoriale de Valeurs Actuelles et de CNews. C'est la promotion de la médiocrité. Blanquer a ses références, dont acte, mais ne dénigrez pas les milliers de chercheurs, enseignants, universitaires, qui chaque jour essaient d'élever le débat et de protéger l'esprit critique, au prix de l'application d'une méthodologies et de sources irréprochables. Tout le contraire des idôles  de Blanquer. Il rendrait service à l'esprit français en démissionnant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.